Dakar 2022 - Étape 10 | Une de plus pour « Peter » et Price

Dakar 2022 | Étape 10 | Wadi Ad Dawasir > Bisha
12 janvier 2022 - 20:08 [GMT + 3]

L’ŒIL DANS L’OBJECTIF
C’est une étape de 759 km qui attendait les concurrents qui ont quitté ce matin Wadi Ad-Dawasir. En liaison plein Sud, d’abord en direction de la province de Najran pour rejoindre le départ de la spéciale de 375 km qui serpentait entre les plateaux de Wajid et de Hijaz, avec leurs sommets culminant jusqu’à 1770 mètres d’altitude dans des décors uniques au monde. Ceux de la Province de l’Aseer et ses pythons rocheux les pieds plantés dans le sable. Un terrain rapide composé à 66% de sable en direction du  Nord-Ouest avec en ligne de mire la ville de Bisha où la caravane s’est installée pour deux nuits avant l’étape finale. De quoi venir à bout de certaines mécaniques qui devaient aujourd’hui dépasser les 6500 km de course, à l’image de celle de la numéro 1 de KTM (voir le coup dur du jour), ou de s’offrir une nouvelle victoire à deux jours de la fin, ce dont Peterhansel, avec une 49e spéciale sur quatre roues, ne s’est pas privé de faire.

Le résumé du jour présenté par Gaussin - Étape 10 - #Dakar2022

L’ESSENTIEL
L’ambiance n’est pas seulement électrique dans la Audi de Stéphane Peterhansel, mais aussi au sommet de la hiérarchie des motos, l’enjeu de la victoire finale étant loin d’être réglé. L’étape du jour, remportée par Toby Price, a occasionné peu d’écarts, mais a en revanche copieusement redistribué les cartes. Adrien Van Beveren a eu le mérite de mettre du panache pour aller conquérir la première place du classement général, mais cet honneur pourrait se transformer en cadeau empoisonné. Car ses rivaux directs pour le titre, que sont Pablo Quintanilla et Sam Sunderland, respectivement pointés à 5’15’’ et 5’59’’ de lui, auront le bénéfice d’une position de départ éloignée. Or sur cette étape sablonneuse, la position d’éclaireur dont le pilote Yamaha, contraint d’attaquer, va très vite hériter en partant en 3e position, deviendra immanquablement un handicap. Le Français est ainsi contraint à l’exploit pour résister à ses poursuivants, dont les intérêts sont de plus communs par exemple pour les pilotes GasGas, KTM et Husqvarna qui roulent tous sous la direction sportive de Jordi Viladoms. On ne se pose pas autant de questions dans le paddock des teams Toyota et BRX, qui abritent les autos de Nasser Al Attiyah et de Sébastien Loeb. Les deux premiers du général sont séparés de près de 33 minutes, et le Français n’a réussi à gratter que 1’25’’ à son devancier… à ce rythme, il faudrait rallonger le Dakar jusqu’à la mi-février pour qu’il puisse déloger le Qatarien ! Derrière le duel au sommet, on continue de batailler pour les spéciales, et les Audi RS Q e-tron se montrent bel et bien au rendez-vous, même sorties du jeu de la gagne. Après les succès de Carlos Sainz et de Mattias Ekström, c’est aujourd’hui Stéphane Peterhansel qui y va de son scratch : le 82e de sa carrière, mais le 1er avec un 4x4 à motorisation hybride. En quads, après les déboires de Pablo Copetti, qui a cassé le moteur de son quad comme Kevin Benavides celui de sa KTM (voir le Coup dur du jour), Alexandre Giroud a un boulevard devant lui pour aller chercher le titre, avec 2h36’ d’avance. Le contexte est à peine plus stressant pour « Chaleco » Lopez, leader des T3, qui poursuit sa route sans forcer avec une petite heure d’avance sur Sebastian Eriksson, et se soucie peu de voir le jeune Américain Seth Quintero signer sa 10e victoire de spéciale de l’année dans la catégorie. A peine plus âgé, le Lituanien de 22 ans Rokas Baciuska dispute en SSV son premier Dakar… et remporte sa première spéciale. Austin Jones n’en a pas gagnée cette année, mais se dirige vers la victoire avec 11’54’’ d’avance sur Gerard Farres. Le camion de Dmitry Sotnikov joue quant à lui sur tous les tableaux, avec une 4e spéciale qui lui offre une avance au général d’une dizaine de minutes devant Eduard Nikolaev.


