Dakar

CONCOURS PHOTO « EMILIE-POUCAN » 2014 Parrainage EDOX Swiss Watches

20/01/2014

    Le 4ème prix « Emilie-Poucan » de la meilleure photo du Dakar, parrainé par Edox (chronométreur officiel du Dakar), a été décerné au photographe argentin Marc VAN DER AA de l'agence Shake Down Team.
    Nous remercions tous les photographes qui ont participé à ce concours, dédié à la mémoire d'Emilie, attachée de presse du Dakar, qui avait elle-même initié ce prix.

    Autos : un max de Mini... et un max d'envies

    01/01/2014

    Avec 12 voitures au départ, dont les Mini de Stéphane Peterhansel et de Nasser Al Attiyah, le Team X-Raid se positionne comme l'écurie à battre sur le Dakar 2014. Mais la forteresse pourrait être assiégée par des buggys en pleine progression, ou encore par la Toyota de Giniel De Villiers.

      C'est ce qu'on appelle une armada. Le team X-Raid aligne 12 voitures sur le Dakar, dont 11 Mini, c'est-à-dire l'auto qui a fait la preuve de sa supériorité sur les deux dernières éditions. Aux commandes de ces machines à gagner, 5 pilotes ont déjà fréquenté l'élite du Top 5 du Dakar : Orlando Terranova (5ème en 2013) ; Krzysztof Holowczyc (5ème en 2009 et en 2011) ; Joan « Nani » Roma, vainqueur à moto il y a dix ans puis 2ème en auto en 2012 ; et surtout deux anciens vainqueurs de la course, Nasser Al Attiyah en 2011 au volant d'une Volkswagen, puis le maître de la discipline, Stéphane Peterhansel, sacré à 11 reprises au total, dont 6 titres à moto et les deux dernières éditions au sein de l'écurie dirigée par Sven Quandt. Le duel annoncé promet précisément de mettre aux prises le double tenant et la recrue qatarienne de l'année, qui a cédé aux charmes de la Mini après avoir mis entre parenthèses son expérience avec les buggys engagés l'année dernière. Mais le CV et les tempéraments des trois autres cartes maitresses du groupe laissent augurer de l'esprit de conquête qui animera la bande… quitte à l'exposer à des luttes internes parfois préjudiciables.

      Pour autant, la concurrence qui a déjà en partie montré son appétit et ses arguments en 2013 n'aura pas nécessairement besoin de tabler sur des maxi mésaventures côté Mini pour prétendre rivaliser. Chez Toyota, on affirme que les développements du Hilux l'ont encore fait progresser. Qu'à cela ne tienne, Giniel De Villiers, vainqueur du premier Dakar sud-américain, s'est justement échauffé en terminant 3ème puis 2ème les deux dernières années ! Voilà de quoi placer le Sud-Africain au tout premier rang des prétendants à la succession de « Peter ». Sur le même registre de discrétion et de régularité que De Villiers, le Portugais Carlos Sousa sera quant à lui le leader du constructeur officiel chinois Haval, dont les ambitions les plus élevées sont peut-être fixées à moyen terme, comme pour Ford avec l'Argentin Lucio Alvarez.

      Dans un autre style, mais avec autant de conviction, les buggys avancent en nombre, avec de plus du panache et une certaine forme d'efficacité pour faire trembler les murs de la maison X-Raid. Philippe Gache, qui avait déjà placé deux de ses nouveaux buggys dans le Top 10 l'année dernière, voit encore plus grand pour 2014 et s'est peut-être donné les moyens de ses ambitions en attirant chez lui Carlos Sainz, vainqueur 2010. Le choix s'est élargi en deux roues motrices, avec le développement par Eric Vigouroux d'un véhicule conçu l'année dernière par l'Américain Damen Jefferies, et qui avait alors remporté quatre étapes avec Al Attiyah et Sainz dans sa première version. Fiabilisés dans l'intervalle, les deux exemplaires de son Proto « Colorado » seront confiés à BJ Baldwin, la star américaine  du tout-terrain, et à Guerlain Chicherit, engagé de dernière minute dans l'écurie typée franco-américaine à tous les étages. Enfin, Robby Gordon a réduit le volume du Hummer qu'il présente à Rosario, sans diminuer d'un iota son niveau de motivation à bousculer la hiérarchie. À suivre…

      Dakar digital : rendez-vous sur tous les écrans

      31/12/2013

      Le succès médiatique du Dakar s'est décliné sur tous les supports depuis sa création, et se prolonge maintenant autour de son environnement digital, qui attire les internautes par millions et rassemble une communauté importante sur les réseaux sociaux. En 2014, les fans et followers seront de plus en plus invités au cœur du rallye.

        Dakar.com : une appli mobile "new-look"

        Permettre aux internautes de suivre le Dakar en continu, voilà la mission du site dakar.com, qui fournit des informations en direct dès le départ de chaque spéciale sur un fil de dépêches alimenté quotidiennement jusqu'à l'arrivée des premiers camions. Les passionnés du rallye retrouvent en même temps les classements, les interviews des principaux acteurs de l'étape, et peuvent également découvrir le vécu des pilotes amateurs ou les coulisses de l'organisation dans la rubrique Dakar Mag.

        L'ensemble des vidéos officielles du rallye sont disponibles chaque jour sur le site officiel, ainsi que sur les chaînes dédiées créées sur les plateformes You Tube et Daily Motion. En 2013, les clips publiés représentaient 5 millions de vues. Par ailleurs, les contenus publiés sur dakar.com (classements, posis, parcours, photos, vidéos, etc.) sont également déclinés sur l'application mobile redessinée cette année, toujours gratuite et désormais adaptée à toutes les générations d'iPhone et Smartphones Androids.  

        Facebook, Twitter : au cœur du bivouac

        Près de 850 000 fans sur Facebook, et plus de 100 000 abonnés sur Twitter, ont déjà choisi de participer à leur manière au Dakar. Sur Facebook, les phases clé de la course seront relayées depuis le terrain, tandis que les photos prises par les spectateurs en bord de piste seront sélectionnées pour la « pic of the day ». Cette année, le compte Twitter officiel, diffusant les informations essentielles tout au long de la journée, est complété par trois fils reprenant par version linguistique (fr, us, esp) la totalité des dépêches, interviews et autres actus publiées sur le site web.

        Surtout, des rendez-vous quotidiens et exclusifs seront donnés aux followers pour découvrir par exemple le bivouac en fin de journée (#insidedakar), interroger en direct des pilotes (#askdakar) ou encore saisir des arrivées en nocturne (#dakarnight). L'ensemble des informations sur Tweeter seront rassemblées avec le hashtag officiel #dakar2014.

        Au rayon des nouveautés, les contenus publiés avec #dakar2014 à la fois sur Twitter, Instagram et Facebook seront agrégés sur la plateforme digitale My Dakar, accessible à l'adresse www.dakar.com/mydakar. Un compte officiel a également été créé sur le réseau social BBM, en anglais et en espagnol. Enfin, une version chinoise sera adaptée à destination de Weibo, le réseau social aux 500 millions d'utilisateurs.

        Course motos : le grand tournant de Despres

        27/12/2013

        Bien que les qualités de sa nouvelle Yamaha seront mises à l'épreuve durant les deux semaines de course, Cyril Despres se présente comme l'homme à battre dans la catégorie moto. Peut-être par Marc Coma, de retour sur l'épreuve, mais aussi par des prétendants décomplexés comme « Chaleco », Helder Rodrigues ou Paolo Gonçalves…

        A première vue, les motards du Dakar ont trouvé leur maître. Unanimement reconnu pour sa science de la course, Cyril Despres se montre aussi capable d'adapter constamment sa vitesse aux exigences du rallye raid, et attire même sur lui la pointe de baraka indispensable à la réalisation des grandes entreprises. Et c'est précisément à un défi colossal que s'attaque le pilote français en visant le record de six titres toujours détenu par Stéphane Peterhansel, le tout en changeant de moto, quittant KTM et ses 12 victoires consécutives pour enfourcher une prometteuse Yamaha… qui en est pour l'instant resté au stade des promesses ! Le quintuple vainqueur, pour ce challenge de grande allure, retrouvera de plus sur les pistes son rival le plus sérieux sur l'ensemble de sa carrière, Marc Coma, privé de Dakar par une épaule douloureuse l'an dernier, mais bien décidé à batailler pour un quatrième titre qui relancerait le débat.

        Le Catalan effectue son retour en tant que chef de file d'un clan KTM où les talents et les ambitions se  bousculent. Ainsi, Ruben Faria et Francisco « Chaleco » Lopez, les deux pilotes qui s'étaient précisément disputés les 2ème et 3ème marches du podium l'an dernier, rouleront cette année sur la même machine, tout comme Jordi Viladoms (4ème en 2012). Et si l'équipe Yamaha complète son effectif avec Olivier Pain, resté 4 jours en tête du rallye l'année dernière, et Frans Verhoeven, toujours capable de surprendre, la confrontation ne devrait pas se limiter à une explication entre les deux firmes autrichienne et japonaise. En réalité, il convient surtout d'ajouter à la liste des prétendantes une troisième monture, également estampillée nippone, mais sortie des ateliers de Honda. Helder Rodrigues, deux fois 3ème derrière le duo Despres-Coma, s'est chargé de roder la machine en 2013, et se présente maintenant avec les plus hautes ambitions. Depuis janvier dernier, le groupe s'est surtout renforcé avec les arrivées de Joan Barreda, précédé par la réputation de pilote le plus rapide du peloton, mais aussi de Paolo Gonçalves, tout simplement champion du monde de la discipline avec des victoires sur le rallye Dos Sertoes au Brésil, puis au Maroc. Voilà de quoi positionner Honda comme l'écurie des outsiders les plus menaçants.

        Au-delà des favoris directs pour le titre, les accessits seront l'objet de la convoitise de nombreux clients de renom, qu'ils aient choisi KTM, comme le Français David Casteu, le Polonais Jakob Przygonski et le Slovaque Ivan Jakes (4ème l'année drenière), ou Speedbrain comme l'Italien Alessandro Botturi (8ème en 2012). Enfin, la marque française Sherco table cette année sur un duo de costauds pour prouver que sa moto arrive à maturité : Joan Pedrero (5ème en 2011 et en 2013) et Alain Duclos (6ème en 2010) sont missionnés pour atteindre tous les deux le Top 10 à Valparaiso. Les places seront chères…

        Première ligne d'arrivée franchie

        25/12/2013

        Après 19 jours de mer, les véhicules des concurrents européens ont débarqué en Argentine, et stationnent sur le port de Campana. Ils retrouveront leurs propriétaires à partir du 31 décembre au matin.

          Un rendez-vous majeur était fixé à la fin novembre au Havre, où certains des pilotes s'étaient rendus à la hâte pour y embarquer leurs véhicules. Depuis cette échéance quelquefois vécue dans la précipitation, les motos, quads, autos et camions ont connu une croisière des plus tranquilles, bichonnés par l'équipage du Grande Roma ainsi que par deux équipiers du Dakar, Luc et Simon, devenus marins pour la circonstance. Sur une mer d'huile de bout en bout, la feuille de route a été parfaitement respectée : c'est dans la nuit de dimanche à lundi que le cargo a accosté au port de Campana, à 80 km de Buenos Aires. Les opérations de déchargement ont ensuite occupé une trentaine de dockers, travaillant en collaboration avec 23 personnes des équipes du rallye, pour une très longue journée de petits bricolages et de concours de stationnement. Chargé de superviser le chantier, Jean-Marc revient sur les contretemps rencontrés pendant cette séance : « Après trois semaines de mer, les véhicules ont quelquefois les pneus dégonflés, ou les batteries à plat. Et cette année, cela nous a souvent bloqués. Alors même en nous activant pour pouvoir les redémarrer, nous avons mis un peu plus de temps que d'habitude. En plus des véhicules de course, il y avait également des camions et voitures d'assistance, d'organisation et de presse, ce qui nous faisait 700 véhicules à débarquer. Au total, nous avons fermé le parc de stationnement à 3h00 du matin ! » Pendant une semaine, les véhicules seront surveillés en continu par les services de sécurité du port, ainsi que trois équipiers du Dakar. Les concurrents, eux, sont attendus à partir du 31 décembre.

          Chicherit, sur le gong

          24/12/2013

          Un nouveau client vient de s'aligner parmi les prétendants au podium du Dakar dans la catégorie auto, Eric Vigouroux ayant cédé sa voiture à Guerlain Chicherit, pour donner encore plus de chances au Team EV Racing de briller.

            Sa première victoire, c'est l'effet de surprise. A moins de deux semaines du départ du rallye, Guerlain Chicherit a réussi à trouver un volant pour prendre le départ… et pas n'importe lequel. Pour son septième Dakar, le multiple champion du monde de ski extrême embarquera dans un buggy né aux Etats-Unis de l'association entre Damen Jefferies (concepteur des autos d'Al Attiyah et de Sainz en 2013) et Eric Vigouroux, et précisément sur le baquet que s'était dans un premier temps réservé le pilote-préparateur français : « Lorsque l'opportunité de faire rouler Guerlain s'est présentée, je n'ai pas hésité une seule seconde. Avec lui et BJ Baldwin, mes buggys sont entre d'excellentes mains. Bien entendu, je ressens une petite frustration à ne pas piloter moi-même, mais je préfère assurer l'avenir du Team ». Pour la toute nouvelle recrue, le dénouement de cette inscription tardive l'autorise à viser à nouveau les sommets, après avoir terminé 8ème l'année dernière et remporté une septième étape sur le Dakar l'année dernière dans un buggy SMG : « Je me suis battu pour trouver une place sur ce Dakar 2014. Ça n'a pas été facile, mais ce n'était juste pas possible pour moi de rester à la maison. Le Dakar j'ai ça dans le sang ! C'est vrai, je n'ai pas roulé de l'année, mais ma motivation n'a jamais été aussi grande. Alors je vais prendre mon temps sur les deux ou trois premières spéciales pour retrouver mes marques. Ensuite je vais tout donner. Je suis convaincu que cette voiture a les moyens de briller dès cette année ».

