« Mon plaisir est de voir du pays »

2 janvier 2020 - 19:30 [GMT + 3]

Olivetto
/

Il en est qui rêvent de bagarres, de victoire et de triomphe, et d’autres pour qui le Dakar est synonyme d’expérience du voyage et de découverte de nouveaux horizons. « Mythique, cette course a toujours rassemblé des personnes très différentes, témoigne un habitué de longue date du rallye croisé aux vérifications techniques. Chacun vient y chercher sa propre aventure. » Matteo Olivetto s’est lui clairement engagé cette année pour poser ses roues dans ce coin du monde qui l’a toujours fasciné mais où il n’est pas forcément facile de venir se promener. Originaire de Padoue, en Vénétie, cet Italien de 43 ans s’attaque à son deuxième Dakar. « J’ai fait le premier en 2017, lance-t-il fièrement. Nous étions partis du Paraguay pour rejoindre l’Argentine et la Bolivie. C’était magnifique, mais j’avais malheureusement cassé mon moteur durant la dixième étape. » Une grosse déception pour ce pompier professionnel qui a fini par réunir le budget suffisant pour se lancer à nouveau cette année dans l’aventure du Dakar. « Le fait de venir rouler en Arabie Saoudite m’a vraiment motivé, glisse-t-il. J’aime beaucoup les pays d’Amérique du Sud, mais j’y ai déjà voyagé à une vingtaine de reprises. Pouvoir découvrir de nouvelles contrées était pour moi très excitant. » Car s’il adore la moto et participe au championnat italien des rallyes, Matteo Olivetto est surtout un amoureux du voyage. « C’est ma vie, résume-t-il. A moto ou à pied avec un sac à dos, mon plaisir est de voir du pays. » Et la course dans tout ça ? « Le Dakar c’est le Dakar ! », réplique-t-il du tac au tac. Pour sa seconde expérience sur un rallye qui en était à sa troisième édition l’année de sa naissance, le pilote italien n’aura d’autre objectif que de couper la ligne d’arrivée à Qiddya. Pour cela, il a peaufiné avec des amis la préparation d’une 450 KTM qu’il engagera de nouveau, pour une question de budget, dans la catégorie Original by Motul. « Je m’attends à un parcours difficile mais j’adore la navigation, se réjouit-il. C’est un domaine dans lequel je me débrouille plutôt bien. » Voilà qui devrait lui être utile.

Suivez-nous

Recevez des informations exclusives