Le parcours de la première édition du Dakar en Arabie Saoudite explore l’ensemble des territoires du plus vaste pays du Moyen-Orient. Au total, les pilotes et équipages s’attaquent à un itinéraire de 7 800 km, dont 5 000 km à disputer en spéciales, cinq d’entre elles dépassant les 450 km. Dans le pays où le désert est roi, le rallye se jouera à 75 % sur du sable… tous les types de sables.


2 au 5 janvier : vérifications et départ

Avec 3,5 millions d’habitants, la deuxième ville du pays en est aussi son centre économique grâce à son port de commerce établi sur la mer Rouge depuis le VIIe siècle. Exceptionnellement, la porte d’entrée vers les lieux saints de La Mecque et de Médine sera surtout le tremplin des pilotes et équipages du Dakar. Le jet d’eau du Roi Fahd qui propulse son jeyser à 375 km/h, comme la Jeddah Tower qui devra atteindre prochainement la hauteur de 1 001 m, donneront des idées de grandeur et de performance aux concurrents.

05/01/2020

Jeddah > Al Wajh, 752 km - SS : 319 km

L’étape d’ouverture n’a rien d’une inoffensive mise en jambes. C’est surtout un condensé de l’ensemble des éléments de cette édition : du rapide, du sinueux, des dunes, des cailloux. Avec autant de variété, il ne faut surtout pas sous-estimer ce mini-Dakar.

06/01/2020

Al Wajh > Neom, 401 km - SS : 367 km

Avec une majorité de portions roulantes, le challenge du jour est techniquement accessible. Mais les spécificités de la navigation à la saoudienne commencent à se faire sentir.
Il est temps d’apprendre à se fier à de nouveaux repères, quand les multitudes de pistes mènent à la confusion.
Pour les motos et quads, c’est également déjà la première partie de l’étape « super marathon ».

07/01/2020

Neom > Neom, 489 km - SS : 404 km

La boucle en partance de la future mégapole de Neom est un joyau. En emmenant les concurrents aux confins de la frontière jordanienne, le rallye propose un enchaînement de canyons et de montagnes à explorer sur un tapis sablonneux. Sur cette spéciale, le Dakar se hissera sur son point culminant, à 1 400 mètres d’altitude...

08/01/2020

Neom > Al Ula, 676 km - SS : 453 km

Le menu alterne à parts égales les passages sablonneux et les portions empierrées, le tout sur des pistes généralement roulantes. Il ne faudra toutefois pas confondre vitesse et précipitation, car la navigation ardue se chargera d’opérer une sélection nette. En liaison, les amateurs d’antiquité pourront sortir leur appareil photo en passant à proximité des temples nabatéens.

09/01/2020

Al Ula > Ha’il, 563 km - SS : 353 km

Dans le décor sablonneux du jour, des rochers particulièrement volumineux serviront de points de repère pour éviter la faute de navigation qui coûte cher !
Moins techniques mais tout aussi impressionnantes que des dunes, de grandes collines de sable se dresseront devant les pilotes. Les descentes, quelquefois parsemées d’herbes à chameaux, demanderont encore davantage de finesse de pilotage.

10/01/2020

Ha'il > Riyadh, 830 km - SS : 478 km

Le changement de décor est radical. Cette fois-ci, la spéciale est à 100 % composée de sable, en hors-piste sur sa totalité. Après une première partie plutôt rapide, les experts du franchissement auront l’avantage dans les dunes. En particulier, les pilotes qui ont anciennement forgé leur coup de volant dans le désert du Sahara partiront avec un avantage. Ensuite, ce sera repos.

11/01/2020

Riyadh

Les grands vergers qui ont donné son nom à la ville au XVIIIe siècle (jardins en arabe) ont pour l’essentiel laissé place à un tissu urbain qui s’étend sur plus de 1 500 km2 (vs 105 km2 pour Paris, 203 km2 pour Buenos Aires) et accueillant plus de six millions d’habitants. La poussée démographique constatée dans la capitale depuis les années soixante-dix s’est accompagnée de la construction de plusieurs gratte-ciels grandioses à l’architecture novatrice, comme la Tour Al Faisaliah (267 m), le Kingdom Center (302 m) ou le Burj Rafal (307 m).