            Le Dakar, sur écrans géants !

            20/12/2013

            « Faire rêver ceux qui restent », comme l'expliquait Thierry Sabine : voilà la mission confiée aux chaînes de télévisions qui diffusent les images du Dakar sur l'ensemble de la planète.

            Les images du Dakar surprennent, bouleversent, émeuvent. Au fil du temps, elles ont conquis les chaînes de 190 pays, qui donnent chaque année rendez-vous à leurs téléspectateurs pour deux semaines de voyage et d'exploit sportif. A cette échelle, la diffusion du rallye a gagné toute la planète, et continue surtout de s'étendre en termes d'audience, principalement dans les pays directement impliqués dans l'organisation de l'épreuve. Ainsi, le diffuseur panaméricain Fox Sports, fidèle depuis l'époque africaine de la course, augmente à la fois sa couverture et ses moyens à chaque édition. Au-delà de son antenne globale, ce sont maintenant ses décrochages brésilien et cette année chilien qui consacrent des programmes dédiés chaque jour à leurs pilotes nationaux. Au total, sur le Dakar 2014, les équipes réunies sous la bannière Fox représentent 17 techniciens, consultants ou journalistes, soit le deuxième effectif après celui de France Télévisions (25 personnes), pour une programmation comprise entre quatre et cinq heures par jour. 
            Nouvelle venue dans le parcours du Dakar, la Bolivie fait aussi son entrée sur l'épreuve par l'intermédiaire de sa chaîne publique Bolivia TV, qui ajoutera à son programme quotidien un dispositif de direct ambitieux pour les étapes qu'elle accueille. Des programmes revus et augmentés sont par ailleurs mis en place au Paraguay (Téléfuturo), mais aussi au Canada (Sportsnet, RDS), en Pologne (TVN), en Slovaquie (RTVS), au Portugal (RTP), en Italie (Italia 2) et en Bulgarie (BNT).
            Pour satisfaire l'appétit de sensations des téléspectateurs, les équipes de production travaillent chaque année à améliorer la qualité et la diversité des images fournies notamment dans le programme quotidien de 26' réalisé avec des moyens d'exception, et dans des délais record. Plans aériens, interviews des grands acteurs de la course comme des amateurs, sujets historiques ou encore techniques composent chaque jour un menu complet à savourer devant son écran.   
            Si le Dakar attire les caméras, les médias de presse écrite, radios ou agences sont également nombreux à se déplacer sur la course. Leurs photographes et reporters voyagent en avion ou en voiture de presse. Au total, 400 journalistes permanents sont accrédités sur l'épreuve.

            LE DISPOSITIF TV EN CHIFFRES :
            • 3 hélicoptères, 5 voitures TV sur la piste
            • 13 cameramen positionnés sur l'ensemble des sites de la course, 11 systèmes de caméras embarquées, 2 camera Super Ralenti (1000 images/seconde), 7 antennes satellites, 21 bancs de montage
            • 45 tonnes de matériel
            • 250 personnes
            • 120 heures de programmes, 7,5 heures/jour dont 1h30 en direct

            Al Attiyah s'engage dans l'assistance !

            19/12/2013

            Le vainqueur du Dakar 2010 a décidé de venir en aide à Gilbert Escalé, qui sera bien sur une moto au départ du Dakar avec son frère jumeau Oriol. Comme au FC Barcelone, le Qatar roule catalan !

              L'histoire des jumeaux Escalé, c'est déjà le feuilleton à sensations du Dakar. Les deux motards catalans avaient prévu de disputer ensemble le rallye de leurs rêves, mais le retrait tardif d'un de leurs principaux sponsors les avait contraints à choisir lequel d'entre eux piloterait l'unique moto encore accessible dans leur budget. Le sort avait désigné Oriol, condamnant Gilbert à se contenter d'une place dans une voiture de presse. Publiée sur dakar.com, l'anecdote a fait le tour des rédactions, notamment espagnoles, jusqu'à interpeller Lucas Cruz, copilote de Nasser Al Attiyah, alors en séance d'essais en Allemagne : « Je lui ai raconté cette histoire assez originale, et il m'a immédiatement demandé si j'avais leur numéro de téléphone. Je me suis débrouillé pour le trouver, et je les ai appelés. Ils m'ont expliqué qu'ils avaient un problème d'argent, et je leur ai dit que Nasser était prêt à les aider. Il n'y a plus de problème ! »

              A l'autre bout du fil, Gilbert n'en croit pas ses oreilles. Le lendemain, il réalise tout juste la portée du retournement de situation qui le remet en selle : « Je suis euphorique, ce qui m'arrive c'est un miracle. Il y a 15 jours, j'apprenais que je ne courrais pas, et maintenant c'est bon. Nasser, c'est vraiment un seigneur. Il m'a juste demandé de porter les couleurs du Qatar sur ma combinaison, et je vais le faire avec fierté. D'ailleurs, mon frère est tellement content qu'il va le faire aussi ». Revenu à Doha après avoir effectué les derniers réglages sur sa Mini, Nasser se réjouit quant à lui d'avoir redonné le sourire aux deux gamins de 21 ans : « Je suis avant tout un pilote du Dakar, et je sais ce que cela représentait pour eux de voir leur projet prendre l'eau. J'ai la chance de pouvoir les aider, alors je n'ai pas hésité à le faire. Mais attention, je vais les surveiller de près. Je sais qu'ils sont très bons, et si ça se trouve, je viens de parier sur un futur vainqueur du Dakar ». Manifestement, le médaillé olympique de tir (skeet) a l'habitude de viser juste. Gilbert a trouvé un parrain idéal.

              Marcos, patron jusqu'à quand ?

              18/12/2013

              Parmi les 40 quads au départ du rallye, dont plus de 60 % pilotés par des Sud-Américains, les prétendants au podium seront nombreux. Le phénoménal Marcos Patronelli reste le grandissime favori pour la défense de son titre, mais la concurrence semble prête à le bousculer…

                Au singulier ou au pluriel, en duo ou en alternance, les frères Patronelli font régner leur loi sur la catégorie quad depuis les quatre dernières éditions du Dakar. En janvier dernier, c'est Marcos qui représentait le clan, avec l'efficacité qui est maintenant attachée à la réputation familiale. Dès le deuxième jour, le Gaucho prenait le contrôle de la course, puis se construisait en l'espace de 4 étapes une avance de plus d'une heure, suffisante pour gérer la situation et remporter à Santiago son deuxième titre. Avec 14 victoires d'étapes (sans forcer !) en cinq participations, Marcos Patronelli s'est affirmé comme l'un des acteurs majeurs du Dakar, en plus d'assumer le statut de porte-drapeau de la nation argentine. C'est à nouveau avec cette responsabilité qu'il se présentera sur la ligne de départ à Rosario le 5 janvier prochain. Malgré le détachement qu'il affiche par tradition, la détermination du patron ne fait aucun doute. Reste que les prétendants sont nombreux à guetter la faute de Marcos, et même à vouloir le défier « à la loyale ».

                Ses voisins Sud-Américains se sont montrés les plus menaçants et gagnent en confiance chaque année. En 2013, c'est Ignacio Casale qui s'est hissé sur la deuxième marche du podium, confirmant les promesses déjà entrevues les années précédentes. Le Chilien s'est entre temps imposé sur le Desafio Inca au Pérou, tandis qu'un de ses rivaux argentins, Lucas Bonetto (4ème en 2013) remportait l'autre Dakar Series de l'année, le Desafio Ruta 40. Respectivement âgés de 26 et 22 ans, ils représentent la génération montante des quadeurs latinos, prêts à en découdre. A moins que la précocité de Jeremias Gonzales Ferioli, tout juste âgé de 18 ans, ne fasse encore des ravages : sur le Desafio Ruta 40, le gamin de Cordoba avait pris la 6ème place !

                Les ambitions des jeunes loups sont nettes, mais quelques pilotes d'expérience entendent bien résister à ce courant, et même tenir les premiers rôles. C'est le cas pour le Polonais Rafal Sonik, encore 3ème l'année dernière et toujours animé par le même appétit de victoire. Le Néerlandais Sebastian Husseini a fait son apparition l'année dernière sur l'épreuve, mais avait tenu tête à Marcos Patronelli durant les 5 premières journées, avant de céder du terrain et de terminer la course en 6ème position. Il vise lui aussi le podium, avec une réelle légitimité.

                Maigrir pour grandir…

                16/12/2013

                Après avoir quitté le Dakar sur une 18ème position pour son retour sur l'épreuve en 2013, Eric Vigouroux a totalement modifié son approche dans la conception de son véhicule. Associé à Damen Jefferies, les deux Californiens ont sorti deux buggys capables de surprendre, dont l'un sera piloté par la star américaine BJ Baldwin.

                  Avec le Dakar, on n'en a jamais fini de remettre l'ouvrage sur le métier… et Eric Vigouroux s'y colle toujours avec la même passion. L'année dernière, le pilote-préparateur pensait tenir la bonne formule, après s'être imposé sur le rallye du Maroc. La réalité du terrain a pourtant contrarié ses bonnes dispositions, mais le revenant a su tirer les enseignements de son demi-échec (18ème) pour repartir sur de meilleures bases : « Le Trophy Truck était trop lourd, et finalement peu adapté aux conditions d'un Dakar en Amérique du Sud, spécialement en raison de l'altitude. J'ai donc réalisé qu'il fallait passer à autre chose. Et je me suis tourné vers Damen Jefferies, que j'ai rencontré sur le rallye et qui vit à côté de chez moi en Californie ! Il avait réussi à construire en trois mois deux voitures qui ont remporté quatre étapes, mais qui manquaient de fiabilité. Du coup, nous avons associé nos expériences, et nous avons travaillé ensemble dès le mois de mars pour arriver à sortir deux véhicules fiables, qui devraient aussi être dans le coup en ce qui concerne la performance ».
                   
                  Si les progrès réalisés sur les buggys que pilotaient Al Attiyah et Sainz en janvier dernier sont déjà visibles sur le plan du design (« c'était impossible de faire plus moche », rigole Vigouroux), reste à savoir dans quelle mesure ils pourront rivaliser avec les Mini ou autres buggys SMG. Pour le moment, Vigouroux avance prudemment : « Ce que nous voulons, c'est montrer le potentiel de nos autos, et tout d'abord leur fiabilité, car c'est là-dessus que nous voulons faire la différence. Ensuite, on peut tout imaginer ! » Confiant dans son buggy autant que dans son coup de volant, le franco-américain table aussi sur le retour de BJ Baldwin, star US du tout-terrain, qui a notamment remporté les deux dernières éditions de la Baja 1000 : « En 2010 il avait terminé 20ème, en mettant certainement un peu trop de cœur dans son pilotage. Nous en parlons beaucoup, et je pense qu'il a retenu la leçon. Il faut qu'il rentre dans l'endurance ». Réponse sur les pistes entre le 5 et le 18 janvier.

                  Il venait d'avoir 18 ans…

                  13/12/2013

                  Déjà dominatrice dans la catégorie quad depuis 2010 avec la famille Patronelli, l'Argentine tient peut-être le quadeur du futur. Jeremias Gonzalez Ferioli, 18 ans aujourd'hui, fera ses débuts sur le Dakar le 5 janvier…

                    Son Dakar n'a pas encore commencé, mais Jeremias Gonzalez Ferioli est déjà assuré d'y battre un record. Sur la ligne de départ à Rosario, il deviendra le plus jeune pilote de toute l'histoire du rallye, après avoir fêté ses 18 ans… aujourd'hui ! Pour autant, le jeune homme ne se sent absolument pas écrasé par le poids de cet honneur : « Je trouve cela plutôt drôle, mais je suis surtout très motivé. Le Dakar, c'est un objectif depuis 2010, quand j'ai débuté sur le championnat argentin de tout-terrain ». Manifestement, Jeremias ne se présente pas pour jouer l'adolescent en crise. Son coup de guidon et sa pointe de vitesse ont écœuré plus d'un quadeur d'expérience, puisqu'il a été le vice-champion du pays sur les deux dernières saisons. Surtout, sur le plateau encore plus relevé du Desafio Ruta 40, le garçon a  pris la 6ème place du classement général, devançant par exemple Daniel Mazzucco, et en s'imposant dans le cadre du Dakar Challenge, qui lui donne une voie d'accès inespérée au Dakar. A une petite nuance près. Si en Argentine, les quads peuvent circuler librement, le bizuth de l'année se voit contraint de passer son permis moto afin de pouvoir rouler en liaison sur les routes chiliennes et boliviennes ! L'examen est programmé pour les jours qui viennent, mais ne semble pas perturber outre-mesure notre jeune talent : « Pour l'instant, je vais fêter mes 18 ans autour d'un asado, avec ma famille et quelques amis, mais la priorité reste l'entraînement. Le permis je vais le passer très vite, c'est juste un test que je vais faire avec ma moto, une Cerro 70cc, sur un plateau technique. Et je sais que si jamais j'échoue à la première tentative, j'aurai encore le temps de le repasser d'ici aux vérifs du Dakar ! »

                    Tour de chauffe

                    13/12/2013

                    En Bolivie, au Chili puis en Argentine, les Sud-Américains ont manifesté leur enthousiasme à moins d'un mois du départ du Dakar. Les pilotes sont fin prêts, et le public sera au rendez-vous…

                      Lors d'une tournée express de trois jours dans les trois pays qui accueilleront le rallye en janvier prochain, le Dakar a pris la mesure de la montée en régime qui sévit à l'approche de l'événement. Etienne Lavigne et son équipe resserrée ont tout simplement navigué dans un bain d'enthousiasme qui a débuté en Bolivie mardi dernier. Pour signifier la solennité du premier passage du Dakar dans le pays, le Président de la République Evo Morales est venu encourager en personne les 8 pilotes et équipages qui seront ses ambassadeurs en course (voir actu du 11/12). Le lendemain, la motivation des pilotes chiliens a pu être jaugée par les nombreux journalistes présents à Valparaiso, sur la Plaza Sotomayor, où se tiendra précisément le podium d'arrivée de la 36ème édition le 18 janvier prochain. Cette fois-ci, c'est le Président chilien Sebastian Pinera, qui a promis d'accueillir en héros ses protégés, « avec  500 000 spectateurs qui seront attendus pour cette fête grandiose ». Le rassemblement s'annonce d'autant plus impressionnant que le Chili aligne quelques prétendants au titre, avec  bien entendu Francisco « Chaleco » Lopez à moto (3ème en 2013), mais aussi le quadeur Ignacio Casale, dauphin de Marcos Patronelli en janvier dernier, qui profitait des micros qui lui étaient tendus pour afficher officiellement son ambition : « Je suis fier que le Chili accueille à nouveau l'arrivée du Dakar. Croyez-moi, je me suis préparé  et je vais me donner à fond pour apporter de la joie dans mon pays ». Pour les pilotes argentins, le rendez-vous était fixé dans le temple national du sport automobile, le siège de l'Automovil Club Argentino (ACA) à Buenos Aires. Salués par le Ministre du tourisme Enrique Meyer, les pilotes emmenés notamment par Orlando Terranova ou Javier Pizzolito ont pu s'imprégner de l'esprit de Juan-Manuel Fangio pour puiser l'énergie qui leur sera nécessaire durant les deux semaines du rallye. Ils ont maintenant le regard tourné vers Rosario !

