N°712 Classic CLR

STEPHAN LAMARRE

(fra) 1.78m / 64kg

Aficiones

Sport automobile

Sponsors

Motul, Akillis, AN3S, Garmin

2021 : 17e Dakar Classic

2004 : 10e et 1er équipage français du Monte Carlo Classic

Interview

« Le buggy Sunhill est fait pour le sable »

Engagés sur un Mitsubishi Pajero 1995 ex Joao Vassalo en 2021, 3e scratch avant la journée de repos, les espoirs du duo Lamarre-Laroche se sont ensuite envolés en même temps qu’une de leurs quatre roues… « sans avoir tapé » se dédouane Stephan. 17e du classement final en janvier 2021 avec une victoire d’étape l’avant dernier jour de course, contents d’être à l’arrivée de leur premier rallye-raid mais forcément « un peu déçus ». Entre Stephan et Alexandre, tout commence le 20 août 1987 sous le signe de l’automobile. « C’était le jour de l’obtention de mon permis de conduire » se souvient Alexandre. Un an plus tard, ils étaient ensemble au départ du Monte Carlo. En « modernes », ils en signeront onze ! Bandama, RAC, Tour de Corse, Stephan en fait son métier durant cinq ans, Alexandre se revendique copilote pro durant vingt ans, prolongeant leurs expériences vers les rallyes « historiques » avec encore une dizaine de participations au Monte Carlo. Spécialistes de la régularité, ils n’en demeurent pas moins novices en navigation. Pour leur seconde participation au Dakar Classic, ils reviennent sur un véhicule qui a déjà couru en 2021. Le buggy Sunhill phase 2, l’ex numéro 141 que pilotait Yves Sunhill au Dakar 1982 aux couleurs de Seiko. « Il y a pile 40 ans », martèle Stephan à qui il n’aura pas échappé que leur engagement rendra aussi hommage au décès de son concepteur qui nous a quittés en 2012, il y a déjà dix ans… L’an passé, ce véhicule avait terminé 5e de la première édition du Dakar Classic.

S.L. : « Avec le Pajero l’an passé, on avait à peine l’impression de courir en historique. Avec le buggy, on y est vraiment et il est fait pour le sable. Coup de pot, c’est une année à sable. C’est une coïncidence, on ne le savait pas au moment de faire ce choix. On connait bien la régularité, mais en navigation et dans le sable justement, on n’a quasiment aucune expérience. Je n’avais pas franchi une dune de ma vie avant l’an dernier. Et on ne peut pas vraiment parler de dunes. Alexandre a participé au Rallye du Maroc cet automne afin de poursuivre son apprentissage de la navigation dans le désert. L’objectif numéro un est d’être à nouveau à l’arrivée. Je pense que si on y est sans aucun souci mécanique ou autre, on ne devrait pas être trop mal. Mais on est plus de cent cinquante cette année et il y a des voitures de dingue. Sur trente, réaliser un top dix aurait été fabuleux l’an dernier. Mais pour cette seconde édition, il n’y a pas de visibilité tellement il y a de nouveaux venus, que ce soit les pilotes, les copilotes ou les machines. Seul le vainqueur de l’an dernier fait office de favori selon moi. »

Vehículo

CLR

BUGGY SUNHILL
CLR

  • BUGGY
  • SUNHILL
  • GAMS
  • Club Logistic Rallye
  • a Baja anterior al 86

Clasificación 2022

Toute l'actualité de S. Lamarre

Síguenos

Recibe información exclusiva del Dakar