12/01/2020

Riyadh > Wadi Al-Dawasir, 741 km - SS : 546 km

Le menu de la reprise est copieux… la plus longue étape du Dakar est aussi l’une des plus variées.
Les dunes sont éparpillées tout au long du parcours, à aborder en traversant de petits cordons d’une poignée de kilomètres. Entre ces portions de franchissement, on alterne le hors-piste et les secteurs où les nombreux croisements interdisent aux copilotes les sautes de concentration. Vite… mais pas trop !

13/01/2020

Wadi Al-Dawasir > Wadi Al-Dawasir, 713 km - SS : 474 km

La boucle du jour donne l’occasion d’une percée vers le sud, où les concurrents retrouveront des paysages de montagne, des canyons et des contrastes de couleurs surprenants : pierres noires sur sable blanc, par exemple… Les amateurs de vitesse pure seront comblés sur une ligne droite de 40 kilomètres à avaler « pleins gaz », tandis que les quelques cordons de dunes du jour demanderont une grande dextérité.

14/01/2020

Wadi Al-Dawasir > Haradh, 891 km - SS : 415 km

Le Dakar prépare avec ce long trajet son entrée dans le « Empty Quarter ». Pour y parvenir, la partie se jouera essentiellement sur la précision du pilotage, avec cette fois-ci des sols en majorité durs et même des portions cassantes pour ceux qui négligeraient la prudence. En arrivant à Haradh, qui s’est construite sur le pétrole et sur l’agriculture, le rallye rentrera dans une nouvelle séquence.

15/01/2020

Haradh > Shubaytah, 608 km - SS : 534 km

L’étape marathon impose la maîtrise de la plus grande qualité en rallye raid : la gestion de l’endurance. La spéciale de la première partie plonge les pilotes et équipages dans les immenses étendues de hors-piste du « Empty Quarter ».
Il ne faut pas s’y attarder, car les 30 derniers kilomètres sont uniquement tracés dans les dunes. Et la nuit tombe vite ! En arrivant, seule l’assistance entre concurrents est autorisée.

16/01/2020

Shubaytah > Haradh, 744 km - SS : 379 km

Attention les yeux, la journée débute par un spectacle qui s’étend sur 80 kilomètres : les plus belles dunes du pays. Sur une telle distance, les risques de se poser un peu trop longtemps sur un tas de sable en position de spectateur ne manquent pas. Ensuite, les concurrents rouleront sur les traces des premiers chercheurs d’or noir qui ont exploré la région. L’étape marathon touche à son terme.

17/01/2020

Haradh > Qiddiya, 447 km - SS : 374 km

La sérénité sera la meilleure alliée sur cette ultime étape où les positions au sommet de la hiérarchie peuvent encore être bousculées. Dans les cent derniers kilomètres, on retrouve les jeux de pistes qui auront déjà causé de sérieux maux de tête aux navigateurs dans la semaine précédente.
Il faut encore tenir la distance ! Une spéciale de 20 km, sans incidence sur le classement général, désignera par ailleurs le vainqueur du « Qiddiya Trophy », immédiatement avant de monter sur le podium final.

17 janvier : arrivée et podium final

Le Dakar sera le premier événement sportif de classe mondiale accueilli à Qiddiya, une ville dont la construction a débuté en 2018 et tournée vers les divertissements et la culture. À une quarantaine de kilomètres de Riyadh, le vaste complexe proposera notamment un parc d’attractions et de loisirs, des infrastructures sportives de premier plan et des centres artistiques multi-disciplinaires. L’ouverture au public est prévue pour 2022.


DIMENSIONS RALLYE RAID

Avec plus de deux millions de kilomètres carrés, et majoritairement peuplée sur les villes proches du littoral, l’Arabie Saoudite présente une diversité de territoires susceptible d’éprouver les concurrents du Dakar dans tous les registres : pilotage, navigation, endurance. Un appel à l’aventure.