                      Les nouveaux Kamaz savent-ils doubler ?

                      12/12/2013

                      Les yeux embués de larmes sur le podium de Santiago, Eduard Nikolaev a redonné de l'éclat aux camions Kamaz en remportant son premier succès sur le Dakar l'année dernière. Il s'agit maintenant de confirmer, mais Gerard De Rooy, ainsi qu'une copieuse brochette de pilotes néerlandais, comptent bien leur compliquer l'existence…

                        C'était un léger coup de mou, mais pas un coup de bambou. Le jour de la retraite de Vladimir Chagin, après sept victoires dans la catégorie, annonçait une période difficile pour l'écurie Kamaz, soumise à la question d'une relève qui ne s'était pas encore affirmée. Et l'année suivante, en 2012, la victoire de Gerard de Rooy, au sommet d'un podium vierge de camion russe, confirmait l'impression de difficulté à dessiner de nouvelles  perspectives. Mais la situation a été rétablie avec autorité lors du dernier Dakar, où le dauphin attendu, Eduard Nikolaev, est parvenu à hisser un camion « bleu tatare » sur la plus haute marche du podium. Pour parfaire le tableau, l'effectif affiche une santé digne du cheval galopant sur les calandres de leurs engins, en complétant le classement avec Ayrat Mardeev (2ème) et Andrey Karginov (3ème) : le tout avec une moyenne d'âge tout juste supérieure à 29 ans, voilà de quoi voir venir la concurrence ! Conscients de la difficulté de renouveler l'exploit, les ingénieurs de Naberezhnye Chelny ont mis au point une version de leur camion équipée comme leur rivaux d'un moteur de cylindrée réduite, mais tout aussi puissant : « car chaque année, nous tournons la page », résume le petit Tsar, Eduard Nikolaev.

                        La page 2014, le clan De Rooy entend bien l'écrire dans un style un peu plus percutant que la précédente. Si le chef de file y avait remporté 6 étapes, la 4ème place au classement final garde un goût amer pour Gerard, qui avait peut-être rêvé de l'entrée dans une ère « bleue turquoise ». Son cousin Hans Stacey, vainqueur 2007 et 2ème en 2012, se présente comme la deuxième carte maîtresse du groupe. Mais en s'éloignant très légèrement de l'écurie basée à Eindhoven, on réalise surtout que les Kamaz risquent de se retrouver assiégés par une armada de camions néerlandais, engagés sous des bannières inégalement menaçantes, mais à prendre très au sérieux. Après avoir remporté sa première spéciale en janvier dernier, Peter Versluis vise maintenant bien plus haut que sa 7ème place pour le camion MAN qui a été boosté dans les ateliers du team Veka. Les camions Ginaf, complètement repensés et développés dans l'intervalle, peuvent quant à eux compter sur le retour de l'ambitieux Wuf Van Ginkel ou sur Martin Van den Brink pour flirter avec le podium.

                        Mais le vent de révolution technologie n'a pas uniquement soufflé sur les plaines bataves. Le véritable outsider pourrait bien venir de République Tchèque. Les regards seront naturellement tournés vers le Tatra d'Ales Loprais, dont la carrosserie a adopté le look vintage lancé par De Rooy il y a deux ans. Rebaptisé « Queen 69 », son camion remanié lui permet de viser le podium qu'il avait atteint en 2007. Dans une écurie voisine mais rivale, Martin Kolomy s'était mêlé pendant l'essentiel du rallye à la bataille du podium avant de s'échouer à la 5ème place. C'est peut-être lui qui fera flotter le drapeau tchèque au plus haut niveau à Valparaiso !

                        La Bolivie, en veille hyper-active

                        11/12/2013

                        Pour célébrer avec un peu d'avance la première visite du Dakar en Bolivie, Etienne Lavigne a été reçu à La Paz pour une présentation où le Président Evo Morales est venu encourager les pilotes de son pays.

                          Le grand jour approche. À peine plus d'un mois, et le bivouac du Dakar s'installera en bordure du Salar d'Uyuni, où feront étape les motards et quadeurs du rallye pour un séjour historique.  Question ambiance, les Boliviens ont déjà commencé à manifester leur fierté et leur joie, à l'occasion d'une conférence de présentation qui a viré en une grandiose cérémonie de soutien à l'ensemble des pilotes du pays engagés sur le rallye. Réunis à La Paz dans les salons de l'Hotel Radison, revisités aux couleurs du Dakar et investis par près de 400 journalistes, les 3 motards et 5 équipages autos appelés à représenter le pays en janvier ont déjà pu mesurer l'ampleur du soutien dont ils bénéficient. Collectivement émus par les signes de reconnaissance, les concurrents boliviens se retrouvent dans les mots de leur porte-drapeau le plus attendu, Juan-Carlos Salvatierra. « Je sais déjà que je vais vivre un moment exceptionnel, c'est une chance inouïe qu'un tel événement se rende dans notre pays, et que nous puissions en faire partie », explique le motard qui a terminé 29ème du dernier Dakar, volant même la vedette à la sélection nationale de football grâce à ses performances au guidon. L'ambiance festive du rassemblement a pris un tour solennel au moment du discours prononcé par le Président de la République. Evo Morales, qui a tenu à encourager en personne les pilotes, estime que la venue du Dakar représente « un grand défi pour la Bolivie. C'est une superbe occasion de se retrouver sous les projecteurs pour un moment de partage de notre culture et de nos paysages avec le monde entier. Nous promettons à chacun un accueil à la hauteur de cet événement ». Pour transmettre l'énergie patriotique nécessaire à la réalisation de leur mission, les nombreux invités ont ensuite fait résonner l'hymne national, repris par l'assemblée au complet. L'esprit de conquête est bien là !

                          La maîtrise du compte-à-rebours !

                          10/12/2013

                          Avant les tout derniers préparatifs et les ajustements toujours nécessaires, une semaine décisive du point de vue organisationnel vient de se dérouler pour le Dakar. Toutes les équipes impliquées dans la bonne marche du rallye ont reçu leurs instructions…

                          Le Dakar se prépare toute l'année. Les pilotes qui courent après les budgets, bricolent dans leurs ateliers ou passent leur temps libre à la salle de sport ou en piscine plutôt qu'un cinéma, en ont parfaitement conscience. Le principe est encore plus rigide pour les équipes d'organisation du rallye, soumise à une obligation de résultat absolue, de la première à la dernière étape. Dans la montée en régime qui précède la course, c'est précisément une semaine décisive qui vient de s'écouler avec une série de briefings généraux des membres de l'organisation, des prestataires et des équipiers qui seront amenés à faire fonctionner la « machine Dakar » de Rosario à Valparaiso. A moins d'un mois du début de l'épreuve, tout a naturellement été planifié en ce qui concerne les parcours, la logistique, les personnels impliqués, etc. Encore faut-il que chacun connaisse exactement son rôle dans ce mécanisme quelquefois complexe, et c'est bien l'enjeu de cet ensemble de réunions, comme l'explique Etienne Lavigne. « Il s'agit en fait d'une grande check-list à effectuer avant le décollage, pour s'assurer que toute le monde est bien au point. Cela nécessite à chaque fois des explications, pour que les nouveaux venus intègrent bien le mode de fonctionnement. Et par exemple, les spécificités de cette année, avec de nombreuses étapes aux parcours dissociés, obligent à faire un point précis pour qu'il n'y ait pas de surprises », explique le directeur du Dakar à l'issue de la partie française de ces briefings.

                          La tournée a en effet commencé à Issy-les-Moulineaux avec un tour d'horizon concernant les équipes d'ASO participant au rallye. Puis c'est ensuite l'effectif quasi-complet du PC course, réparti en janvier entre le rallye et Paris, qui a été rassemblé pour reprendre contact avec le quotidien de l'épreuve. Et pour se remettre dans le bain, rien de tel qu'un exercice de simulation concocté pour anticiper les différents types de situation qui peuvent se présenter. « Pendant près de trois heures, nous avons travaillé en direct sur le scénario d'une étape complexe, en prenant Salta-Uyuni comme exemple, raconte Pascal Queirel, anciennement aux manettes du PC course. Il y avait une trentaine de personnes, toutes amenées à réagir dans leurs rôles respectifs aux incidents de sécurité qui surviennent. Nous avions prévu de nombreux cas, parfois un peu tordus, mais qui correspondaient toujours à des situations déjà vécues : que fait-on lorsqu'un des hélicos tombe en panne au départ de l'étape ? Comment répondre à un pilote blessé qui ne s'exprime qu'en mongol ? Nous devons être capables de trouver la meilleure solution immédiatement, et il est utile de s'y préparer. Cela permet à tous de se remettre en tête les automatismes ». C'est ensuite une centaine d'équipiers et d'officiels de course qui ont écouté à Paris les précisions de David Castera et d'Etienne Lavigne. Le deuxième volet de la séquence « briefing » se poursuit ensuite en Argentine dès cette fin de semaine, avec l'ensemble des intervenants sud-américains dans l'organisation du Dakar.

                          Ullevalseter : « La danse a été une excellente préparation physique »

                          06/12/2013

                          Le pilote norvégien s'est découvert un nouveau talent en participant à un grand show médiatique. Maintenant, il est temps de reprendre la moto en mains…

                            L'agilité et l'aisance physique de Pal-Anders Ullevalseter n'ont jamais fait aucun doute pour tous ceux qui suivent régulièrement le Dakar. Lors de ses 11 premières participations au rallye, le motard s'est tout simplement classé à 9 reprises dans le Top 10 final, obtenant même le statut prestigieux de vice-champion en 2010. Pour beaucoup, il se caractérise autant par son efficacité que par sa discrétion. Mais en Norvège, ses performances dans les dunes d'Afrique et d'Amérique du Sud l'ont amené au rang d'icône du sport national. Dès lors, le grand rendez-vous médiatique des « people » du pays,  « Skal vi Danse », version norvégienne de « Danse avec les Stars », a multiplié les propositions à Pal-Anders, qui s'est finalement laissé tenter par l'expérience. « Trois fois par le passé, on m'avait demandé de participer et à chaque fois je disais non. Cette année, j'ai accepté pour attirer plus facilement les sponsors. Mais j'avais très peur au moment d'y aller, parce que je n'ai absolument aucun rythme. On fait pas mal de choses folles juste pour être sur la moto ! Cette saison j'ai subi un gros accident au Qatar en avril. Je n'ai pas pu remarcher correctement avant le mois d'août. Finalement la danse a été une excellente préparation physique. Lors de l'émission on passait entre 6 et 10 heures par jour à danser. » Au final, le motard-danseur s'est classé 6ème du concours… C'est aussi la place à laquelle il a terminé à quatre reprises sur le Dakar.

                            Kaczmarski : « J'aime me fixer des objectifs élevés »

                            03/12/2013

                            Parmi les 12 équipages engagés par le Team X Raid, Martin Kaczmarski sera le benjamin du groupe. Mais du haut de ses 23 ans, le Polonais entend bien se faire une petite place parmi les meilleurs. Talent à suivre…

                              Manifestement, Martin Kaczmarski n'a pas le temps d'attendre. Cette année, la nouvelle petite pépite polonaise a fait son entrée en grand dans le monde du rallye raid. Le poulain de Krzystof Holowczyc, qui a disputé une bonne partie des épreuves de coupe du monde, a intégré le prestigieux Team X Raid en deuxième partie de saison, et a pris en main avec une redoutable efficacité la Mini All4Racing qu'il pilotera sur le Dakar. Lors de sa dernière apparition, le jeune homme de 23 ans s'est tout simplement classé 2ème de la Baja Portalegre derrière son mentor, après avoir notamment remporté une des spéciales ! Pour son baptême du Dakar, et malgré la densité de la concurrence, Martin n'exclut pas de briller tout en accomplissant son apprentissage du désert : « C'est mon rêve de faire le Dakar, et je viens d'abord pour apprendre. Mais je compte aussi finir meilleur ‘rookie' du rallye. Pourquoi ne pas rentrer dans le Top 15 ? C'est presque impossible, mais j'aime me fixer des objectifs élevés ! J'ai la meilleure voiture, le meilleur copilote, mais je ne suis pas le meilleur ».

