تعرف على أبطال داكار من خلال فقرة "داخل المخيم المبيت"
N°418 سيارات SÉBASTIEN LOEB RACING - BARDAHL TEAM

FLORENT VAYSSADE

(fra) 1.9m / 88kg

الهوايات

VTT, course à pied, kayak,

الجهات الراعية

R-Flow, Rouillac Gilbert Maçonnerie, Goli travaux, Carrières Galibert, , Garage Bourel, Auto 12 Laissac, Nord Aveyron Cuisines, Dans les pas de Léa, Laissac Automobile, Lave-Héron, Ets Lemouzy

2020 : 3e (Original by Motul)
2019 : 28e (moto)
2016 : 27e (moto)
2015 : Abandon étape 7 (moto)

2021 : Rallye du Maroc (27e)
Rallye d’Andalousie (26e)
2019 : Championnat de France d’enduro (3e cat. vétéran)
2018 : Rallye du Maroc (17e)
2014 : Rallye du Maroc (13e)
2013 : Rallye du Maroc (15e)

مقابلة

« Un beau challenge »

Un sportif de haut niveau peut en cacher un autre ! Florent Vayssade a acheté sa première moto à 28 ans. Dans une vie précédente, il était kayakiste freestyle de haut niveau et a couru les championnats d’Europe et du Monde. Après avoir arrêté la compétition, c’est le passage de l’épreuve d’enduro Aveyronnaise Classic près de chez lui qui lui donne envie de se lancer. Il s’engage à fond dans cette nouvelle discipline et participe à des épreuves régionales, au championnat de France d’enduro puis découvre le rallye, avec de bons résultats à la clé, comme cette 15e place au Rallye du Maroc en 2013. Pour sa première participation au Dakar, le Salar d’Uyuni a stoppé net les ambitions de l’Aveyronnais en 2015. Mais l’année suivante, en tant que porteur d’eau au sein du team Sherco pour Joan Pedrero et Alain Duclos, Florent a connu la joie de l’arrivée, qui plus est à une très honorable 27e place. Le potentiel observé a été confirmé pour son retour en 2019 avec la 28e position du classement final. En 2020, le changement de continent s’accompagne pour Florent d’un nouveau défi puisqu’il s’est engagé sans assistance dans la catégorie « Original by Motul ». Classé troisième, Florent Vayssade s’est ensuite lancé sur quatre roues en compagnie de son ami Nicolas Rey. Ils ont mis deux années à mettre le projet en place pour disputer leur premier Dakar ensemble au volant d’un Can-Am. Régulièrement parmi les meilleurs, ils ont conclu l’exercice au 21e rang chez les SSV. Par manque de budget, le duo pensait revenir en 2024, mais le hasard fait parfois bien les choses. Par l’intermédiaire des connaissances communes, ils se sont retrouvés enrôlés dans le team Sébastien Loeb Racing. Au volant d’un Polaris, Vayssade et Rey auront pour objectif de développer le projet de Sébastien Leob, en compagnie de leurs coéquipiers Xavier De Soultrait/Martin Bonnet.


FV : « Nous ne devions pas repartir sur le Dakar cette année. Par l’intermédiaire de connaissances communes, nous nous sommes retrouvés à échanger avec le directeur et le directeur sportif de la structure de Sébastien Loeb. C’était une rencontre totalement improbable, du pur hasard. Nous nous sommes mis d’accord et je pense que c’est un beau challenge. Nous nous sommes donc peu préparés. Le Dakar sera l’un de nos premiers roulages. Parallèlement, je continue à faire beaucoup de moto. Je m’entretiens régulièrement toute l’année. Je vois ça comme une opportunité. Intégrer une structure comme SLR, c’est très intéressant. Ils collaborent avec Polaris pour développer un T4 puis, à l’avenir, un T3. Donc être au départ de tout ça, c’est super excitant. On va pouvoir faire des essais, faire évoluer la voiture. Après avoir arrêté la moto, c’était la bonne occasion pour rebondir. J’échange beaucoup avec Xavier De Soultrait qui sera mon coéquipier chez SLR. Il n’a jamais fait le Dakar en SSV, donc on discute beaucoup. On s’entend super bien puisqu’on se connaît de la moto. Pour ce Dakar, nous allons essayer de ne pas rencontrer de problèmes. Si l’on peut figurer dans le Top 10, ça serait bien pour une première sortie de la voiture. Il s’agira ensuite de la faire évoluer. »

NR : « En 2022, j’ai disputé mon premier Dakar. Ça s’est plutôt bien passé. C’était la première fois que Florent y participait en SSV. On a fait quelques performances assez sympas. Nous ne pensions pas nous retrouver à ce niveau-là. On a eu aussi quelques galères, mais ça fait partie du Dakar ! On a pris beaucoup de plaisir et nous n’espérions pas jouer aussi proche des avant-postes. Et puis, avant tout, c’est une aventure entre potes, une aventure humaine durant laquelle on partage des choses. Je l’ai fait avec un ami, ce qui est très plaisant. Nous avons eu une super opportunité avec SLR. C’était un truc à tenter, avec le nouveau Polaris… On ne sait pas trop où nous allons, car la voiture n’a pas encore beaucoup roulé. C’est un peu l’inconnu, mais la structure est très professionnelle. Il faut encore que nous définissions nos objectifs avec l’équipe, mais dans tous les cas, il s’agira de se rapprocher des meilleurs pilotes. On va essayer d’exploiter et développer au maximum le véhicule. On est conscients qu’il peut y avoir des difficultés, mais on espère qu’elles iront dans notre sens. »

المركبة

SÉBASTIEN LOEB RACING - BARDAHL TEAM

POLARIS RZR PRO R
SÉBASTIEN LOEB RACING - BARDAHL TEAM

  • POLARIS
  • RZR PRO R
  • SLR
  • SLR
  • T4: تعديل إنتاج العربات الصحراوية

التصنيف 2023

تابعونا على مواقع التواصل الاجتماعي

احصل على معلومات حصرية