Dans la famille Dabrowski… le fils !

Dakar 2022 | Etape 11 | AlUla > Yanbu
14 janvier 2021 - 08:04 [GMT + 3]

Marek Dabrowski avait été au début des années 2000 l’un des pionniers polonais sur le Dakar à moto. C’est maintenant son fils Konrad, 19 ans, qui prend la relève et participe pour la première fois à l’épreuve. Ça promet.

C’est un peu comme si la moto était le prolongement du corps chez Konrad Dabrowski, qui se souvient d’avoir roulé aussi loin que remontent ses souvenirs. En années de pratique, on pourrait presque considérer qu’il a même déjà du métier, mais le Polonais de 19 ans pourrait fort bien devenir d’ici demain soir le plus jeune motard à terminer le Dakar à moto. S’il n’est pas réellement concentré sur les statistiques, Konrad est surtout transporté par sa première expérience sur le Dakar, dont il connait des milliers de détails par les conseils que lui ont donné son père Marek et son complice Jacek Czachor, mais qu’il n’a jamais fréquenté y compris comme visiteur : « C’est au-delà de mes attentes. Chaque jour quand je vois mes résultats c’est une surprise, et c’est un honneur quand je vois les noms des pilotes qui sont autour de moi, explique-t-il sur le bivouac d’Al Ula alors qu’il pointe à une épatante 30e position au classement général. Au début j’ai été impressionné par la vitesse et je me suis demandé si physiquement j’allais tenir ce rythme. Mais maintenant je me sens mieux chaque jour, je crois que ce sont mes yeux qui se sont habitués à cette allure ».

La prestation du jeune homme n’est qu’une demi-surprise lorsque l’examen de son CV révèle qu’il a déjà bouclé le rallye du Maroc en 2019 et l’Africa Race en janvier 2020. « C’est à ce moment qu’on a décidé que je serais prêt pour le Dakar et je suis heureux d’avoir tenté le challenge, explique Konrad. Mais maintenant je suis encore plus nerveux qu’au début, je ne veux pas tout gâcher. J’ai passé tellement d’heures sur la moto, alors je ne prendrai aucun risque sur les deux dernières étapes. De toute façon, n’importe quel résultat sera mon record personnel ! » Au trouillomètre, c’est certainement l’aiguille de Marek qui monte le plus haut en cette fin de rallye. Même avec 12 Dakar disputés à moto (9e en 2003) puis 3 en autos avec Czachor, le papa tremble tous les jours en attendant son fiston au  bivouac : « Je lui demande toujours de ralentir, mais il a envie de s’amuser aussi. Je ne m’attendais pas à ce qu’il soit déjà à ce niveau. Bien sûr, il ne serait pas ici si je ne le savais pas intelligent. Mais je vois qu’il est capable de naviguer, de rouler vite et plus lentement, et je ne pense pas que beaucoup de gens soient capables de faire ça, surtout la première fois. Il est bien meilleur que moi quand j’ai commencé ». Si l’on se rend à l’évidence tout en s’autorisant à rêver tout haut, peut-on imaginer un destin de vainqueur à cette pépite venue de Varsovie ? Connaisseur s’il en est, son père Marek ne fixe aucune limite : « Je préfèrerais qu’il passe à la voiture, ce serait mieux pour mon cœur ! Mais je sais qu’il a les moyens de devenir un top-pilote et pourquoi pas de gagner le Dakar. En revanche il doit progresser étape par étape ».

Suivez-nous

Recevez des informations exclusives