                              Premiers pas sous haute surveillance

                              29/11/2013

                              Parmi les nouveaux venus sur le Dakar, Xavier de Soultrait fait partie de ceux qui seront attentivement observés. A 25 ans, le pilote français revendique même l'étiquette d'espoir de la discipline…

                                Xavier De Soultrait affiche son assurance, sans jamais donner dans l'arrogance. Le jeune pilote d'enduro Yamaha, qui bataille à l'année avec les meilleurs enduristes mondiaux, dispose pourtant de quelques arguments. Mais le talent étant quelques fois associé à une réflexion pertinente, Xavier a bien saisi l'enjeu d'un apprentissage réussi pour se construire un avenir sur le Dakar : « Je ne suis pas du tout inquiet, et pas réellement stressé. Parce que je sais faire de la moto, et parce que je vais mettre une attention particulière à m'économiser, à garder un rythme tranquille pour pouvoir être à l'arrivée et engranger de l'expérience. En revanche, la moto c'est mon métier, alors je compte faire quelque chose de bien sur le Dakar, d'ici les deux ou trois prochaines années. Ce sera mon premier rallye raid, mais je sais déjà que c'est dans cette discipline que je veux persévérer, et aller jouer les premières places ». Le plan de marche ambitieux débute en janvier pour l'Auvergnat, qui n'a pas oublié non plus dans ses perspectives d'avenir d'ajouter une initiative citoyenne à son défi : « Notre team travaille avec un foyer de jeunes qui ont eu des trajectoires difficiles, et à qui nous essayons de donner des responsabilités, pour préparer nos motos ou nous aider sur les compétitions. J'espère bien que dès l'année prochaine, nous pourrons en amener avec nous quelques-uns sur le Dakar pour travailler en assistance ». En attendant de faire voyager les jeunes de Moulins, Xavier pourra en tout cas compter sur leur soutien pendant le mois de janvier. « Faire rêver ceux qui restent », comme disait l'autre…

                                Un guidon pour deux…

                                26/11/2013

                                Engagés dans un premier temps en duo, Gilbert et Oriol Escalé ont été confrontés à un dilemme à quelques semaines du Dakar. Il a fallu choisir entre les deux pour piloter l'unique moto qui sera au départ !

                                  Le destin est parfois cruel. Pour leurs débuts sur le Dakar, les jumeaux Escalé avaient programmé une entrée magistrale. Les deux frères s'attaquaient au premier grand défi de leur carrière côte à côte, avec les dossards 96 et 97, sur deux Suzuki identiques et dans les mêmes combinaisons. Mais la mauvaise nouvelle du retrait d'un des partenaires a bousculé les plans de cette paire de jeunes champions : le budget, ainsi resserré, ne permet plus que d'engager un pilote ! Comment donc choisir entre les deux associés de toujours, celui qui aurait le privilège de participer le premier au Dakar ? Leur présence sur les première et deuxième marche du podium des championnats du monde des Bajas (junior) atteste d'un niveau très proche, et au terme de discussions interminables, aucun des deux n'a voulu renoncer à l'unique guidon désormais disponible. « Ce n'était pas possible de nous mettre d'accord, raconte Oriol. Alors nous avons décidé de jouer cela sur un tirage au sort. Nous avons écrit nos prénoms sur deux morceaux de papiers, et nous avons demandé à une main innocente de désigner à l'aveugle celui qui partirait ». La main en question, c'est celle de l'impartiale Rosa Maria Pelaes, qui les couve d'un amour égal depuis 21 ans. Mais cette fois-ci, la mère a été contrainte malgré elle de rendre un verdict…qui enverra finalement Oriol porter le drapeau familial sur les pistes en janvier. « Mais nous serons tout de même présents tous les deux sur la course, explique le plus chanceux sans fanfaronner. Moi sur la moto, et Gilbert dans une voiture de presse. Il écrira des chroniques pour un journal, ce qui lui permettra aussi de découvrir tous les à-côtés du rallye pour l'année prochaine. Car c'est certain, dans un an nous roulerons tous les deux ! »

                                  L'embarquement de Normandie…

                                  22/11/2013

                                  Les péripéties débutent quelquefois bien avant la course ! Le point de rendez-vous fixé au Havre pour l'embarquement des véhicules européens a été délicat à atteindre pour certains concurrents, mais le cargo sera bien au complet pour traverser l'Océan Atlantique.

                                    Le Havre, c'est déjà une victoire. Pour beaucoup de concurrents du Dakar, le défi s'étale sur plusieurs mois, et même plusieurs années. La difficulté à réunir un budget, le travail minutieux de préparation du véhicule, les courses et les essais indispensables pour aguerrir le pilote aux exigences de la discipline : les préliminaires sont bien souvent longs et laborieux avant de mériter sa place sur la ligne de départ. Et pour les concurrents européens, elle est symboliquement atteinte au moment où ils embarquent leur véhicule sur le bateau en partance pour l'Amérique du sud. Cette année, le chemin qui mène au Havre n'a pas été de tout repos pour tout le monde. Les intempéries qui touchent le centre de la France ont par exemple compliqué l'existence de Patrick Sireyjol, qui a quitté Saint-Etienne sous la neige jeudi matin pour prendre la route de la Normandie. Dans un autre registre, le fin stratège Robby Gordon, également méticuleux sur la gestion de ses coûts de transport, a déjà infligé un joli périple à ses camions d'assistance. Après avoir quitté ses ateliers californiens pour rejoindre New-York où un premier cargo les a menés à Anvers, les mécanos et leur précieuse cargaison ont ensuite retrouvé Robby à Paris pour la présentation du rallye. Et c'est sur la route du Havre que l'Américain a connu ses premiers problèmes de navigation, puisqu'il a mis une bonne demi-journée à boucler les 200 kilomètres qui le séparaient des docks !

                                    Le trajet ne s'est pas révélé aussi complexe pour tout le monde. Qu'ils soient venus d'Espagne pour les motos GasGas par exemple, de République Tchèque pour le tout nouveau camion d'Ales Loprais ou du fin fond du Tatarstan pour les Kamaz, la plupart des concurrents sont arrivés dans les temps pour satisfaire aux vérifications administratives (formalités douanières, etc.) et techniques (stickage, installation des matériels de sécurité, etc.). Toutefois, certains retardataires se sont déjà fait remarquer : soucieux de peaufiner au maximum leurs autos pour leur grand début sur le rallye, les ingénieurs et mécaniciens du team Ford ont travaillé dans leurs ateliers allemands jusqu'au dernier moment, et roulaient encore à plus de 400 km du Havre en milieu d'après-midi… Assurés de terminer bons derniers de cette liaison qui compte heureusement pour du beurre ! Au total, ce sont 670 véhicules de course, d'assistance, d'organisation et de presse qui vont prendre place dans les entrailles du Grande Roma pour une traversée de trois semaines jusqu'au port d'EuroAmerica, à proximité de Buenos Aires.

                                    Dakar 2014 : Les familles recomposées…

                                    20/11/2013

                                    Les organisateurs du Dakar ont profité de l'annonce du parcours de la 36ème édition pour dévoiler une liste d'engagés pleine de surprises. Despres chez Yamaha, Casteu chez KTM avec Coma, Al Attiyah de retour chez X-Raid pour batailler avec « Peter »… le paysage a été bouleversé par les transferts depuis janvier dernier.

                                      Le rendez-vous est fixé à Rosario, la ville où a été signé l'un des actes fondateurs de la nation argentine il y a deux cents ans, bien avant de voir la naissance de Che Guevara, ou encore de Lionel Messi. Le 5 janvier prochain, environ 450 véhicules y sont attendus pour prendre le départ de la 36ème édition du Dakar, programmée comme la plus longue depuis l'arrivée de la course sur le continent sud-américain. Plus de 9000 kilomètres au total, dont 5000 à parcourir en spéciale, pour rallier le port chilien de Valparaiso, une capitale historique des voyageurs, en passant par les décors saisissants du Salar d'Uyuni, en Bolivie. La poussée en termes de kilomètres se doublera aussi d'un record d'altitude, et de deux étapes marathon pour les motos et quads, dont les itinéraires ont été dissociés sur un bon tiers de la distance. En bref, le Dakar 2014 se montre plus long, plus haut, plus dur : le défi d'endurance extrême par excellence. Et dans toutes les catégories, la course a déjà débuté en coulisses avec des transferts d'intersaison aptes à bousculer les certitudes.

                                      Despres se lance dans un
                                      pari à la Valentino Rossi

                                      Sur deux roues, le bail de KTM s'est étalé pendant douze éditions. Mais le départ de Cyril Despres au printemps dernier ampute la firme autrichienne d'une de ses cartes maîtresse. Pour autant, l'équipe conserve de sérieuses chances de poursuivre sa domination, avec un groupe mené par Marc Coma. L'ambitieux revenant, privé de Dakar par une luxation de l'épaule en 2013, entend bien combler une partie de son retard sur son rival au palmarès en ajoutant un 4ème trophée à sa collection. Le Catalan sera notamment accompagné chez KTM de trois autres anciens membres du podium : Ruben Faria et Chaleco Lopez, respectivement 2ème et 3ème en 2013, ainsi que David Casteu, dont les deux dernières expériences au guidon d'une KTM se sont achevées dans le Top 5 (2ème en 2007, 4ème en 2009). Bien sûr, la rente de KTM sera directement menacée par Yamaha, dont les YZF 450 s'étaient déjà montré conquérantes l'année dernière. Mais en plus d'Olivier Pain et du prometteur Michael Metge, elles ont maintenant un argument massue. Le quintuple vainqueur de l'épreuve a pris en main le développement de la machine durant l'année, et se lance dans un pari à la Valentino Rossi : viser un nouveau titre en changeant de monture. L'écurie officielle Honda, qui a fait son apprentissage du Dakar en 2013, a elle aussi enchéri dans le recrutement pour viser la victoire : avec Helder Rodrigues, elle peut maintenant compter sur la voracité du champion du monde Paolo Gonçalves, et sur la rapidité redoutable de Joan Barreda. Voilà beaucoup trop de prétendants à un podium qui restera bloqué à trois places !

                                      Mini : un panier de crabes
                                      aux pinces d'or !

                                      Les embouteillages sont tout autant prévisibles dans les premiers rangs de la catégorie auto. L'état de la concurrence indique que les Mini ne sont pas assurés de maintenir leur emprise sur le palmarès, mais Sven Qandt s'est donné les moyens d'y parvenir, quitte à semer la zizanie au sein de son groupe. Le patron du team X-Raid, peu coutumier des consignes de course, a convaincu Nasser Al-Attiyah de faire son retour dans l'équipe, laissant ouverte la perspective d'une bataille pour le titre avec Stéphane Peterhansel, mais aussi Nani Roma ou Krzysztof Holowczyc : un vrai panier de crabes aux pinces d'or ! Particulièrement efficace lorsqu'il s'agit de tirer profit de la panique environnante, Giniel De Villiers bénéficiera en plus d'un pick-up Toyota qui arrive à maturité, après lui avoir déjà permis d'occuper les deux dernières marches du podium en 2012 et 2013. Son coéquipier Leeroy Poulter, débutant sur le Dakar, est par ailleurs annoncé comme une des valeurs montantes de la discipline. Côté 4x4, les premiers pas de Ford seront d'autant plus attendus que Lucio Alvarez (5ème en 2012) s'est vu confier le volant de leader. Et les buggys en tous genres se présenteront au départ avec la volonté de faire le spectacle… si possible devant les Mini. Carlos Sainz n'a jamais eu d'autre ambition que la victoire, et c'est cette fois-ci au volant d'un buggy SMG qu'il compte s'y attaquer. Un état d'esprit tout aussi conquérant anime Robby Gordon, qui prépare un Hummer nouvelle génération, modèle réduit mais gonflé à bloc. Les amateurs de gros paquebots américains avalant les dunes seront toutefois servis, avec le spectaculaire BJ Baldwin, récent vainqueur de la Baja 1000.

                                      Match Russie - Pays-Bas : révolution
                                      technologique dans la catégorie camions

                                      La troupe des quadeurs pourrait battre un nouveau record de participation, avec plus de 40 pilotes inscrits. Parmi eux, c'est un troisième titre que Marcos Patronelli tentera de s'adjuger. Ses contradicteurs sud-américains n'ont cessé de se rapprocher ces dernières années, notamment les jeunes Ignacio Casale et Lucas Bonetto. Le Polonais Rafal Sonik est lui aussi sur les rangs… à double titre puisqu'il aligne dans son équipe l'unique quadeuse, Camelia Liparoti.

                                      En camions, le triplé réalisé par Kamaz en 2013 a particulièrement motivé les rivaux de Nikolaev et consorts pour procéder à une révolution technologique. Dès lors, les Iveco de Gerard De Rooy et Hans Stacey, vainqueurs en 2012 et en 2007, ne seront peut-être pas les plus dangereux contradicteurs de l'armada russe. Wuf Van Ginkel pilotera un camion Ginaf totalement repensé, tandis que le team Veka confie à Pieter Versluis un Man fraîchement sorti des ateliers, et qu'Ales Loprais a revu de fond en comble son Tatra, désormais baptisé « Queen 69 ». Un monde de promesses…

                                      Etienne Lavigne, directeur du Dakar
                                      « Le Dakar se nourrit de clins d'œil à l'histoire. Et avec ce départ de Rosario, nous avons en quelque sorte tenu à respecter une devise de Che Guevara, ‘'Soyons réalistes, exigeons l'impossible''. Le parcours tracé cette année, c'est déjà un défi qui emmène les concurrents en Bolivie, le pays qui se trouve à la fois géographiquement et culturellement au cœur du continent. Le Dakar va battre un record d'altitude, mais j'ai aussi le sentiment que plus symboliquement, le rallye prend de la hauteur ».

                                      David Castera, directeur sportif du Dakar
                                      « Nous savons que l'accumulation de la fatigue est un des paramètres les plus complexes à apprivoiser sur le Dakar. Avec en moyenne 50 kilomètres supplémentaires à parcourir chaque jour par rapport à la dernière édition, on peut dire que nous avons haussé le niveau de difficulté d'un ou deux crans : cet allongement touchera tout le monde ! Pour les motos et quads, il y aura en plus deux étapes marathon, qui les obligeront à rouler encore davantage à l'économie. C'est dans l'esprit du rallye raid ».

                                      Le sens de l'histoire

                                      20/11/2013

                                      Nous sommes des bâtisseurs. La vocation du Dakar, c'est de construire des ponts, de créer des liens entre des êtres sensibles à la magie des grands espaces et à la notion de défi physique et mental qu'incarnent les pilotes et copilotes.

