N°226 Auto GCK MOTORSPORT

GUERLAIN CHICHERIT

(fra) 1.8m / 75kg

Loisirs

Sport, design, motocross, adventures

Sponsors

MOTUL, FORD, RECARO, ZIMMERMANN IMMOBILIER

2016 : abandon
2015 : 45ème
2014 : abandon étape 4
2013 : 8ème
2011 : abandon
2010 : 5ème
2009 : 9ème
2007 : abandon étape 6
2006 : 9ème
2005 : 49ème

2021 : 1ère place au Silk Way Rally
2019 : 4ème place à la manche canadienne du championnat du Monde FIA de Rallycross, meilleur résultat à ce jour.
2018 : Création de GC Kompetition et participation au championnat du monde de rallycross de la FIA
2015 : Première participation au championnat du monde de rallycross de la FIA
2014 : Tentative du plus long saut automobile du monde
2013 : 1er pilote à réaliser un backflip automobile (sans assistance)
2009 : champion du monde de rallye tout terrain FIA (vainqueur UAE Desert Challenge et Transiberico)
2000 / 2002 / 2006 / 2007 : champion du monde de Free Ride (ski extrême)
2003 : championnat du monde de rallye (J-WRC)

Interview

« Je reviens avec une vision »

Le Dakar occupe une place à part au carrefour des multiples vies de Guerlain Chicherit. Le jeune homme de Tignes est très vite rentré dans la catégorie des touche-à-tout ultra talentueux. Champion du monde de ski extrême, le montagnard également doté d’un coup de volant monstrueux repéré sur ses premières expériences en rallye (J-WRC) a découvert le Dakar en 2005 : 49ème. Remarqué par le Team X-Raid, le blondinet le plus rapide du plateau a donné des gages de compétitivité en 2006, terminant 9ème du général. Ensuite, le parcours de Guerlain sur le Dakar n’a pas manqué de rebondissements, quelquefois trop spectaculaires pour ce que ses voitures ne pouvaient supporter. Pour autant, il s’est toujours distingué par son panache et affiche sur son CV une 5e place en 2010, ainsi que deux victoires de spéciales… et l’éventail quasi-complet des galères que l’on peut expérimenter sur le Dakar. Depuis son abandon en 2016 après s’être épuisé à tenter de pousser le Buggy Zebra conçu par X-Raid jusqu’à l’arrivée, Chicherit s’est momentanément éloigné du rallye de son cœur, mais a multiplié les activités. C’est essentiellement en tant qu’entrepreneur que s’épanouit maintenant le Savoyard, en gardant sa polyvalence comme un atout majeur. Investi dans l’immobilier, il a développé un concept hôtelier haut de gamme en montagne. Son intérêt pour l’automobile l’a aussi conduit à créer son écurie de course, inscrite en championnat du monde de rally-cross, mais son implication s’accompagne surtout d’une volonté d’orienter le sport mécanique vers la responsabilité environnementale et de contribuer à apporter des solutions de transition énergétique tous azimuts. En fondant le groupe industriel GCK, Chicherit s’inscrit dans une démarche d’avenir, dont l’une des facettes s’appuie sur le Dakar : il affiche l’ambition d’aligner le premier véhicule à hydrogène capable de s’imposer sur le rallye, à l’horizon 2024-2025. Pour ce compétiteur-né, l’enjeu va bien au-delà d’une ligne de palmarès prestigieuse, puisque GCK s’apprête déjà à fournir à moyen terme des dameuses à hydrogène pour des stations de ski, des autobus et même des moissonneuses-batteuses. Pour l’heure, c’est avec un véhicule fonctionnant au bio-carburant que Chicherit reprend du service sur le Dakar, avec son copilote Alexandre Winocq (5e l’année dernière au côté de « Nani » Roma). Tout en préparant l’avenir.

« Le Dakar, c’est la course automobile ultime qui m’a toujours fait rêver. J’ai arrêté d’y courir il y a cinq ans parce que je n’étais plus très à l’aise avec la façon dont on fonctionnait à l’époque, mais maintenant je reviens avec une vision. Nous avons beaucoup travaillé entre temps et le projet de notre voiture à hydrogène prend forme. Elle roule déjà et nous avons pu la présenter à Néom en janvier dernier, c’était la première étape. La deuxième consiste à la fois à la développer et à s’engager cette année avec une voiture en bio-carburant, qui nous permettra de collecter des données et de structurer l’équipe dans les conditions du rallye. L’année prochaine, nous devrons être en mesure d’aligner trois voitures en bio-carburant, ainsi qu’une à hydrogène s’il nous est possible de faire des spéciales en démonstration. C’est aussi pour moi une façon de me remettre dans le rythme de la compétition et de pouvoir ensuite prétendre à la victoire : je n’ai pas roulé depuis cinq ans, il faut être réaliste ».

Véhicule

GCK MOTORSPORT

BUGGY GCK THUNDER
GCK MOTORSPORT

  • BUGGY
  • GCK THUNDER
  • GCK Motorsport
  • GCK Motorsport
  • : 4x2 Essence et Diesel

Classement 2022

Toute l'actualité de G. Chicherit

Suivez-nous

Recevez des informations exclusives