تعرف على أبطال داكار من خلال فقرة "داخل المخيم المبيت"
N°700 Classic TEAM FSO

SERGE MOGNO

(fra) 1.69m / 80kg

الهوايات

raids 4x4, moto de route, Ciclismo, deportes

الجهات الراعية

Groupe SMEF AZUR, RED BULL, CAN AM, MOTUL, UCAV

2022 : vainqueur Dakar Classic (vainqueur de l’étape 6)
1988 : Abandon

1990-1991 : champion de France endurance TT

مقابلة

« Compteurs remis à zéro »

Serge Mogno et Florent Drulhon sont venus découvrir la régularité tout terrain sur la 2e édition du Dakar Classic. On les a vus les six derniers jours de course à la première place du général et ils ont vaincu à Jeddah ! L’histoire est aussi simple et limpide que la maxime veni, vidi, vinci ! Le duo de débutants en régularité formé par Serge le pilote de raid et préparateur du HDJ 80, et Florent, l’informaticien pour qui il s’agissait de la première participation à une compétition de sport mécanique, a signé la course quasi parfaite. Une victoire de plus pour Serge l’ancien pilote de motocross passé ensuite sur quatre roues en kart cross. Mais pas n’importe comment. Dans un buggy de sa propre fabrication. Il acquiert de bonnes notions de mise au point, notamment suspensions et un ami le débauche pour être pilote sur le Dakar 1988. Une aventure rocambolesque puisque son équipe abandonne rapidement, les laissant seuls en course. A court d’argent pour continuer, l’équipage a fait demi-tour en Algérie ! A son retour, Serge bifurque vers l’endurance TT et se construit un nouveau buggy avec lequel il devient double champion de France (1990-91) face à des véhicules comme la Peugeot T16. « J’aime bien faire les choses moi-même », confie celui qui avait réalisé un buggy à l’allure de R5 en espérant se faire remarquer… bingo, il obtient un petit support de Renault Sport ! Il tourne la page de la compétition, trop chronophage, et se met au raid 4x4. Lybie, Tunisie, Maroc à partir de 1998 dans un Toyota KZJ 73. En 2008, il fait l’acquisition d’un HDJ 80. De deux en réalité. Un volant à gauche et un accidenté avec lequel il en reconstruit un. Pour le Dakar Classic 2022, il a passé quatre mois à le mettre en conformité avec le règlement et le réviser. Florent rentre quant à lui dans la vie de Serge par connaissance professionnelle. Il y a neuf ans de cela, il suit son ami qui l’initie au raid 4x4 en Afrique du Nord. Pour lui, ancien escrimeur de haut niveau, c’est une découverte totale. Consultant informatique, c’est à lui qu’était revenue la tâche de la navigation et de la régularité. En guise de préparation, Serge partait lors des sorties domestiques avec son épouse avec ses nouveaux instruments sur les genoux afin de potasser la régularité. Un équipage d’autodidactes qui a surpris tous les favoris et qui selon Florent Drulhon ne revient pas mettre son titre en jeu. « L’édition 2022 est terminée et acquise. 2023 est une nouvelle édition et au 1er janvier tous les compteurs de l’ensemble des équipages seront remis à zéro, y compris le nôtre. »


S.M. : « C’est surtout mon copilote Florent qui a été très très efficace. De mon côté, j’ai commis une seule erreur de pilotage sur tout le rallye, je me suis fait surprendre par un trou. L’auto était bien préparée, aucun souci, le temps que j’avais passé au garage a payé. La seule chose que l’on va changer, c’est que l’on ne va pas transporter nous-même nos affaires personnelles pour les trois semaines dans la voiture. Grâce à notre victoire on a pu trouver le budget plus facilement et on a pris SSP en assistance pour cela. Et un copain qui me suis depuis trente ans assurera la mécanique. Après l’arrivée des spéciales, je vais pouvoir me faire masser alors que l’an dernier je me couchais de suite sous la voiture. »

F.D. : « C’était ma première compétition automobile, mais je m’étais entraîné à comprendre ce que c’était que la régularité. Je n’avais pas d’expérience en arrivant à Jeddah, mais je savais comment ça marchait. Ma stratégie a été d’automatiser tout ce que je pouvais pour pouvoir me concentrer sur l’imprévu. Dès que j’avais un doute, je le levais le plus vite possible. Je n’ai pas fait de tourisme dans l’auto, je n’ai pas eu un instant de temps libre. Les quatre premiers jours, on a vu que l’on était pas mal mais que l’on pouvait progresser, être plus précis. A partir du quatrième jour, nous n’avons plus rien changé jusqu’à la fin et ça a marché. Notre objectif était de ne pas avoir de regret, de donner le meilleur de nous-même. Par objectif personnel mais aussi par respect envers nos partenaires. On revient avec la même philosophie. On va continuer à traquer les détails. Serge l’avait fait dans la préparation de l’auto et dans son pilotage, moi dans ma partie. On ne va pas se mettre de pression inutile. L’objectif reste de faire de notre mieux pour ne pas avoir de regret sur la ligne d’arrivée. Ce ne sera que ma deuxième course, on sait que l’on ne sera à nouveau pas les seuls à vouloir monter sur le podium, à nous d’être sérieux. »

المركبة

TEAM FSO

TOYOTA HDJ80
TEAM FSO

  • TOYOTA
  • HDJ80
  • Serge Mogno
  • SSP
  • Classic Auto (intermediate average) > 97

التصنيف 2023

تابعونا على مواقع التواصل الاجتماعي

احصل على معلومات حصرية