                                        Cette mission, nous la poursuivons depuis maintenant 35 ans, avec une volonté intacte et ancrée de transmettre cette fibre. Le constat est toujours saisissant et émouvant à l'heure des derniers préparatifs : le Dakar rassemble. Nous accueillerons encore environ 450 véhicules au départ du rallye, représentant plus de 50 nationalités ! Et si le langage du Dakar parle avec autant de pertinence, c'est parce qu'il s'appuie sur des symboles forts qui donnent toute leur place à l'histoire.
                                        L'édition 2014 sera justement riche de ces clins d'œil porteurs de sens. À commencer par notre lieu de réunion, Rosario, où s'est jouée une des phases décisives de la création de la nation argentine, et où est également né Che Guevara, en son genre pionnier du Dakar puisque son engagement a pris forme lors d'une traversée de l'Amérique au guidon d'une Norton 500 ! Le séjour en Bolivie doit ensuite être perçu comme un message lancé au continent tout entier, son fondateur Simon Bolivar ayant aussi été le libérateur d'une grande partie des pays voisins. Au cœur de cette visite, c'est une expérience de pilotage « entre ciel et terre » que les motards vivront sur le Salar d'Uyuni, soulignant la capacité du Dakar à nous surprendre, à perpétuer le rêve imaginé par Thierry Sabine. Au bout de leur périple, ceux qui auront notamment dompté le désert d'Atacama connaîtront la joie et l'émotion de l'arrivée à Valparaiso. Historiquement, une autre capitale des voyageurs…

                                        Étienne Lavigne
                                        Directeur du Dakar

                                        Une portion de plus pour la Ch'ti friterie

                                        19/11/2013

                                        Avec sa baraque à frites, Hervé Diers avait fait sensation sur le Dakar 2009. Cinq ans après, la « Ch'ti Friterie » sera de retour dans les dunes…

                                          Il y a de nombreux moyens de se faire remarquer sur le Dakar. Le plus prestigieux, c'est bien sûr de batailler pour le titre, mais peu de pilotes en ont les compétences. Une des autres possibilités consiste à tabler sur l'originalité de son véhicule, en se présentant sur la ligne de départ au volant d'une 2 CV, d'un side-car ou d'un scooter ! Quoi qu'il en soit, pour gagner une réelle crédibilité, l'unique solution reste de rejoindre la ligne d'arrivée dans le classement officiel. C'est le petit exploit qu'est parvenu à réaliser Hervé Diers il y a 5 ans en bouclant le Dakar dans… une friteuse. Le pilote nordiste, fabricant de camions-magasins dans le civil, avait déjà bouclé le rallye à quatre reprises dans des véhicules conventionnels, mais a décidé de s'attaquer au premier Dakar sud-américain dans une baraque à frites qui a conquis les cœurs des Argentins et Chiliens : « Nous étions devenus une des mascottes du rallye, tout le monde nous encourageait sur le parcours. Et en plus nous sommes allés au bout, ce qui donne de l'allure à notre plaisanterie, on nous prend un peu plus au sérieux », se souvient Hervé Diers au moment des derniers préparatifs avant l'édition 2014. Entre temps, l'ambassadeur spécial des Ch'tis a continué de décliner l'humour gras de ses frites avec une remarquable application. Hervé  est même allé jusqu'à battre le record du monde du plus grand cornet de frites, en rassemblant pour l'occasion 3000 éplucheurs sur un week-end ! Avant de procéder à l'embarquement au Havre dans quelques jours, le plus titré des habitants d'Hazebrouk a donc offert une grande fête hier soir à tous les supporters qui ont déjà les yeux rivés sur la friterie du désert : « Il y avait plus de 1000 personnes, des gens qui me soutiennent et qui participent tous à leur façon à notre aventure. Car notre défi, explique Hervé, c'est aussi de promouvoir le Nord, la frite et les Ch'tis ».

                                          Le Dakar pleure Caselli

                                          16/11/2013

                                          Le monde du rallye raid se retrouve en deuil après l'annonce de la mort tragique de Kurt Caselli sur la Baja 1000, l'épreuve majeure de tout-terrain du circuit nord-américain.

                                            Le pilote officiel KTM, invité surprise du Dakar 2013 après le forfait de Marc Coma, avait fait des débuts prometteurs dans une discipline qu'il découvrait, remportant deux étapes dès sa première participation, avant de s'imposer quelques mois plus tard sur le Desafio Ruta 40, rendez-vous argentin des Dakar Series. « Special K », qui faisait dès lors partie des favoris de la prochaine édition, a succombé à ses blessures à l'hôpital d'Ensenada au Mexique, après une chute fatale dans la dernière portion de la course. « Cette nouvelle m'a d'autant plus ému qu'en janvier dernier, le Dakar avait découvert un pilote de grand talent mais aussi un personnage attachant, humble, et tellement enthousiaste. Précédé d'une superbe réputation gagnée sur les pistes de tout-terrain américaines, il se disait déjà conquis par le rallye raid », se souvient Etienne Lavigne. Le directeur du Dakar, ainsi que toutes les équipes d'organisation du rallye, associent leur peine à celle de tous les proches de Kurt Caselli.

                                            Cyril Despres : « Ça peut marcher »

                                            14/11/2013

                                            Dans un paysage totalement remanié au sein de la catégorie moto, Cyril Despres se présentera au départ du Dakar au guidon d'une Yamaha, après dix ans et cinq titres conquis avec KTM. A moins de deux mois de l'échéance, le pilote français donne ses impressions…

                                              Cyril Despres, cette saison est décisive dans votre carrière, puisque vous avez mis fin à votre glorieuse aventure avec KTM pour rejoindre Yamaha. Aviez-vous besoin de ce tournant pour relancer votre motivation ?
                                              Si j'avais voulu la simplicité, je serais resté chez KTM. Mais changer de marque, c'est une remise en question nécessaire, car rester trop longtemps dans un train-train, ça ne fait plus avancer. Alors j'avais tout simplement envie d'aller voir ailleurs. Et lorsque je suis allé chez Yamaha, en région parisienne, j'ai eu un déclic. Il y a partout des photos de la vieille époque du Dakar, on ressent l'esprit de Jean-Claude Olivier ou de Stéphane Peterhansel, ça sent et ça vibre rallye raid. J'ai réalisé que dans cette équipe, je serai entouré de gens qui ont la même passion que moi pour le Dakar. Maintenant, il n'y a qu'une seule question qui m'intéresse, c'est de savoir si je suis capable de changer de moto et de continuer à gagner cette course.

                                              Sur cette saison, vous avez concocté un programme de compétition plutôt léger. Est-ce suffisant pour viser la victoire avec une nouvelle moto ?
                                              En tant que compétiteur, j'aime soigner tous les détails, et je préférerais toujours avoir davantage de certitudes avant le Dakar, je ne suis jamais rassasié. Mais en même temps, je sais que cette méthode me correspond, et qu'elle fonctionne. Nous avons fait beaucoup de tests, et si j'ai peu de journées de compétition avec la Yamaha, ça ne me pose pas de problème. J'aurai mon compte en janvier.

                                              Une sixième victoire, pour égaler le record de Stéphane Peterhansel, voilà un défi exaltant…
                                              Il faut rester serein, car c'est difficile de dire que je pars pour la gagne dans ces conditions, tout est nouveau. Je ne veux ni être déçu, ni décevoir les autres. Mais je pense que ça peut marcher, et si cela se fait dès la première année, ce serait fun !

                                              D'après vos sensations au guidon de la Yamaha, a-t-elle les moyens de rivaliser avec les KTM ?
                                              La difficulté, c'est que cette année, tous nos adversaires ont développé une nouvelle moto, alors je n'ai pas suffisamment d'informations. Mais c'est une moto très puissante, qui a montré son niveau de performance en début de Dakar dans la dernière édition. Les changements que je ressens, c'est qu'elle est très linéaire dans son accélération. Et elle est par ailleurs plus petite et plus compacte, ce qui la rend très agréable à piloter.

                                              Face à vous, la concurrence a évolué : au-delà du duel que vous disputez traditionnellement avec Marc Coma, les outsiders semblent être devenus de réels prétendants au titre…
                                              Oui, mais si l'on compare avec le vélo par exemple, il y a les coureurs qui se concentrent uniquement sur une échéance, qui peut-être le Tour de France, les championnats du monde, ou encore Paris-Roubaix. C'est mon cas avec le Dakar. Et finalement, nous ne sommes pas nombreux à avoir prouvé qu'on pouvait être régulier, année après année, sur ce rendez-vous. Je considère que la clé de ma réussite, c'est l'expérience. Je ne me bats pas avec les autres : ils progressent, ils vont vite, mais ils ne me font pas peur ».

                                              Les Hollandais en démonstration

                                              13/11/2013

                                              Plus de 25 000 spectateurs se sont réunis le week-end dernier à Eindhoven pour encourager les pilotes néerlandais du Dakar. Le traditionnel pré-prologue, 10ème du nom, a même attisé la curiosité du Polonais du team X-Raid Krzysztof Holowczyc, venu en visiteur.

                                                L'événement avant l'événement. Le pré-prologue organisé aux Pays-Bas pour donner rendez-vous à l'ensemble des concurrents hollandais est devenu au fil des années un des rituels de la préparation pour le Dakar. Deux mois avant le début du rallye, le rassemblement à l'Euro Circuit d'Eindhoven s'est même transformé en une première échéance pour quelques-uns des favoris de la course, qui n'hésitent pas à tester au maximum leur coup de volant pour aller chercher une victoire qui commence à prendre de la valeur. C'est en tout cas le point de vue de Peter Versluis, la valeur montante dans la catégorie camions, qui a eu raison de Gerard De Rooy sur cette courte explication dans la boue et sous le soleil de novembre : « L'année dernière, il m'avait battu mais cette fois-ci j'ai réussi à signer le meilleur temps, avec une toute petite avance. Cela signifie que nous avons livré un bon match ». L'analyse est certainement divergente du côté du vainqueur du Dakar 2012, qui a endommagé une suspension de son Iveco sur la réception d'un saut un peu trop ambitieux. En tout état de cause, les débats se poursuivront sur quelques milliers de kilomètres sur les pistes et les dunes d'Argentine et du Chili.

                                                Sur le pré-prologue, les camions formaient comme d'habitude la catégorie reine, avec près de trente engagés ! Mais certains des acteurs majeurs de la course auto ont aussi pu se montrer à leur avantage, comme Erik Van Loon et Wouter Roosegar, qui ont bataillé avec le buggy monoplace de Tim Coronel : « Dans la deuxième manche, les conditions sèches étaient plutôt favorables à notre HRX-Ford, c'est là que nous avons pu faire la différence ». Sur deux-roues, la surprise est venue du rookie Hans Vogels, devant l'expérimenté Henk Knuiman, et Robert Van Pelt, le plus jeune finisseur du Dakar à moto en janvier dernier.

                                                Les bons tuyaux…

                                                12/11/2013

                                                Après la session européenne qui s'est tenue à Paris au mois d'octobre, le séminaire concurrents s'est poursuivi à destination des pilotes et équipages sud-américains, qui ont afflué vers Buenos Aires pour recevoir les conseils et astuces de David Castera et Nani Roma.

                                                  On n'est jamais trop bien préparé pour le Dakar. Qu'ils soient novices ou expérimentés sur l'épreuve, tous les pilotes ont conscience de cette réalité, et tentent de tout mettre en œuvre pour se présenter au départ avec les meilleurs atouts en mains. Côté mécanique, on s'active dans les ateliers, tandis que les piscines et les salles de musculation deviennent des lieux de rendez-vous de plus en plus réguliers pour les concurrents. Au-delà de la technique et du physique, l'organisation du Dakar prévoit aussi un séminaire plus théorique, dont les apports sont précieux et même essentiels pour les nouveaux-venus. Cette année, le point de rencontre a été fixé à Buenos Aires, pour une journée de cours magistraux dispensés par David Castera, directeur sportif de la course, et Nani Roma, vainqueur moto en 2004 et désormais prétendant à la victoire en auto. Les deux spécialistes ont pu donner à la cinquantaine de pilotes qui a répondu présent une quantité d'informations utiles, qu'il s'agisse de conseils sur les instruments de navigation, sur des points de règlement pouvant s'avérer décisifs, ou encore sur la vie quotidienne au bivouac.

                                                  Pour le pilote catalan du Team X-Raid : « ce type de rencontre, c'est une opportunité pour tous les pilotes, et spécialement les moins expérimentés. Cela permet de réduire le nombre d'erreurs que l'on peut commettre une fois sur le terrain ». David Castera estime lui aussi que ce sont « des journées intéressantes et constructives, dans lesquelles l'organisation met à disposition quelques outils aux concurrents afin qu'ils passent un bon rallye. Savoir interpréter et lire un road-book, utiliser avec pertinence Iritrack et Sentinel, penser à quelques règles de vie simples, c'est fondamental pour réussir son Dakar ». Bien qu'ils n'en soient plus à ce niveau d'apprentissage, plusieurs favoris ou prétendants aux tous premiers rôles ont fait le déplacement dans la capitale argentine pour se plonger dans l'ambiance du rallye, comme Marcos Patronelli, Lucas Bonetto ou Lucio Alvarez. Pour eux aussi, la préparation passe par la case Buenos Aires.

                                                  Annie Seel : « Ma vie sans le Dakar, c'était ennuyeux »

                                                  06/11/2013

                                                  A la recherche d'un copilote de remplacement, l'Australien Gary Connell a fait appel à Annie Seel pour tenter de boucler son premier Dakar dans un RZR 900 Polaris. De retour sur le rallye après deux années d'absence, la Suédoise entame une carrière de copilote.

