Le Dakar, une passion chilienne

Après plusieurs escales européennes, le Dakar Tour s’est poursuivi à Santiago du Chili ce vendredi. À l’image des top pilotes, Pablo Quintanilla (moto, Husqvarna) et Ignacio Casale (quad, Yamaha), de nombreux amateurs souhaitent participer à l’aventure qui se déroulera au Pérou en janvier prochain avec un intérêt croissant pour le SxS. Objectif : faire perdurer la longue histoire commune du Chili avec le Dakar. 

Un lien indéfectible. Depuis 1989, le Chili a toujours compté au moins un représentant au Dakar. Depuis la première participation de Carlo de Gavardo, habitué des Dakar africains, le contingent chilien n’a fait que prendre de l’importance au cours des années, notamment depuis l’arrivée du rallye-raid le plus éprouvant au monde en Amérique latine en 2009. Cette longue histoire se poursuivra en janvier prochain, comme l’a démontré la soirée Dakar Tour organisée à Santiago du Chili vendredi qui a réuni la majorité des acteurs chiliens du rallye-raid. 

« Des étapes plus techniques axés sur la navigation »

Parmi eux, les « top pilotes », habitués à jouer les premiers rôles à l’image de Pablo Quintanilla, 8e du dernier Dakar et 3e en 2016. « Les conditions, les dunes, le type d’étapes, les boucles… Chaque jour va nous réserver des surprises, estime le pilote Husqvarna. Le grand public estime parfois à tort que les étapes courtes sont les plus faciles mais c’est souvent le contraire. Elles seront plus éprouvantes, plus techniques, avec davantage de navigation et de dunes ». 

« Ce sera un Dakar particulier, plus intense où le niveau de difficulté sera très élevé » corrobore Ignacio Casale. Le Chilien le plus titré de l’histoire du Dakar, avec ses deux victoires en quad en 2014 et en 2018, a hâte d’en découdre : « ce qui me plait dans cette édition c’est l’importance des dunes, ce qui m’a beaucoup réussi l’an dernier où j’ai gagné trois étapes de suite au Pérou ».  

Au Chili, le Side by Side à la côte 

Chez les pilotes amateurs, cette nouvelle édition aiguise aussi les appétits. Après trois ans d’absence, le pilote Luis Eguiguren, compte bien être sur la ligne de départ. Il souhaite créer son écurie et tenter sa chance en Side by Side, une catégorie de véhicules entre le quad et le buggy qui a fait son apparition lors du dernier Dakar. « Le format du Dakar est idéal pour le SxS avec des étapes musclées et peu de liaisons ». 

Il n’est pas le seul à se laisser séduire par les SxS : c’est aussi le cas de Sandro Peppi, ex-coureur de rallye très populaire au Chili qui a soif d’aventures. Par ailleurs, Francisco « Chaleco » Lopez, 3e du général en moto en 2010 et 2013, prépare lui aussi son retour dans cette catégorie. 

 

Suivez-nous

Recevez des informations exclusives

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des publicités ciblés en fonction de vos centres d'intérêts.