Petit Yazeed devenu grand

17 janvier 2020 - 07:53 [GMT + 3]

Les plus enflammés des supporters saoudiens auraient parié cher sur la victoire de leur porte-drapeau à domicile. Mais avec une quatrième place au bout de son 6e Dakar, il prouve surtout qu’il a trouvé le chemin de la maturité.

309 Al Rajhi Yazeed (sau), Zhiltsov Konstantin (rus), Toyota Hilux, Overdrive Toyota, Auto, Car, action during Stage 3 of the Dakar 2020 between Neom and Neom, 489 km - SS 404 km, in Saudi Arabia, on January 7, 2020 - Photo Eric Vargiolu / DPPI
309 Al Rajhi Yazeed (sau), Zhiltsov Konstantin (rus), Toyota Hilux, Overdrive Toyota, Auto, Car, action during Stage 3 of the Dakar 2020 between Neom and Neom, 489 km - SS 404 km, in Saudi Arabia, on January 7, 2020 - Photo Eric Vargiolu / DPPI © A.S.O./DPPI/E.Vargiolu
Al Rajhi Yazeed (sau), Toyota Hilux, Overdrive Toyota, Auto, Car, portrait during Stage 7 of the Dakar 2020 between Riyadh and Wadi Al-Dawasir, 741 km - SS 546 km, in Saudi Arabia, on January 12, 2020 - Photo Francois Flamand / DPPI
Al Rajhi Yazeed (sau), Toyota Hilux, Overdrive Toyota, Auto, Car, portrait during Stage 7 of the Dakar 2020 between Riyadh and Wadi Al-Dawasir, 741 km - SS 546 km, in Saudi Arabia, on January 12, 2020 - Photo Francois Flamand / DPPI © A.S.O./DPPI/F.Flamand
309 Al Rajhi Yazeed (sau), Zhiltsov Konstantin (rus), Toyota Hilux, Overdrive Toyota, Auto, Car, action during Stage 6 of the Dakar 2020 between Ha'il and Riyadh, 830 km - SS 478 km, in Saudi Arabia, on January 10, 2020 - Photo DPPI
309 Al Rajhi Yazeed (sau), Zhiltsov Konstantin (rus), Toyota Hilux, Overdrive Toyota, Auto, Car, action during Stage 6 of the Dakar 2020 between Ha'il and Riyadh, 830 km - SS 478 km, in Saudi Arabia, on January 10, 2020 - Photo DPPI © A.S.O/DPPI

On repère facilement chez lui un air d’éternel adolescent. Avec un sourire farceur constamment accroché à son visage, un ton enjoué et une voix haut perchée, Yazeed Al Rajhi peut passer pour un dilettante. Il l’a certainement été, durant une autre vie. C’est en tout cas ce dont se souvient Matthieu Baumel, toujours son coéquipier chez Toyota mais qui fut surtout son premier copilote durant quatre ans, lorsque le tout jeune Saoudien a démarré en rallye traditionnel. « C’était intéressant pour moi d’essayer d’aider à progresser un pilote qui roulait vite, mais à qui il manquait toutes les autres qualités, raconte Baumel. La grande difficulté, c’est qu’il avait beaucoup de mal à reconnaître ses erreurs. C’était toujours la faute de la voiture, du road-book, du copilote ! Mais progressivement il a évolué, en partie en arrivant à se définir des objectifs plus clairs. Avant il roulait pour s’amuser, maintenant il veut réellement gagner ». L’intéressé ne prendra pas ombrage du regard porté sur son parcours, qu’il analyse lui-même avec une vision complémentaire : « par rapport à mes débuts sur le Dakar en 2015, j’ai davantage d’expérience, je sais maintenant comment appréhender une course aussi longue. Il faut toujours préserver la voiture, c’est le plus important ».

La sagesse fait maintenant partie du registre d’Al Rajhi. Et l’arrivée du Dakar en Arabie Saoudite n’est peut-être pas étrangère à cette transformation selon le patron de Toyota Overdrive Jean-Marc Fortin, qui illustre sa pensée par une anecdote récente. « Sur le rallye du Kazakhstan il y a quelques mois, il était au coude à coude avec Nasser au moment où il est parti à la faute et mis sa voiture sur le côté. A ce moment, il est sorti de sa course, a terminé la spéciale sans casque et pris une lourde pénalité, a pris des photos de l’auto renversée pour son compte Instagram en pensant qu’il ne pouvait plus gagner. Mais le lendemain, c’est Nasser qui a perdu 25 minutes sur des problèmes mécaniques, il aurait donc pu s’imposer. Nous en avons parlé, et ça l’a bien fait gamberger. Dans la foulée, il s’est imposé sur le premier championnat d’Arabie Saoudite, auquel il tenait beaucoup, puis il s’est sérieusement préparé pour le Dakar ». Manifestement, le message a été entendu. Bien que Yazeed ne soit plus en position de s’imposer, il devrait tout de même obtenir son meilleur résultat en arrivant à Qiddiya cet après-midi : « Je suis très content de ma 4e place… mais avec un peu de chance elle peut aussi se transformer en 3e, espérait encore l’optimiste hier après-midi, par ailleurs impliqué dans son rôle de moteur de la discipline en Arabie Saoudite. Je sais que je peux servir à ouvrir la porte à de jeunes pilotes, notamment certains que je sponsorise et à qui je donne des conseils pour percer ». Matthieu Baumel et Jean-Marc Fortin peuvent être fiers de leur élève…

Al Rajhi Yazeed (sau), Toyota Hilux, Overdrive Toyota, Auto, Car, portrait during Stage 10 of the Dakar 2020 between Haradh and Shubaytah, 608 km - SS 534 km, in Saudi Arabia, on January 15, 2020 - Photo Julien Delfosse / DPPI
Al Rajhi Yazeed (sau), Toyota Hilux, Overdrive Toyota, Auto, Car, portrait during Stage 10 of the Dakar 2020 between Haradh and Shubaytah, 608 km - SS 534 km, in Saudi Arabia, on January 15, 2020 - Photo Julien Delfosse / DPPI © A.S.O/DPPI/J.Delfosse

Suivez-nous

Recevez des informations exclusives