                                                    Guidon en mains, Annie Seel a gagné ses galons de « Princesse du désert » dans les dunes du Sahara dans un premier temps, puis sur les pistes d'Argentine et du Chili. Au total, la Suédoise a bouclé le Dakar à cinq reprises, avec en prime le titre de meilleure féminine lors de l'édition 2010, obtenu grâce à sa 45ème place. Depuis, la motarde au format de poche a fait l'impasse sur les deux derniers Dakar. Mais avec des faits d'armes aussi honorables, Annie n'est pas tombée dans l'oubli, et a reçu une proposition alléchante qui lui permet cette année de changer d'univers : « Gary Connell m'a contacté juste avant le rallye de Merzouga, pour me proposer le baquet de copilote. J'ai immédiatement dit oui, et j'ai adoré ça, raconte la navigatrice qui débute sa deuxième carrière par une victoire dans la catégorie SSV. Je n'avais aucun plan pour le Dakar, c'est donc une opportunité de rêve qui se présente. Ma vie sans le Dakar, c'était ennuyeux. Et avec ce Polaris, je suis un peu à mi-chemin entre la moto et la voiture. Je l'appelle mon ‘canapé volant' ».

                                                    Honda : le Brésil en renfort

                                                    15/10/2013

                                                    Après un recrutement particulièrement ambitieux à l'intersaison au sein du Team HRC, c'est maintenant la structure Honda Racing Brazil qui a annoncé son effectif pour le Dakar 2014, avec Jean de Azevedo comme leader. De quoi pimenter davantage la partie…

                                                      La redistribution des cartes se poursuit parmi les favoris de la course motos. La série de 12 victoires consécutives des KTM est exposée à l'appétit d'une concurrence de plus en plus crédible, avec le passage chez Yamaha du quintuple vainqueur Cyril Despres. Et les pilotes Honda sont bien décidés à se mêler à la bataille pour la gagne dès la prochaine édition. La firme japonaise a fait son apparition en janvier dernier sur le Dakar : après la 7ème place d'Helder Rodrigues, l'écurie officielle a largement étoffé son effectif, en recrutant l'Espagnol Joan Barreda et le Portugais Paolo Gonçalves. Le trio de pointe, soutenu par Javier Pizzolito et Sam Sunderland, pourra aussi compter sur le soutien de trois pilotes brésiliens, engagés par l'équipe  cousine Honda Brazil. En même temps que la toute nouvelle version de la CRF 450 Rally, la composition de l'équipe a été annoncée à Sao Paulo il y a quelques jours, avec Jean de Azevedo comme capitaine de route. Du haut de ses 14 participations (dont 3 en auto), avec notamment une 5ème place en 2003, Azevedo fera figure de grand sage pour les deux jeunes prometteurs qui l'accompagneront à Rosario pour le départ du Dakar. Dario Julio et Ike Klaumann, qui ont pris l'habitude de briller sur toutes les pistes de tout-terrain au Brésil, auront nécessairement besoin des conseils de leur aîné pour se faire une place de choix sur le Dakar… et pourquoi pas essayer de titiller les KTM !

                                                      Spinelli, Quintanilla et Casale remportent le Desafío Inca 2013

                                                      07/10/2013

                                                      La troisième et dernière étape du Desafío Inca consacre les trois meilleurs pilotes dans leurs catégories respectives. Guilherme Spinelli (Autos), Pablo Quintanilla (Motos) et Ignacio Casale (Quads) remportent ce nouveau rallye international qui couronne aussi les vainqueurs des Dakar Series et du Dakar Challenge.

                                                        AUTOS : GUILHERME SPINELLI GAGNE AU PÉROU
                                                        Le fait d'être qualifié de grand favori du Desafío Inca dès son arrivée a décuplé la motivation de Guilherme Spinelli (Mitsubishi ASX Racing). Le pilote brésilien a confirmé son leadership aujourd'hui en montant sur la plus haute marche du podium. À l'issue de trois étapes exigeantes dans la région d'Ica, Guilherme Spinelli remporte le général en 11h29m40s. Le team Alta Ruta 4x4 (à 1h52m38s) et Diego Weber (à 2h10m5s) complètent le podium.
                                                        La belle prestation de Spinelli a d'autant plus marqué les esprits qu'il est le seul pilote à avoir remporté toutes les spéciales du Desafío Inca. Sa performance confirme l'excellent travail réalisé par l'équipe brésilienne Mitsubishi Petrobras.
                                                        MOTOS : CONSÉCRATION POUR PABLO QUINTANILLA 
                                                        Pablo Quintanilla (KTM 450 Rally Réplica) remporte haut la main le Desafío Inca. Le pilote chilien a imposé son rythme pendant tout le rallye et a démontré ses compétences de leader dans les dunes péruviennes. Pablo Quintanilla termine la course en 11h56m5s. Il devance David Casteu (à 9m29s) qui a réussi à réduire l'écart avec le Chilien sans toutefois pouvoir le rejoindre au général. Le Péruvien Eduardo « Tato » Heinrich monte sur la troisième marche du podium à 31m14s de Quintanilla.
                                                        QUADS : IGNACIO CASALE S'IMPOSE
                                                        Comme sur les deux premières étapes, Ignacio Casale (Yamaha Raptor 700) réalise une grande performance ce dimanche et remporte par la même occasion le classement général (12h54m37s). Le pilote chilien termine le Desafío Inca avec une confortable avance sur Ignacio Flores (à 26m15s) même si les deux pilotes étaient au coude-à-coude lors des deux dernières étapes. Le quadiste argentin Sebastián Halpern (à 1h31m41s) s'attribue la troisième place au général. Casale remporte sa première victoire internationale.
                                                        À l'exception de la deuxième étape, le pilote chilien a remporté toutes les spéciales du Desafío Inca. Casale a prouvé qu'il pouvait franchir les dunes d'Ica sous un soleil de plomb repoussant les pilotes dans leurs derniers retranchements.
                                                        DAVID CASTEU REMPORTE LES DAKAR SERIES
                                                        Le pilote français David Casteu (Yamaha YZF 450) remporte les Dakar Series grâce à sa deuxième place sur le Desafío Inca. Il réalise une belle performance sur ce rallye péruvien qui lui permet de remporter les Dakar Series, dont le classement est établi tout au long de la saison. Il termine en tête des Dakar Series notamment grâce à une belle 5e place sur le Desafío Ruta 40 en Argentine. Enfin, soulignons que le pilote français fut le premier lauréat des Dakar Series en 2008 en Hongrie et en Roumanie.
                                                        NASER COLOMBO, GALLEGOS ET SILVA  CONQUIÈRENT LE DAKAR CHALLENGE
                                                        Les pilotes chiliens Naser Colombo (Motos) et Víctor Gallegos (Quads) ont franchi avec brio les 3 étapes du Desafío Inca 2013 et réalisent une belle performance sur le sol péruvien. Le pilote Álvaro Silva et son copilote Ernesto Castro gagnent le challenge dans la categorie Autos et représenteront le Pérou. Ce résultat leur permet d'obtenir le sésame tant convoité par de nombreux pilotes : une invitation sur le Rallye Dakar 2014.
                                                        DÉCLARATIONS DES PILOTES
                                                        Guilherme Spinelli (Autos) : « C'est une journée très spéciale pour moi. C'est la première épreuve que nous remportons en dehors du Brésil. Je suis très satisfait de notre voiture qui est très compétitive. »
                                                        Pablo Quintanilla (Motos) : « Je suis venu sur le Desafío Inca avec la ferme intention d'engranger de l'expérience. Cette victoire me comble. J'ai fait une course intelligente, sans commettre d'erreurs. Je suis très honoré. »
                                                        Ignacio Casale (Quads) : « Je suis très content de ce résultat. Je décroche ma première victoire internationale. C'est le fruit de tout le travail que nous avons effectué. Je suis très heureux. »

                                                        Spinelli, Quintanilla et Casale aux commandes

                                                        06/10/2013

                                                        La deuxième étape du Desafío Inca s'est déroulée à Ica dans de très bonnes conditions climatiques. Contre toute attente, cette journée a surtout été marquée par l'abandon du Français Cyril Despres (Motos). David Casteu (Motos) et Ignacio Flores (Quads) remportent cette deuxième étape du rallye alors que Pablo Quintanilla (Motos) et Ignacio Casale (Quads) conservent la tête du classement  général. Le Brésilien Guilherme Spinelli (Autos) assure le spectacle en s'adjugeant l'étape et la première place provisoire au général.

                                                          AUTOS : DEUXIÈME  VICTOIRE D'ÉTAPE CONSÉCUTIVE POUR GUILHERME SPINELLI
                                                          Le Brésilien Guilherme Spinelli (Mitsubishi ASX Racing) n'a laissé aucun répit à ses rivaux au cours d'une journée où le pilote Mitsubishi a imposé sa loi et s'est adjugé sa deuxième victoire d'étape consécutive sur le Desafío Inca après avoir remporté l'unique spéciale du jour dans la catégorie Autos. Avec un temps de 3h33m17s, Spinelli creuse encore l'écart et devance de plus d'une demi-heure le deuxième de l'étape, Diego Weber.
                                                          Grâce à ce résultat, le pilote brésilien consolide sa première place au général (8h11m1s) et porte à 1h8m46s l'écart le séparant du team péruvien Alta Ruta 4x4. Cet écart devrait permettre à Spinelli d'aborder avec quiétude la dernière étape et de monter sur la première marche du podium final aujourd'hui.
                                                          MOTOS : CASTEU REMPORTE L'ÉTAPE, QUINTANILLA CONSERVE LA TÊTE DU GÉNÉRAL
                                                          Les motards se sont livrés une lutte acharnée ce samedi. Le pilote français David Casteu (Yamaha YZF 450) remonte au général et remporte la deuxième étape (5h3m28s) devant les Chiliens Pablo Quintanilla (à 4m3s) et  Claudio Rodríguez (à 15m13s). Cette belle performance du Français ne lui permet toutefois pas de détrôner Pablo Quintanilla (KTM 450 Rally Réplica) au général à la fin de cette deuxième journée.
                                                          La grande régularité dont Pablo Quintanilla a réussi à faire preuve ces deux premières journées lui permet de conserver la première place du classement provisoire. Soulignons la belle performance et le superbe spectacle assuré à Ica par son compatriote chilien Daniel Gouet qui s'est adjugé la première spéciale du jour. Pablo Quintanilla occupe désormais la tête du général (8h51m30s) devant le vainqueur de la deuxième étape David Casteu (à 7m29s) et Claudio Rodríguez (à 23m31s).
                                                          Le Français Cyril Despres a dû abandonner sur problème mécanique. Sa moto s'est arrêtée à 20 kilomètres de l'arrivée alors qu'il faisait une bonne course. Selon Despres, le problème technique immobilisant sa moto n'a pas encore été détecté. « Nous ne connaissons pas encore la cause du problème. C'est un très beau rallye, c'est dommage d'abandonner. J'espère pouvoir remonter en selle demain (aujourd'hui). Je n'ai pas l'habitude d'abandonner. »
                                                          QUADS : FLORES REMPORTE L'ÉTAPE, CASALE PREMIER AU GÉNÉRAL
                                                          Le pilote péruvien Ignacio Flores (Yamaha Raptor 700R) remporte sa première victoire d'étape après une lutte acharnée pour le top 3 le premier jour. Ignacio Flores offre donc au Pérou sa première victoire (en 5h29m26s) sur le Desafío Inca devant le Chilien Ignacio Casale (à 2m42s) et l'Argentin Lucas Bonetto (à 32m55s). Casale conserve toutefois sa première place au général (9h34m34s) devant le Péruvien qui occupe désormais la deuxième place au classement provisoire.
                                                          Le Chilien sait que cet écart de 25m10s devrait suffire pour monter sur la plus haute marche du podium aujourd'hui à l'issue de la dernière étape même s'il devra maintenir un rythme élevé et se méfier d'Ignacio Flores. 
                                                          DÉCLARATIONS DES PILOTES
                                                          Guilherme Spinelli (Autos) : « Il fallait être à 100% sur cette étape qui s'est avérée très technique. L'auto a roulé à la perfection. Nous sommes prêts pour la dernière étape. »
                                                          Pablo Quintanilla (Motos) : « Ce fut une journée difficile, mais très positive. J'ai dû ouvrir la piste. J'étais un peu nerveux mais j'ai réussi à rester concentré. Je suis très heureux d'occuper la première place du classement général. »
                                                          Ignacio Flores (Quads) : « Tout a bien fonctionné lors de la première boucle. J'étais motivé à l'idée de rattraper le premier. Une superbe spéciale, une belle journée, nous sommes très heureux. »
                                                          Ignacio Casale (Quads) : « C'était une belle étape. Je suis très content de ma première place au général. Je dois ménager mon quad car la moindre erreur peut coûter très cher. »

                                                          Desafío Inca : première étape très disputée à Ica

                                                          05/10/2013

                                                          La première étape du Desafío Inca s'est déroulée hier dans les majestueuses dunes d'Ica. Pablo Quintanilla (Motos), Ignacio Casale (Quads) et Guilherme Spinelli (Autos) remportent l'étape au bout de 308 km répartis sur deux spéciales chronométrées.

