N°915 Classic STA COMPETITION

ALEXANDRE LEMERAY

(fra) 1.82m / 110kg

Aficiones

Moto, rallye-raid, hockey sur glace

Sponsors

Continental, Best Drive, Je Roule à l’eau, Trans LF, ACS Accumulateur, Les Créations Plandière, Transtec, Vitalépargne, West Auto Logistics, chaudronnerie Lavie, S.O.P.I, SDA, TP Genet, Ouest TP, D. Blanchet, Sonic, RF Consulting, Transports Lerosey, Cochard Matériaux, Julienne Dupond, Lautour David, Bella Casa, le Jean bart, U Express, Terrassement Regnault, Tony Auto Prestige, Agnès Paysant d’amour

6 participations en assistance camion Dessoude entre 2002 et 2007

Interview

« Un véritable challenge avant le challenge »

La course contre la montre de la régularité, l’équipage des Normands du MAN STA Compétition aux couleurs de Best Drive l’a connue avant même le départ de la deuxième édition du Dakar Classic ! Ce n’est que fin septembre 2021 qu’ils ont décidé de s’engager. Le compte à rebours pour le chargement du véhicule à Marseille fin novembre ne leur laissait que deux mois. Un pari fou, un sprint avant le marathon. Et pas sans panache. Car si Alexandre possède un centre de montage de pneus Continental, si Fabien est transporteur et si Guillaume est artisan soudeur, aucun ne possédait un camion apte à partir sur le Dakar. Endormi depuis trois ans, le petit MAN de STA Compétition a été rapatrié en urgence grâce à l’entreprise de transport de Fabien jusque dans le centre d’Alexandre. Le transporteur, mécanicien poids-lourd de formation, s’est mis au travail. Guillaume s’est chargé de souder tous les aménagements internes. Les soirs de semaine, les week-ends, les trois aspirants au Dakar se sont retroussés les manches et ont fédéré autour d’eux amis et compétences locales pour réussir leur premier pari. Mais comme si cela ne suffisait pas d’être prêt à temps, il fallait aussi que le Kerax soit le plus vert possible. Alexandre s’est tourné vers une technologie canadienne et son représentant français Je roule à l’eau. Grâce à un système baptisé HHO, un générateur à hydrogène sépare les molécules composantes de l’eau pour injecter dans l’admission d’air du véhicule de l’hydrogène afin non seulement de réduire la consommation en carburant, mais qui plus est en ne rejetant plus de CO2 dans l’atmosphère. Une solution qui doit encore faire ses preuves dans les conditions du Dakar mais qui prouve que la transition énergétique ne passera pas que par le travail des équipes usines. En seulement deux mois, des amateurs de la Manche ont déjà prouvé qu’avec de l’huile de coude et de l’eau, un camion plus vert pouvait sortir du bocage. Et ils vont le faire « à l’ancienne » sans assistance, en autonomie totale, y compris au bivouac.

A.L. : « J’ai fait six Dakar en assistance camion entre 2002 et 2007 pour le team Dessoude. Depuis cinq ans que je travaille dans un centre de montage de pneus et entretien Best Drive, je parle du Dakar à mes clients. Je me suis rendu compte que beaucoup de gens rêvent du Dakar et qu’en regroupant les moyens on peut y arriver. En trois mois, on a trouvé des sponsors mais surtout on a reçu beaucoup d’aide. Pour moi qui était habitué à être payé pour partir au Dakar, cela a été une vraie nouveauté ! Mais tout le monde peut atteindre cet objectif. C’est une histoire qui est en train de s’écrire. On aligne un camion cette année, mais pour moi l’année prochaine il y en aura trois. Je veux emmener d’autres clients découvrir le Dakar Classic. On va rouler en volant partagé, il faut qu’ils aient le camion entre les mains pour vivre leur propre expérience, peut-être celle de la galère, mais je veux les laisser faire pour qu’ils aient envie de revenir. »

F.L. : « Je suis de Saint-Lô dans la Manche, du même coin qu’Alexandre. J’ai toujours baigné dans les camions, mon père était transporteur et moi aussi aujourd’hui j’ai huit camions. Au départ, j’étais mécanicien poids lourd et depuis gamin j’ai toujours voulu faire le Paris-Dakar. Par chez nous, il y a Nissan Dessoude qui en faisait beaucoup, cela m’a toujours intrigué et cela a toujours été un rêve. Et là, l’opportunité de le faire est venue avec Alexandre. Avec STA Compétition s’est présentée l’opportunité d’avoir le petit Man. On s’est dit oui fin septembre 2021, on l’a fait en deux mois. C’était un véritable challenge avant le challenge ! »

G.B. : « Alexandre est un ami d’enfance, depuis que l’on est enfant on regarde le Dakar, son oncle y participait avant. Lui a pris cette voie de l’assistance au Dakar, pas moi. J’ai continué à suivre ça de loin. Quand il m’a proposé de partir avec lui, j’ai sauté dessus. Pour moi, c’est une première totale. Premier rallye-raid, première compétition automobile. Je conduis un camion au travers de mon entreprise de métallerie pour la livraison et pour la pose sur des chantiers, mais c’est tout. »

Vehículo

STA COMPETITION

MAN L90
STA COMPETITION

  • MAN
  • L90
  • ia Baja 97-99

Clasificación 2022

Síguenos

Recibe información exclusiva del Dakar