Le dépassement de soi

11 janvier 2021 - 11:15 [GMT + 3]

Enduriste émérite, Audrey Rossat participe à son premier Dakar. Physiquement malmenée, la Française attaque la deuxième semaine en s’accrochant pour aller au bout de l’expérience.

Hier encore, Audrey Rossat a rallié l’arrivée de la première spéciale de l’étape marathon en serrant les dents. Soixante-neuvième à 3h39' du vainqueur de l’étape, la Française a pris le temps de s’asseoir avec l’équipe de l’ASS (arrivée de la spéciale) pour manger un morceau, boire un peu d’eau, et se laisser masser les mains par le toubib en charge de vérifier l’état de forme des concurrents. Crispée au guidon de KTM depuis plus de huit heures, Audrey confie en baver plus qu’elle ne l’avait imaginé. « On m’avait dit que c’était facile, je me suis fait avoir, plaisante celle qui s’est lancée dans l’aventure sur les conseils de son entraîneur. C’est long, technique... Au début de la spéciale, je roule bien, j’arrive même à doubler. Surtout dans le sable car je sens moins les douleurs. Mais dans les cailloux, et quand les kilomètres s’accumulent... Je ne tiens plus la moto, j’ai du mal à accélérer. Et quand il faut la relever, c’est très dur. » Pourtant, avec plusieurs titres de championne de France et d’Europe, sans compter les titres mondiaux par équipe, cette gardienne de la paix de profession n’en est pas à ses premiers kilomètres en tout-terrain. « En enduro, même lors des six jours, on ne roule pas autant, précise-t-elle. Lors de l’étape 5, j’ai passé plus de quinze heures sur la moto. Je n’avais jamais fait ça. Je crois qu’il faut être un peu fou... » Malgré la souffrance, Audrey n’est pas décidée à jeter l’éponge. « Je m’accroche pour les gens qui me suivent et parce que je me suis donnée du mal pour être là. Il n’y a plus de plaisir de pilotage, je ne regarde plus les paysages... Ça n’est plus qu’une histoire de dépassement de soi, ça devient purement personnel. »  Une quête que la Française partage avec de nombreux concurrents.

Suivez-nous

Recevez des informations exclusives