                                                            MOTOS : PABLO QUINTANILLA CRÉE LA SURPRISE
                                                            La catégorie Motos était une des plus attendues de la compétition. Le pilote chilien Pablo Quintanilla (KTM 450 Rally Réplica) a été le premier à marquer les esprits ce vendredi sur le Desafío Inca. Avec un temps de 3h43m59s, ce spécialiste du motocross a dominé les deux spéciales du jour devant le Bolivien Juan Carlos Salvatierra (à 4m53s) et le pilote local Eduardo « Tato » Heinrich (à 7m58s).
                                                            Quintanilla a surpris tout le monde dès la première boucle en se montrant le plus rapide sur un terrain très exigeant. Derrière Quintanilla, Heinrich et Salvatierra se sont livrés un véritable duel jusqu'à ce que le Bolivien s'adjuge finalement la deuxième place du jour en fin d'étape. Cyril Despres et David Casteu ont réussi à remonter au classement à l'issue de la deuxième spéciale en accrochant respectivement les 6ème et 4ème positions.
                                                            QUADS : IGNACIO CASALE DOMINE LE CLASSEMENT
                                                            Ignacio Casale (Yamaha Raptor 700) a imposé un rythme très élevé à ses concurrents dès le début de l'étape. Le Chilien termine la journée en tête (4h2m26s) avec un avantage de 25 minutes sur Sebastián Halpern, son adversaire le plus proche. Le Péruvien Ignacio Flores décroche quant à lui la troisième place provisoire au général.
                                                            Casale a imposé son hégémonie dès la première spéciale en écrasant la concurrence. Cet avantage lui a permis de parcourir la seconde spéciale du jour en toute tranquillité. Daniel Mazzuco et Lucas Bonetto complètent le top 5 mais les deux pilotes devront produire un gros effort aujourd'hui pour réduire les écarts.
                                                            AUTOS : GUILHERME SPINELLI FAIT FIGURE DE FAVORI 
                                                            Spinelli (Mitsubishi ASX Racing) est arrivé à Paracas avec l'étiquette de grand favori. Le pilote brésilien s'est directement adjugé la première place du classement provisoire Autos et a confirmé son statut en bouclant l'étape en 4h37m44s. Il devance le team péruvien Alta Ruta 4x4 de Francisco León et Tomás Hiraoka de 14m51s.
                                                            Spinelli s'adjuge les deux spéciales du jour dans une course inaugurant les Dakar Series au Pérou. Le Brésilien a pris l'avantage dès la première boucle et a pu aborder la deuxième spéciale en toute tranquillité. Le team brésilien est prêt à marquer ce rallye de son empreinte.
                                                            DÉCLARATIONS DES PILOTES
                                                            Pablo Quintanilla (Moto) : « Nous avons vécu une grande étape. Il convenait d'être attentif dans les dunes, mas j'étais vraiment à l'aise. Je suis content d'avoir terminé cette première journée. Je me sens très bien physiquement. Le comportement de la moto est impeccable. »
                                                            Ignacio Casale (Quad) : « C'était une belle étape. J'ai roulé devant dès le début. Comme je pensais que les autres me suivaient, je suis parti très fort. J'ai accéléré, ce qui m'a donné un bel avantage. J'ai été bien inspiré finalement. Il reste encore deux jours, je devrai tout de même ménager mon quad. »
                                                            Guilherme Spinelli (Autos) : « Je n'avais plus roulé dans des dunes depuis avril. Je suis content d'avoir remporté l'étape sur ce type de terrain. Toute l'équipe est contente, la navigation était parfaite. »
                                                            Cyril Despres (Motos) : « J'ai dû ouvrir la piste et naviguer. Cela a permis aux autres pilotes de me suivre. Le brouillard en début d'étape a aussi rendu les choses plus difficiles. On ne voyait rien. Mais demain est un autre jour. Je suis content du comportement de la moto. »

                                                            83 véhicules ont passé les vérifications. Les pilotes sont prêts pour le départ symbolique du Desafío Inca.

                                                            04/10/2013

                                                            83 véhicules ont passé les vérifications. Les pilotes sont prêts pour le départ symbolique du Desafío Inca.Après avoir passé les vérifications techniques et administratives, les pilotes ont pris hier à 17h00 (heure locale) le départ symbolique du Desafío Inca sur le Boulevard El Chaco de Paracas. Tout est fin prêt pour le grand départ.

                                                              PARACAS, Pérou, 3 octobre 2013. – Le Desafío Inca propose une grande compétition dans les environs d'Ica.  Lors des 3 étapes du rallye, les pilotes les plus renommés tenteront d'imposer une certaine hiérarchie et de dominer leurs catégories respectives. Avec plus de 1.000 km de parcours dans les dunes, la première édition des Dakars Series au Pérou représente un véritable défi pour les participants.

                                                              PREMIER OBJECTIF : FRANCHIR LES VÉRIFICATIONS ADMINISTRATIVES ET TECHNIQUES

                                                              Les engagés ont débuté leurs préparatifs bien en amont de leur arrivée à Paracas.  Pour participer au Desafío Inca, les équipages devaient en effet remplir toute une série d'exigences techniques et de sécurité et subir différents contrôles lors des vérifs.

                                                              Pilotes, co-pilotes et mécaniciens devaient préparer bien à l'avance les véhicules afin de passer le test des vérifications et ne pas être directement mis hors course avant le départ du rallye. Le simple fait d'oublier les documents du véhicule ou encore le permis de conduire ou la licence de pilote peut anéantir les illusions des concurrents qui seraient alors mis hors course sans avoir même pu goûter aux dunes du Desafío Inca. À l'issue des vérifs, 37 motos, 26 quads et 20 autos se sont présentés sur la ligne de départ ce vendredi.

                                                              LES MEILLEURS PILOTES       

                                                              Cyril Despres faire figure de grand favori dans la catégorie motos. Désormais chez Yamaha, le quintuple vainqueur du Dakar et vainqueur sortant du plus grand rallye au monde tentera de monter sur la plus haute marche du podium devant d'autres pilotes mondialement connus tels que David Casteu, José Manuel Pellicer, Daniel Gouet, les frères Felipe et Jaime Prohens ou encore Felipe Ríos, le plus grand espoir péruvien.

                                                              Chez les quadistes, le titre devrait se jouer entre le Chilien Ignacio Casale et l'Argentin Lucas Bonetto, deux pilotes ayant démontré leur potentiel en course. Bonetto a d'ailleurs récemment remporté haut la main le Desafío Ruta 40. La catégorie 4x4 de cette épreuve argentine fut également remportée en juin dernier par Daniel Mazzuco, lui aussi présent au Pérou. Sebastián Halpern, Sergio La Fuente et Ignacio Flores tenteront pour leur part de leur voler la vedette.

                                                              Le suspense sera à son paroxysme dans la catégorie Autos. Grand favori de l'épreuve suite à sa participation aux Dakar 2010 et 2011, le Brésilien Guilherme Spinelli devra affronter une véritable armada de pilotes péruviens dont le principal représentant sera Ramón Ferreyros. Les top teams péruviens Alta Ruta 4x4 et Duro 4x4 seront à la tête d'une imposante délégation sud-américaine composée également d'équipages boliviens, chiliens et colombiens.

                                                              Après une étape en Argentine avec le Desafío Ruta 40, les Dakar Series présenteront leur classement final à la sortie des dunes péruviennes du Desafío Inca : 17 pilotes sont toujours en course pour décrocher le titre dans les catégories Autos (15) et Motos (2). David Casteu tentera de remporter le titre pour couronner une excellente prestation alors que ses principaux rivaux, tels que Daniel Gouet, les frères Prohens, Juan Carlos Salvatierra et Pablo Quintanilla tenteront de contester son hégémonie. Côté Autos, la compétition aura un accent bolivien avec Marco Bulacia et Luis Barbery, les deux favoris pour monter sur la première marche du podium à  Ica.

                                                              Enfin, le Dakar Challenge fera aussi l'objet de toutes les convoitises parmi les pilotes moins expérimentés : le vainqueur recevra une invitation au Dakar 2014 où il pourra faire montre de toutes ses compétences sur les pistes du rallye le plus exigeant au monde. Les engagés dans les catégories Autos (7), Motos (12) et Quads (13) sont prêts à en découdre pour s'adjuger cette récompense inestimable. Le titre se jouera entre Miguel Bulacia et le Péruvien Roberto Pardo dans la catégorie Autos, et entre Fernando Loli - Arnao, Víctor Gallegos et José Salaverry en quads. Sur deux roues, l'invitation devrait être remise à un des nombreux motards péruviens.

                                                              DÉCLARATIONS :

                                                              Cyril Despres : « Je suis content de revenir au Pérou. Yamaha nous a vraiment facilité les choses. Le Dakar m'a déjà beaucoup donné, mais je dois maintenir un rythme élevé pour encore gagner. J'ai gagné lors de mes deux dernières visites, j'ai toujours bien couru ici. »

                                                              Guilherme Spinelli : « Je suis très content d'être ici. Le Pérou nous a vraiment accueillis à bras ouverts. Au Brésil, nous n'avons pas ce genre de désert. C'est donc une excellente occasion de tester la voiture. Les voitures sont très rapides dans les dunes, donc on verra bien. »

                                                              Ignacio Casale : « Je suis motivé car c'est ma première participation aux Dakar Series. Beaucoup de compatriotes de haut niveau seront présents. Nous nous affronterons pour monter sur le podium. Je me suis très bien préparé et nous espérons pouvoir faire un bon résultat. Il faudra rester prudent, mais aussi en profiter. »

                                                              Ramón Ferreyros : « La venue des Dakar Series au Pérou est importante pour tous les pilotes du pays. L'épreuve nous permet d'engranger de l'expérience. C'est ma deuxième participation à une épreuve dans le désert. Notre voiture se comporte très bien dans les dunes. »

                                                              Felipe Ríos : « Le fait d'organiser le Desafío Inca au Pérou est un plus pour tous les pilotes péruviens car ce rallye applique les normes internationales. Je suis certain que le rallye ne sera pas facile mais nous tenterons de bien nous amuser et de faire une bonne course. »

                                                              Ignacio Flores : « Je remercie les organisateurs d'avoir choisi le Pérou. Les Péruviens veulent faire du sport et la preuve en est que 12 quads sont sur la ligne de départ. C'est un grand pas en avant. »

                                                              J-2 : Bientôt l'heure des dunes

                                                              02/10/2013

                                                              L'heure est maintenant aux tout derniers réglages pour les 89 véhicules inscrits sur la première édition du Desafio Inca. 39 motos, 28 quads et 22 autos sont attendues aux vérifications demain à Paracas. Le dernier rendez-vous Dakar Series désignera également au terme des trois jours de compétition les derniers lauréats du Dakar Challenge.

                                                                La région de Pisco se retrouve à nouveau au centre de la planète rallye raid. Comme sur les éditions 2012 et 2013 du Dakar, les pilotes et équipages se départageront notamment dans les dunes du désert d'Ica. Trois jours de compétition sont au programme avec plus de 1000 kilomètres à parcourir en spéciale, qui donneront peut-être l'occasion à Cyril Despres d'aller chercher sa première victoire au guidon d'une Yamaha. Dans l'esprit du quintuple vainqueur du Dakar, le voyage au Pérou signifie en tout cas l'entrée dans sa dernière ligne droite avant l'échéance de janvier : « je prends cette compétition comme une opportunité de rouler dans des conditions de compétition relevées, et sur des terrains proches de ce que nous trouverons sur le prochain Dakar. Jusqu'à maintenant, je n'ai pas encore pu tester la Yamaha dans de belles dunes et sur des étapes sablonneuses de bout en bout. C'est mon objectif sur ces trois jours ». En toute logique, avec le régime qu'il compte infliger à sa machine, Despres sera en mesure de jouer les premiers rôles. Il est notamment appelé à batailler avec un autre pilote français, David Casteu, qui sera également un des favoris pour le titre de champion des Dakar Series 2013, après sa 2ème place en juin sur le Desafio Ruta 40. Les Français trouveront notamment face à eux une délégation chilienne de premier rang, avec notamment Daniel Gouet, 12ème du Dakar 2013, et les frères Prohens.

                                                                La culture sud-américaine trouvera pleinement à s'exprimer dans la catégorie quad, devenue une spécialité continentale. L'explication se jouera notamment entre le clan des Argentins, avec Lucas Bonetto (4ème du Dakar) et Sebastian Halpern (2ème en 2011), et celui des Chiliens, mené par Ignacio Casale (2ème du Dakar). Les Péruviens ont également montré en janvier dernier qu'il fallait compter avec eux : Ignacio Flores, vainqueur de la première étape du Dakar 2013, sera à nouveau là pour le rappeler.

                                                                En autos, le Brésilien Guilherme Spinelli, deuxième du Rally dos Sertoes au mois d'août derrière Stéphane Peterhansel, bénéficie de la faveur des pronostics. Mais c'est bien au cœur des dunes qu'il devra faire la preuve de sa supériorité dans son Mitsubishi ASX, notamment face  aux Péruviens Ramon Ferreyros ou Roberto Pardo, qui s'appuieront quant à eux sur leur fine connaissance du terrain pour tenter de surprendre le favori.

                                                                Enfin, le Desafio Inca servira de cadre au dernier rendez-vous de la saison du Dakar Challenge, qui permet à des pilotes en devenir de gagner leur inscription sur le Dakar. Pour cette manche péruvienne, les trois catégories seront concernées par l'enjeu : la bataille s'annonce intense chez les motards, avec 13 pilotes engagés, et davantage parmi les quadeurs, qui seront 16 à s'expliquer pur gagner leur place sur la ligne de départ de Rosario le 5 janvier prochain.

                                                                Dakar Challenge : l'Australie joue la surprise…

                                                                01/10/2013

                                                                L'avant-dernière manche du Dakar Challenge s'est jouée sur l'Australasian Safari, avec la victoire à moto du prometteur Shane Diener, tandis que la catégorie auto a vu la première victoire féminine dans l'histoire du Dakar Challenge, avec le duo Amy Lerner - Tricia Reina.

                                                                  Voilà un test de valeur. Le terrain australien sélectionne toujours des pilotes solides, à l'image du sud-africain Brett Cummings, arrivé à Santiago en 43ème position du Dakar 2013 après avoir gagné sa place sur l'Australasian Safari. Et cette année, son successeur au palmarès du Dakar Challenge dans la catégorie moto a fourni au moins autant de garanties sur les 3200 km parcourus en 7 étapes. A la fin de la compétition, Shane Diener a quasiment tenu le rythme des leaders, et se classe 3ème au général, derrière Rodney Fagotter (14ème du dernier Dakar) et Matt Fish (111ème du Dakar, 7 étapes dans le Top 25). L'Australien atteint cette année une forme de maturité qui lui sera nécessaire sur le Dakar, puisqu'il arrive pour la première fois au bout de l'épreuve référence sur sa scène nationale, après six tentatives infructueuses. « Je suis ravi d'arriver en tête du Dakar Challenge, et de terminer aussi bien cette semaine de compétition. Cela a été une belle bataille pour aller chercher la troisième marche du podium, notamment avec Lee Stephens, qui était lui aussi en lice pour le Dakar Challenge », se réjouit le pilote Yamaha, maintenant lancé dans une autre course contre-la-montre pour peaufiner sa préparation au grand rendez-vous de janvier.

