L’Arabie Saoudite, saisissante et bouleversante pour les concurrents du Dakar 2020, a dévoilé une partie de ses territoires. Mais la découverte ne fait que commencer : le gigantisme et la multiplicité des espaces ont permis de tracer un nouveau Tour des déserts, dans lequel les pilotes et équipages auront droit à des spéciales 100 % inédites. Si les bivouacs seront montés dans certaines villes déjà fréquentées en janvier dernier, la bataille sportive sera bel et bien toute neuve !

VÉRIFICATIONS - JEDDAH : 1 ET 2 JANVIER

DÉPART - JEDDAH : 3 JANVIER

JOURNÉE DE REPOS - HA’IL : 9 JANVIER

ARRIVÉE ET PODIUM FINAL - JEDDAH : 15 JANVIER


Un prologue à Jeddah

En bord de mer Rouge, les véhicules commenceront à faire chauffer leurs moteurs et à se départager sur un parcours spectacle tourné vers le public. Une bataille à coups de secondes pour commencer.

Deux étapes en boucle

Plusieurs régions méritent un séjour plus prolongé pour une exploration plus fine. La volonté d’aller chercher des portions techniques incite également à ces formats. Les équipes d’assistance connaissent enfin un répit dans leur rythme soutenu.

Une étape marathon

L’étape marathon colle à l’esprit du rallye raid et du Dakar en particulier. Les ressources physiques, mentales, techniques et stratégiques des pilotes et copilotes doivent y être exploitées à plein… tout en sachant les préserver sur la durée. Un superbe exercice d’équilibre.


Jeddah

C’est dans le poumon économique du pays que le Dakar a débarqué en Arabie Saoudite en 2020. Les bateaux et avions transportant les véhicules, concurrents et accompagnateurs du rallye prendront le même chemin pour 2021. Médine sera aussi cette fois-ci le but ultime de l’aventure. L’arrivée du parcours en boucle sera en effet jugée à Jeddah.

Ha’il

La ville d’Ha’il a longtemps été une halte sur la route commerciale reliant la mer Rouge à la Mésopotamie. La région est également renommée pour les nombreux panneaux rocheux couverts d’art rupestre, attestant d’une occupation humaine de près de 10 000 ans. Mais les connaisseurs du rallye raid savent aussi que c’est dans cette zone que la discipline s’est développée. Le noyau des pilotes saoudiens s’est constitué autour de Ha’il, où le rallye annuel est devenu le rendez-vous de toute la communauté du rallye raid.


Plus de finesse, moins de vitesse!

Deux axes ont guidé la réflexion des équipes sportives du rallye pour la préparation de l’édition 2021 : poursuivre les innovations introduites en janvier dernier en matière de navigation et continuer d’améliorer la sécurité en réduisant la vitesse des véhicules.

Roadbook : 10 minutes, pas une de plus !

Le navigateur, c’est celui qui sait lire et interpréter un roadbook… et pas celui qui l’apprend par cœur. Les meilleurs d’entre eux se sont illustrés sur les étapes de 2020 où il a été distribué immédiatement avant le départ de la spéciale. Ce sera en 2021 la règle sur toutes les étapes.
En termes d’utilisation, le roadbook connaîtra aussi une évolution décisive puisque certaines catégories seront dans un premier temps équipées d’une version électronique, qui atteint un niveau de fiabilité supérieur au format papier.

Alertes sonores et slow zones

Le roadbook signale bien entendu toutes les zones de danger, mais leur approche sera désormais accompagnée d’un signal sonore pour les niveaux de difficulté 2 et 3, afin de stimuler la vigilance des pilotes. De même, certaines portions spécialement délicates et jugées à risque seront déclarées « slow zone », avec une limite de vitesse à 90 km/h.

Pneus : le temps de la gestion

En rallye-raid, la gestion des pneus s’avère souvent décisive et conditionne le niveau d’attaque que peuvent s’autoriser les pilotes. Pour les autos, les ravitaillements en pneus seront interdits lors de l’étape marathon, y compris entre concurrents. Les motos auront chacune d’elles un stock de six pneus arrière qui devra leur servir pour l’intégralité du rallye.

Sécurité : gilets airbag obligatoires

Les gilets équipés d’un airbag, utilisés dans certaines disciplines sur route et en moto GP, peuvent réduire la gravité des blessures en cas de choc brutal. Ils seront désormais obligatoires et soumis à l’inspection des commissaires de course aux vérifications techniques.

Motos : changement de pistons sanctionnés, plus d’intervention au ravitaillement

Depuis plusieurs années, des pénalités sont appliquées en cas de changement de moteur pour favoriser l’économie dans le pilotage. L’année prochaine, des sanctions chronométriques seront prévues dès le deuxième remplacement de piston, y compris si le moteur n’a pas été entièrement changé. Enfin, les pilotes ne seront plus autorisés à intervenir sur leur moto au ravitaillement essence.

Suivez-nous

Recevez des informations exclusives