#18 Price Toby (aus), Red Bull KTM Factory Racing, KTM 450 Rally Factory Replica, Moto, W2RC, action during the Stage 1B of the Dakar Rally 2022 around Hail, on January 2nd, 2022 in Hail, Saudi Arabia
#18 Price Toby (aus), Red Bull KTM Factory Racing, KTM 450 Rally Factory Replica, Moto, W2RC, action during the Stage 1B of the Dakar Rally 2022 around Hail, on January 2nd, 2022 in Hail, Saudi Arabia © Charly Lopez / ASO
200 Peterhansel Stéphane (fra), Boulanger Edouard (fra), Team Audi Sport, Audi RS Q e-tron, Auto FIA T1/T2, action during the Stage 10 of the Dakar Rally 2022 between Wadi Ad Dawasir and Bisha, on January 12th 2022 in Bisha, Saudi Arabia - Photo Frédér
200 Peterhansel Stéphane (fra), Boulanger Edouard (fra), Team Audi Sport, Audi RS Q e-tron, Auto FIA T1/T2, action during the Stage 10 of the Dakar Rally 2022 between Wadi Ad Dawasir and Bisha, on January 12th 2022 in Bisha, Saudi Arabia - Photo Frédér © Frédéric Le Floch / DPPI
303 Quintero Seth (usa), Zenz Dennis (ger), Red Bull Off-Road Junior Team, OT3 - 02, T3 FIA, W2RC, action during the Stage 6 of the Dakar Rally 2022 around Riyadh, on January 7th 2022 in Riyadh, Saudi Arabia - Photo Florent Gooden / DPPI
303 Quintero Seth (usa), Zenz Dennis (ger), Red Bull Off-Road Junior Team, OT3 - 02, T3 FIA, W2RC, action during the Stage 6 of the Dakar Rally 2022 around Riyadh, on January 7th 2022 in Riyadh, Saudi Arabia - Photo Florent Gooden / DPPI © Florent Gooden / DPPI

LA PERF’ DU JOUR
Si les regards sont rivés sur Seth Quintero qui cumule désormais 10 spéciales en T3 cette année, derrière l’Américain la lutte fait rage. Et parmi ses adversaires se tient une certaine Dania Akeel. Une des deux seules représentantes saoudiennes engagées cette année avec Mashael Alobaidan, cette surdouée apprend vite… et pour cause ! Invitée au Dakar il y a deux ans par la fédération saoudienne, elle a profité de l’occasion pour franchir quelques dunes derrière un volant. Il ne lui en a pas fallu beaucoup plus pour aiguiser son appétit et lui donner envie de participer au rallye-raid le plus exigeant. Elle a donc décidé de s’engager à la coupe du monde des bajas tout-terrain en catégorie T3, qu’elle a gagnée dès sa première tentative à bord d’un Can-Am. Cette performance lui a ouvert les portes du 44e Dakar. Classée 16e au terme de l’étape inaugurale à Jeddah, sa ville de naissance, elle a accroché son premier Top 10 lors de l’étape 4. Deux spéciales plus tard, elle pointait sixième au général avec le statut de deuxième rookie derrière Sebastian Eriksson. Cette ascension en a malheureusement pris un gros coup lors de l’étape 7. Victime d’un problème mécanique dans le dernier tronçon, elle a perdu plus de 4h30’ pour réparer avant de repartir. Épaulée par Sergio Lafuente, ancien athlète olympique, Akeel ne baisse pas les bras. 13e et 14e les deux jours suivants, la pilote South Racing signe son meilleur résultat du Dakar aujourd’hui avec une belle sixième place à un peu moins de 22’ de Quintero. Sans ce coup du sort de l’étape 7, elle figurerait probablement parmi les cinq premiers des prototypes légers. Pas grave, son objectif de rallier l’arrivée est pour le moment respecté et au passage, elle marque les esprits en ouvrant la voie à d’autres concurrentes saoudiennes.

