Loeb en redemande

31 octobre 2018 - 09:36

Après trois participations consécutives au Dakar, 10 victoires d’étapes et une 2e place au classement général en 2017, Sébastien Loeb poursuit finalement sa carrière en rallye raid et se présentera bien au départ de la 41e édition à Lima. Bien que la marque au lion ait mis fin à son engagement officiel dans la discipline, c’est à nouveau au volant d’une Peugeot 3008, cette fois-ci préparée par l’écurie PH Sport, qu’il compte se lancer dans la conquête du titre.

Manifestement, il a repris goût à la victoire ! Une poignée de jours après s’être imposé sur le rallye de Catalogne, soit le 79e succès de sa carrière alors qu’il s’est retiré du WRC depuis son 9e titre en 2012, Sébastien Loeb annonce par surprise sa participation au Dakar pour l’édition 2019. En janvier dernier, c’est au cœur des dunes du désert de Tanaka au Pérou qu’il avait quitté l’épreuve par la petite porte, après la blessure de son copilote Daniel Elena à la réception d’un saut de dune un peu trop acrobatique. Et c’est précisément sur ce terrain qu’il aura à batailler pour tenter de décrocher son premier titre sur le Dakar, qu’il a achevé en deuxième position en 2017 et où il a remporté 10 étapes en trois participations. « J’aime les dunes. La clé du succès sur ce type de terrain consiste à ne pas s’ensabler, analyse le pilote alsacien. C’est ce sur quoi je vais me concentrer lors des essais. J’ai pris la décision de refaire le Dakar à la dernière minute mais j’ai toujours soif de victoire. Nous allons probablement manquer de préparation mais je n’ai pas oublié tout ce que j’ai appris ces trois dernières années. »

Au-delà du déficit de préparation par rapport à ses rivaux, Sébastien Loeb relève le défi de s’engager cette fois-ci dans une structure privée, à savoir le team PH Sport qui lui préparera une Peugeot 3008 dans sa version 2017, dont deux autres exemplaires seront confiés à Harry Hunt et à Pierre Lachaume. « Je suis prêt à tenter l’aventure, un peu comme lors de mes trois apparitions en Championnat du monde des Rallyes cette année pour lesquelles le succès était loin d’être garanti », explique le pilote qui devra faire face à ses anciens collègues Stéphane Peterhansel, Carlos Sainz et Cyril Despres, tous trois passés chez Mini après l’arrêt du team officiel Peugeot, ainsi qu’à Nasser Al Attiyah et Giniel de Villiers dans le clan Toyota : « Ils seront des concurrents redoutables. Nous ne savons donc pas du tout quel sera notre niveau de compétitivité mais plusieurs équipages ont leur chance de gagner et j’espère que nous en ferons partie. »

Suivez-nous

Recevez des informations exclusives

Partenaires du Dakar

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblés en fonction de vos centres d'intérêts.