Chasser les démons

Dakar 2022 | Etape 10 | Neom > AlUla
13 janvier 2021 - 09:24 [GMT + 3]

Beau-frère du regretté Paulo Gonçalves, Joaquim Rodrigues a bouclé hier la neuvième étape du rallye en treizième position, à 30 minutes de Kevin Benavides. Bien que douzième au classement général, le Portugais ne se soucie guère de sa position. S’il est là cette année, c’est avant tout pour chasser ses démons.

Hier, lorsqu’il a rejoint l’arrivée de la neuvième étape dans les sables de Neom, Joaquim Rodrigues a retiré son masque et s’est mis à pleurer. Les larmes ont coulé sur ses joues recouvertes de poussière, emportant avec elle la tristesse et l’émotion de cette journée que le pilote portugais redoutait tant. Il y a un an jour pour jour, Paulo Gonçalves trouvait la mort lors de la septième étape du premier Dakar organisé en Arabie saoudite. Ce 12 janvier 2020 restera à jamais gravé dans la mémoire de Joaquim Rodrigues. Paulo était son beau-frère, le mari de sa sœur Sofia, le père de son neuveu et de sa nièce. Ce jour-là, lui aussi était engagé sur le rallye. Effondré après l’accident, il avait jeté l’éponge et renoncé à poursuivre sa course. Hier matin, en quittant le bivouac de Neom, Joaquim n’avait d’autres pensées que pour Paulo. « Quand je me suis réveillé, j’ai pleuré jusqu’au moment de monter sur ma moto, glisse-t-il entre deux sanglots. Ça fait un an qu’il est parti, depuis je suis au fond du trou. Si je suis là aujourd’hui, c’est parce que je me suis promis de finir ce Dakar pour lui. Pour honorer sa mémoire et pour surmonter la dépression dans laquelle m’a plongé sa disparition. » Quoi que lui réservent les trois dernières étapes, Joaquim fera tout pour rejoindre Jeddah. « Je le ferai pour lui », lance le Portugais en pointant un doigt au ciel.

Suivez-nous

Recevez des informations exclusives