Parcours en ligne

Exploiter les contrastes

Les espaces disponibles offrent la possibilité de réaliser un véritable tour d’Arabie Saoudite, dont les étapes auront chacune leur territoire d’expression et leur personnalité.
Sur l’ensemble du rallye, un éventail complet de paysages sera déployé : canyons, dunes, montagnes, oueds...
Majestueux pour les yeux, exigeant pour les machines et les organismes.

Navigation

Cap au Sud

En s’approchant de la frontière jordanienne, les montagnards peuvent se hisser au sommet du Jabal el Lawz, ou de la Montagne des amandes, à plus de 2 500 mètres d’altitude. Pour les pilotes du Dakar, cette grande zone montagneuse qui s’étend jusqu’à la région de Ha’il se transformera surtout en labyrinthe. En trouvant leur route dans la multitude de vallées à slalomer, les meilleurs navigateurs feront la différence.

«Quart Vide »

Le plein de désert

À l’extrême sud du pays, près d’un quart du pays reste inoccupé, à l’exception de quelques villages ou oasis. Ce secteur immense, en apparence vierge, se révèle plein de ressources
pour les amateurs de rallye raid. Pour se mesurer à des dunes de plus de 250 mètres, les experts du franchissement mobiliseront toutes leurs compétences. Les autres se sentiront bien seuls. 

RÈGLEMENT : PRIME À L’INNOVATION

Grâce aux dimensions et aux caractéristiques du territoire saoudien, le Dakar retrouve en 2020 sa nature extrême dans le domaine de l’endurance, avec 5 spéciales sur 12 de plus de 450 km.
Pour faire face à ce défi, une série de mesures vise notamment à réduire les avantages
dont bénéficient de fait les structures professionnelles par rapport aux amateurs.
L’équité sportive au service de la stratégie et de la gestion de course, c’est le coeur du rallye raid.

Roadbook en couleurs

Selon un code intuitif et largement partagé, les symboles du roadbook seront imprimés en couleur.
Le travail de préparation de l’étape suivante sera ainsi nettement diminué, en particulier pour les pilotes amateurs qui rejoignent le bivouac tard et pourront davantage se concentrer sur la récupération et l’entretien de leurs véhicules. Sur au minimum quatre étapes, le roadbook sera distribué le matin au départ de la spéciale : on se rapproche de l’égalité absolue.

Point stop obligatoire

Comme les motos et quads qui marquaient déjà une pause de 15 minutes pour leur avitaillement en cours de spéciale, un point stop sera maintenant respecté pour toutes les catégories.
Ce temps de pause est utile à double titre en termes de sécurité : il impose un temps de repos et de reconcentration, et permet également de diminuer le nombre de dépassements entre SSV et autos par exemple.

Étape « super marathon »

Seules 10 minutes de mécanique seront autorisées aux motos et quads à l’arrivée au bivouac de Neom ! Les questions de stratégie et de gestion de la course, notamment sur l’usure des pneumatiques, seront encore plus délicates que d’habitude. Une autre étape marathon plus classique, avec assistance uniquement autorisée entre concurrents, sera organisée à Shubaytah.

Un Joker pour tous

En cas d’abandon sans conséquences médicales, un équipage ou un pilote peut être autorisé à reprendre la course en participant pour la suite du rallye à un classement parallèle baptisé « Dakar Experience ». Le dispositif permettra à des débutants malchanceux de poursuivre leur apprentissage et de revenir avec davantage d’atouts pour boucler le rallye dans le futur.
Les pilotes d’élite en sont exclus.

Nouveau règlement SSV

En conformité avec le règlement FIA, une catégorie T3 unique réunit les buggys légers (< 900 kg) dont le moteur est inférieur à 1 000 cc. Ils seront répartis en deux classes : les T3.S (série) limités à 120 km/h et les T3.P (prototypes) limités à 130 km/h, tous équipés d’une bride l’arrivée d’air qui nivelle les performances.

Les T4.3 en piste

Les camions d’assistance en piste inscrits en T4.3 seront tenus de réintégrer le parcours de la spéciale au point où ils l’auront quitté en cas d’intervention en dehors du tracé.
Aucune assistance n’est possible pour un véhicule n’ayant pas réalisé l’intégralité du parcours.

Suivez-nous

Recevez des informations exclusives