LE COUP DUR DU JOUR
Le Dakar mène la vie dure à Kevin Benavides. Les misères qui s’abattent sur lui ont débuté il y a bien longtemps, puisqu’après sa révélation sur l’édition 2016 (4e), il a connu plusieurs fois la frustration de voir la victoire lui échapper dans les derniers jours du rallye, jusqu’à finalement atteindre la consécration en janvier 2021. Cette année, la défense de son titre était très mal engagée avec 36 minutes déjà perdues à la fin de la première étape, mais l’Argentin a fait preuve de détermination et de talent pour entreprendre une reconquête. Au départ de la spéciale dessinée entre Wadi et Bisha, il pointait même au 5e rang de la hiérarchie et les 10 minutes qui le séparaient de Matthias Walkner, alors leader du général, lui autorisaient tous les espoirs. Mais au km 133, sa KTM l’a lâché. « Se rompio el motor », a très rapidement communiqué le Salteño totalement dépité sur ses réseaux sociaux. Le verdict est sans appel, avec son moteur cassé, Kevin se retrouve fauché dans son élan chevaleresque. Tout est à refaire.  

Abandon de Benavides - Étape 10 - #DAKAR2022

LA STAT’ DU JOUR : 3 

Le saviez-vous ? Rokas Baciuska est le plus jeune pilote lituanien à disputer le Dakar et aujourd’hui, il s’est imposé pour la toute première fois chez les SSV. Il rejoint ses compatriotes Laisvydas Kancius, qui a gagné l’étape 2 en quad cette année, et Vaidotas Zala, vainqueur de la première spéciale en 2020 chez les autos. En Lituanie, le Dakar fascine et comme Baciuska le souligne, dans un pays qui compte trois millions d’habitants, tout le monde connaît quelqu’un qui a déjà couru le Dakar. En parfaite harmonie avec son copilote Oriol Mena, réputé pour son parcours sur deux roues, depuis le Rallye du Maroc, Baciuska aligne un Can-Am au sein de la flotte de 10 véhicules du pays. Hormis Andore qui ne compte que 78 000 habitants, la Lituanie est le pays qui présente le ratio le plus élevé de véhicules sur le Dakar avec ses 2,7 millions d’habitants. La délégation est d’ailleurs aussi honorablement représentée chez les autos avec Vaidotas Zala qui flirte avec le Top 10 (12e) et par Vaidotas Paskevicius, 11e chez les camions.


W2RC : LES FEMMES A L’HONNEUR EN T3

Au championnat du monde T1, Sébastien Loeb profite de la relative prudence d’Al Attiyah pour empiler les packs de 5 points. C’est maintenant ce même écart que le Français possède à présent sur le Qatarien avec 37 pts au total. Przygonski s’offre sa première deuxième place au championnat et revient à égalité avec Serradori qui n’empoche qu’un seul point. Lucio Alvarez s’offre encore 2 pts et prend l’avantage sur ces deux-là.
En T3, si Quintero compte 10 victoires d’étapes, les femmes sont à l’honneur aujourd’hui avec la deuxième place parmi les inscrits au championnat conquise par Cristina Gutierrez et le premier point que s’est offert la Saoudienne Dania Akeel.
En T4, Rokas Baciuska monte sur la plus haute marche du W2RC du jour et vient égaler Aron Domzala au provisoire, le Polonais et le jeune Lituanien étant 5e ex aequo avec 19 points. Michal Goczal profite du mauvais jour de son frère pour ravir 3 pts et revenir à son contact. Il est 2e avec 30 pts, un de plus pour Marek.
Chez les T5, pour la sixième journée consécutive, Macik devance Koolen et Vratny au championnat.
Du côté des motos, le quarté le plus côté en vue de la distribution des premiers points 2022 à deux jours de l’arrivée est composé de Quintanilla et Barreda (Honda), Sunderland (GasGas) et Walkner (KTM). Quatre hommes et trois marques, les jeux sont ouverts.


Suivez-nous

Recevez des informations exclusives