N°307 Prototipo ligero JLT RACING

JEAN-LUC PISSON

(fra) 1.68m / 96kg

Aficiones

Voitures, mécanique, pêche, tir

Sponsors

alsace dépannage, res assistance, sifa 4x4, BPS racing, pelmatest

2021 : 5e T3, 19e SSV

2021 : Rallye d’Andalousie (3e T3, 22e général) / Silk Way Rally (1er T3, 5e général) / Rallye du Maroc (Abandon)
2020 : 24h de Paris (1e T3, 5e général) / Rallye d’Andalousie (3e T3, 24e général)
2019 : Africa Eco Race (4e, 15e général) / Rallye du Maroc (37e)
2018 : Turkménistan (35e)

Interview

« Je mettrai toutes les chances de mon côté »

Avec un père routier, pilote de rallye le week-end, difficile d’échapper à la passion de la mécanique. Jean-Luc Pisson-Ceccaldi en a passé des trajets à bord des camions conduits par son père pendant son enfance. Ensuite, il s’est formé au métier de charron-carrossier, d’abord en se spécialisant sur les camions puis sur les voitures. Un savoir-faire qu’il a mis au service des Compagnons du devoir partout en France entre 1986 et 1994 avant de s’installer en Alsace où il est à la tête d’une entreprise de dépannage. C’est chez les Compagnons du devoir qu’il a découvert le sport automobile. Son chef d’alors pilotait en championnat de France une Citroën BX 4TC et Jean-Luc a contribué à réaliser la carrosserie, la peinture, le carbone, le kevlar… Pour des raisons professionnelles, il s’éloigne ensuite du sport automobile. Ce n’est qu’à 50 ans qu’il découvre les joies du rallye-raid en tant que pilote grâce à un cadeau de ses amis. En 2018, il participe au raid de l’amitié (AIO) où il rencontre de nombreux fidèles du Dakar. L’expérience lui plaît et Jean-Luc décide ensuite de se lancer au rallye de Turkménistan à bord d’une BMW X3, puis participe à l’Africa Eco Race en 2019. Ses bons résultats le poussent à tenter l’aventure du Dakar. Sauf qu’en décembre, à quelques semaines du départ, les médecins lui annoncent qu’il doit se faire opérer d’un quadruple pontage. Son cardiologue est sceptique, ensuite, sur sa capacité à rouler à nouveau. Mais Jean-Luc s’accroche, reprend le cyclisme en juillet, participe aux 24 heures de Paris en septembre puis au rallye d’Andalousie en octobre et enfin le Dakar 2021. Une pénalité a quelque peu réduit à néant ses espoirs de monter sur le podium en T3… c’est donc avec le couteau entre les dents que Jean-Luc Pisson-Ceccaldi aborde sa deuxième participation à l’épreuve reine des rallyes-raids.

JLPC : « Je n’avais jamais fait de compétition… j’ai toujours passé ma vie à travailler. J’ai d’abord été carrossier et je suis actuellement dans le dépannage. J’ai commencé la course quand des amis m’ont offert l’inscription à l’Africa Eco Race pour mon 50e anniversaire en 2018. Ce n’est vraiment parti de rien… Nous avons d’abord fait le Turkménistan histoire de rouler avec la voiture que nous avions montée dans le garage. On a terminé, loin, mais nous avons terminé. On m’a aussi dit que j’avais un bon coup de volant. On a donc fait le Morocco Desert Challenge, mais la voiture n’était pas top. En décembre 2019, j’ai souffert d’un problème cardiaque juste avant les fêtes. Je devais participer au Dakar, mais ça n’a donc pas pu se faire. Je me suis remis en selle six mois après. J’ai alors fait les 24h de Paris avec le Zephyr que je venais d’acheter. Nous avons terminé premiers en T3 et cinquièmes au général. Ça s’est ensuite enchaîné avec le rallye d’Andalousie, puis le Dakar 2021. C’était ma première expérience et je pense que nous n’avons pas été si mauvais que ça. Pour ce Dakar 2022, mon objectif, comme tous les grands rêveurs, c’est de gagner ou de terminer sur le podium. En tout cas, je mettrai toutes les chances de mon côté. J’ai acquis beaucoup d’expérience et je vais aussi vite que des pilotes qui ont plus de 20 années d’expérience. Pour ce Dakar, je ferai équipe avec Jean Brucy qui a notamment fait beaucoup de Dakar à moto. »

Vehículo

JLT RACING

PH-SPORT ZEPHYR
JLT RACING

  • PH-SPORT
  • ZEPHYR
  • PH-Sport
  • JLC RACING/PH SPORT
  • P_T3_NO

Clasificación 2022

Toute l'actualité de J. Pisson

Síguenos

Recibe información exclusiva del Dakar