On compte les secondes

14 janvier 2020 - 16:48 [GMT + 3]

Pablo Quintanilla a tenté de pousser Ricky Brabec à la faute, mais n’aura grapillé que quelques minutes au leader du général. La pression est en revanche maximale sur Carlos Sainz, qui s’engage dans les deux journées de l’étape marathon avec seulement 24 secondes d’avance sur le tenant du titre Nasser Al-Attiyah.

L’œil dans l’objectif
Ambiance minérale. Les pilotes du Dakar ne verront plus beaucoup de pierres, mais ont encore eu à affronter 150 kilomètres de terrain rocailleux, dans une environnement encore différent des canyons et des montagnes de la première semaine. Cette fois-ci, ils ont côtoyé d’immenses falaises, en les admirant depuis de larges vallées ou en roulant en bordure de précipice. En mettant le cap à l’est pour la deuxième partie de la spéciale, le sable a repris ses droits : sur des pistes roulantes ou en avalant tout aussi vite de grandes étendues sans relief. Rejoindre Haradh, c’est aussi frapper à la porte de « l’Empty Quarter » : voilà pour le programme des deux journées de l’étape marathon à venir.

 

L'essentiel
Pablo Quintanilla a passé la vitesse supérieure sur la route de Haradh pour enfin se porter en vainqueur d’étape en 2020 devant le tenant du titre Toby Price, lui aussi contraint de se montrer offensif face à l’écart creusé par Ricky Brabec au général. Le pilote Honda reste tout de même serein en haut du classement, tout comme Ignacio Casale qui domine le provisoire chez les quads et ajout une victoire d’étape à son palmarès pour seulement 3 secondes ! Un écart presque aussi serré qui sépare Stéphane Peterhansel de Nasser Al-Attiyah à l’arrivée de l’étape 9, à l’avantage du Français pour 15 secondes. Les deux hommes en profitent pour reprendre quelques minutes à Carlos Sainz plus que jamais en danger en tête du rallye. Casey Currie s’est lui redonné un peu d’air chez les SSV et complète un podium du jour 100% américain avec les prometteurs Blade Hildebrand et Mitchell Guthrie, qui évoluent toutefois en Dakar Experience. Andrey Karginov n’est de son côté plus à ranger dans la catégorie des futurs espoirs mais plutôt des vieux briscards et continue d’apposer sa marque sur le Dakar saoudien avec une quatrième victoire d’étape consécutive.

La perf du jour
Deuxième du classement général ce matin à bonne distance de Ricky Brabec, Pablo Quintanilla était dans l’obligation d’attaquer pour continuer à croire en ses chances de remporter le trophée qui lui échappe depuis tant d’années. Et malgré un poignet douloureux depuis plusieurs jours, le Chilien a parfaitement profité de sa position de départ pour réaliser une spéciale sans faute et accrocher sa première victoire d’étape depuis le départ du rallye, la quatrième de sa carrière sur le Dakar. De quoi mettre la pression sur le leader du général et repartir avec un moral gonflé à bloc avant l’étape marathon…

Coup dur du jour
Ronan Chabot et son co-pilote Gilles Pillot ont connu une journée noire. 15e du général ce matin et parmi les meilleurs pilotes amateurs chaque année, le chef d’entreprise a été un peu trop optimiste dès les premiers kilomètres de la spéciale et a payé son ambition d’un tonneau par l’avant avec sa Toyota. Les dégâts sont importants sur le Hilux n°320 qui a fait l’objet de longues heures de mécanique avant de faire quelques kilomètres supplémentaires pour de nouveau se retrouver à l’arrêt dans la spéciale. Mais avec seulement 5 abandons avant de participer à son 21e Dakar, ce n’est pas le genre de la maison de renoncer facilement !

La stat du jour
48e du classement général au soir de la deuxième étape après avoir perdu plusieurs heures à réparer une roue arrachée sur sa Toyota, Fernando Alonso enchaine depuis les bonnes performances pour remonter au classement général. Et l’Espagnol intègre après l’étape 9 le Top 10 du classement général, en tant que premier rookie, à 3h17 de son compatriote Carlos Sainz. Les afficionados espéraient un duel entre les deux hommes, ils l’auront peut-être pour une victoire d’étape dans les derniers jours du rallye.

La réaction du jour
Ignacio Casale : « C’est une bonne étape, je fais un bon temps. Mon objectif, c’était de rattraper Vitse et de ne pas le perdre de vue, c’est ce que j’ai fait. Je l’ai aidé à quelques kilomètres d’ici, il est tombé et je l’ai relevé. Je pense qu’il va bien et qu’il va arriver bientôt. Le vent m’a dérangé, il m’a ralenti sensiblement mais l’étape s’est quand même déroulée sans problèmes pour moi. Pas de chute, pas de problème mécanique ni d’erreur de navigation. On s’approche un peu de la fin »

Suivez-nous

Recevez des informations exclusives