                                                                  Sur quatre roues, la concurrence pour le Dakar Challenge s'est jouée bien plus loin de la tête de course, remportée à l'arrivée par Geoff Olholm (11ème du Dakar 2013). Mais les lauréates du Dakar Challenge, Amy Lerner et Tricia Reina, ont surtout eu le mérite de venir à bout du parcours exigeant qui a englouti tous leurs rivaux. L'équipage 100 % féminin devrait attirer les caméras et les objectifs sur les pistes et les dunes sud-américaines : elles s'apprêtent déjà à devenir les deux premières sœurs au départ du Dakar dans le même véhicule !

                                                                  Les précédents lauréats du Dakar Challenge 2013
                                                                  . Toyota Kalahari Botswana 1000 Desert Race : Roan Roberts (moto) / Thomas Rundle - Juan Möhr (auto)
                                                                  . Desafio Ruta 40 : Alberto Ontiveros (moto) / Jeremías González Ferioli (quad) / Sebastian Guayasamín - Oscar Carreno (auto)
                                                                  . Dakar Challenge USA : Peter Hajas - Lester Praire (auto)

                                                                  Prochaine date du Dakar Challenge 2013
                                                                  . Desafio Inca : 4-6 octobre

                                                                  Dakar Challenge Australie : « Only the braves »

                                                                  20/09/2013

                                                                  Deux inscriptions au Dakar 2014 sont à décrocher, à l'issue d'une course de 7 jours qui emmènera les concurrents sur les pistes de l'ouest Australien.

                                                                    L'évènement, qui débutera le 21 Septembre, explorera la côte ouest et les régions de Murchison et Gascoyne.

                                                                    Parmi les plus de 100 concurrents prêts à affronter les 3200 km de la course réputée comme étant la plus dure de la région Asie/pacifique, 12 téméraires motards ou équipages auto tenteront de gagner leur ticket pour Rosario, grâce au Dakar Challenge.

                                                                    C'est la deuxième année consécutive que cet évènement offre une telle opportunité aux concurrents, mais la première fois pour la catégorie auto.

                                                                    A peine un jour avant le départ de Perth, la pression monde pour les prétendants à la victoire du Challenge : « J'ai toujours été impressionné par la détermination des pilotes du Dakar qui tentent de mener leur machine jusqu'à l'arrivée, et leur talent en matière de pilotage. Y participer est un des buts de ma vie”. Déclare Ryan Wallace, un concurrent venu spécialement des Etats-Unis, et inscrit au challenge moto.

                                                                    Les vainqueurs seront couronnés le 27 Septembre.

                                                                    Liste des participants au challenge MOTO
                                                                    Charlie Ball (AUS)
                                                                    John Bouwknegt (AUS)
                                                                    Edward Tonkin (AUS)
                                                                    Rog Colling (AUS)
                                                                    Russell Jackson (AUS)
                                                                    Shane Diener (AUS)
                                                                    Ryan Wallace (USA)
                                                                    Hein Eigenhuis (AUS)
                                                                    Ben Young (AUS)

                                                                    Liste des participants au challenge AUTO
                                                                    Amy Lerner / Tricia Reina (USA)
                                                                    Chris May / John Cassidy (AUS)
                                                                    Cliff Weichelt / Louis Weichelt (AUS)

                                                                    Desafio Inca : plus de 80 véhicules au départ

                                                                    18/09/2013

                                                                    La fermeture des inscriptions approche pour le Desafio Inca, qui compte déjà 84 véhicules au départ. Les dernières plaques de course seront attribuées le 20 septembre !

                                                                      Attirés par les dunes de la région de Pisco, où le Dakar s'est aventuré en 2012 et 2013, de nombreux pilotes ont saisi l'opportunité de venir se tester dans le contexte d'une compétition relevée, en vue de l'édition 2014 qui débutera le 5 janvier prochain à Rosario (Argentine). Au total, 38 motos, 26 quads et 18 autos sont déjà enregistrés sur la liste des inscrits. La concurrence pour le titre à aller chercher dans chaque catégorie se retrouvera dans les compétitions parallèles qui se joueront sur le Desafio Inca. Ainsi, les 17 pilotes moto et auto qui ont participé en juin dernier au Desafio Ruta 40 en Argentine sont en lice pour le titre de champion des Dakar Series. Par ailleurs, 33 pilotes sont aussi venus avec l'intention de s'illustrer sur le Dakar Challenge, dont les lauréats seront invités sur le Dakar 2014.
                                                                       
                                                                      PRINCIPAUX ENGAGÉS
                                                                      Motos : C.Despres (Fra-YAM), F.Lopez (Chi-KTM), D.Casteu (Fra-YAM), D.Gouet (Chi-KTM). Quads : I.Casale (Chi-YAM), L.Bonetto (Arg-HON), S.Halpern (Arg-YAM), I.Flores (Per-YAM). Autos : G.Spinelli (Bre-MIT), R.Pardo (Per-VW)

                                                                      Spinelli, en position

                                                                      10/09/2013

                                                                      Guilherme Spinelli poursuit sa quête de l'excellence en s'engageant sur le Desafio Inca. Le pilote brésilien entend s'y affirmer comme une des forces majeures du continent sud-américain avant le prochain Dakar.

                                                                        Il fait déjà partie des pilotes qui comptent. Dominateur dans le cadre d'une concurrence déjà relevée sur le plan national, Guilherme Spinelli a remporté à quatre reprises le Rally Dos Sertoes, la course-étalon du tout-terrain brésilien. Surtout, depuis son arrivée sur le Dakar, il a bouclé la course dans le Top 10 en 2010 (10ème) et en 2011 (9ème), et entend bien poursuivre sa progression cette année. Malgré deux abandons consécutifs, l'écurie Mitsubishi Petrobras lui conserve une confiance totale et a continué de développer le 4x4 ASX que « Guiga » a étrenné sur le dernier Dakar. Afin de se présenter sur la prochaine édition avec les meilleurs atouts pour pouvoir flirter avec le Top 5, le duo Spinelli-Haddad a choisi de peaufiner sa préparation sur le Desafio Inca, du 3 au 6 octobre. Les trois jours de compétition leur donneront l'occasion de confirmer leur niveau de performance constaté au mois d'août sur le Dos Sertoes, où ils n'ont été devancés que par Stéphane Peterhansel. « Ce sera du désert à l'état pur, se réjouit Spinelli, avec des dunes de toutes les tailles, et du sable très mou. Il s'agit d'un rendez-vous où nous pourrons à la fois améliorer le fonctionnement de l'équipe et développer la voiture ». À demi-mots, son copilote Youssef Haddad formule les ambitions élevées que l'équipage entretient dès le mois prochain au Pérou : « L'excellence vient de la répétition. Plus nous roulons ensemble, meilleures seront nos performances ».

                                                                        Ford Racing : les Rangers débarquent sur le Dakar

                                                                        31/07/2013

                                                                        Sur le Dakar 2014, il faudra compter sur une nouvelle écurie pour batailler dans les hauteurs du classement. Le Team Ford Racing alignera au départ, deux Rangers conçus et préparés en Afrique du Sud dont un confié à l'Argentin Lucio Alvarez.

                                                                          A intervalles réguliers, l'Afrique du Sud se signale comme une des places fortes du rallye-raid. Des pilotes de tout premier rang y ont émergé avant de se distinguer sur les pistes du Dakar, comme le pionnier Alfie Cox à moto, puis Giniel De Villiers, vainqueur de l'édition 2009 en auto. Surtout, l'ancien pilote Volkswagen est aussi le vice-champion de la course 2013, au volant d'un pick-up Toyota développé dans son pays. C'est dans le même esprit, et avec des ambitions tout aussi élevées, que la filiale sud-africaine de Ford s'est impliquée dans un projet qui agrège, en vue du Dakar 2014, des savoir-faire éprouvés dans plusieurs pays. Si les équipes de design et de production des deux Ford Rangers qui seront engagés sur le rallye sont basées à Pietermaritzburg, le team Ford Racing fait également appel pour l'organisation de sa logistique à South Racing GmbH, structure installée à Francfort. Pour représenter l'écurie au plus haut niveau sur le Dakar, Ford a aussi composé des équipages internationaux, avec l'objectif de mettre à profit leur diversité.

                                                                          Après avoir déjà fait ses preuves sur les compétitions majeures du continent sud-américain, Lucio Alvarez est devenu un des acteurs incontournables de la course, notamment en tant que porte-drapeau de la délégation argentine depuis sa 5ème place en 2012. C'est bien à ce niveau, et même plus haut, qu'il espère conduire le Ranger qui lui sera confié avec son copilote habituel, Ronnie Graue. Le binôme aura à ses côtés un pendant sud-africain, puisque le second 4x4 sera pris en mains par le pilote de référence du pays, Chris Visser, qui fera ses débuts sur le Dakar assisté de Japie Badenhorst.

                                                                          Dakar Series : « Chaleco » en lice pour le titre

                                                                          30/07/2013

                                                                          Plus de 50 véhicules sont déjà inscrits pour la première édition du Desafio Inca, organisée du 4 au 6 octobre prochains dans la région de Pisco. Parmi les favoris de la course moto, Francisco Lopez fera partie des prétendants les plus sérieux au titre de « Champion Dakar Series 2013 ».

                                                                            Les souvenirs remontent nécessairement à l'évocation des noms de certaines régions du monde. Pour les pilotes du Dakar, les expériences vécues au Pérou, et particulièrement du côté de Pisco, ont valeur de référence. Et les meilleurs dans le domaine ont choisi d'y revenir à l'automne, pour faire le plein de sensations en vue de l'édition 2014 du Dakar. Après Cyril Despres et David Casteu, qui ont annoncé il y a plusieurs semaines leur participation au Desafio Inca, c'est maintenant Chaleco Lopez, 2ème du classement final à l'arrivée à Santiago en janvier dernier, qui a envoyé son dossier d'engagement aux organisateurs. « Sportivement, je suis certain que ce sera un avantage énorme en termes de préparation au Dakar, confirme le pilote chilien, qui y voit aussi une occasion de s'inscrire dans le développement de la discipline sur le continent. C'est très positif de voir que des courses de ce niveau peuvent être organisées dans la région. Pour les pilotes des pays voisins, ce sont des opportunités à saisir, qui demandent un budget accessible, et qui garantissent à la fois la difficulté des terrains et la qualité du plateau ». Voilà bien un aspect qui intéressera le tout nouveau pilote officiel KTM durant les trois jours de compétition. En effet, « Chaleco » a terminé 2ème du Desafio Ruta 40 au mois de juin, ce qui le place en tête de liste pour le classement cumulé qui attribuera le titre de « Champion Dakar Series 2013 », sachant que son coéquipier Kurt Caselli, vainqueur en Argentine, ne sera pas de la partie au Pérou. En revanche, Lopez devra batailler avec David Casteu, 5ème du Desafio Ruta 40 avec une quinzaine de minutes de retard sur son rival. En dehors de cet avantage chronométrique, « Chaleco » pourra aussi faire appel à ses faits d'armes sur le Dakar : il a remporté deux des trois étapes péruviennes qu'il a disputées en 2013 !

                                                                            Desafio Inca : « Une mer de sable »

                                                                            30/07/2013

                                                                            Les préparatifs se poursuivent pour la première édition du Dakar Series Desafio Inca, qui se tiendra au Pérou du 4 au 6 octobre prochains. Lors des dernières reconnaissances effectuées, le road-book des trois étapes au programme de la compétition a été rédigé. Comme prévu, le test sera relevé en termes de franchissement de dunes et de pilotage sur sable.

                                                                              Il reste un peu plus de deux mois avant le départ du Desafio Inca. Le rendez-vous est fixé aux pilotes péruviens, qui accueilleront à la fois l'élite continentale du tout-terrain, et quelques têtes d'affiches des principales écuries de rallye-raid. Après une nouvelle série de reconnaissances, la scène est déjà prête pour un spectacle grandiose, qui comblera autant les téléspectateurs en attente d'images saisissantes que les pilotes soucieux de peaufiner leur technique, en particulier sur les terrains exigeants du désert d'Ica. « La particularité de ce rallye, c'est son parcours en trèfle, détaille Juan Valdivia, directeur sportif de l'épreuve. Nous pouvons dire que les concurrents seront plongés dans une véritable mer de sable, avec des dunes de toutes les couleurs et de toutes les formes. La chaleur devrait tenir un rôle important sur ces trois étapes, elle devrait inciter à la prudence, pour préserver à la fois les hommes et les machines. »

                                                                              Pour cette première édition du Desafio Inca, qui explore en profondeur les territoires déjà partiellement visités lors des deux dernières éditions du Dakar, la définition du parcours et les voyages de reconnaissances ont été effectués avec le plus grand soin concernant le contournement des zones protégées. Juan Valdivia revient sur les méthodes de travail appliquées, rappelant que « toutes les phases de préparation du parcours ont été validées par le Ministère de la Culture et de l'Environnement d'une part, ainsi que par la police nationale péruvienne pour toutes les questions de sécurité. »

                                                                              Dakar Challenge : Hajas tient son Eldorado

                                                                              17/07/2013

                                                                              A l'issue de la deuxième manche de l'étape américaine du Dakar Challenge, Peter Hajas s'est montré le plus régulier. Les résultats combinés du Tecate score Baja 500 et de l'Eldorado Reno 500 placent le pilote du Minnesota en tête du Dakar Challenge. Pour la confirmation de son talent, ce sera entre Rosario et Valparaiso en janvier prochain.

                                                                                Tout ce que la Californie, le Nevada et plus globalement l'ouest des Etats-Unis comptent de pilotes de tout-terrain de premier plan, s'était donné rendez-vous pour la deuxième édition de l'Eldorado Reno 500, une explication de plus de 650 kilomètres sur des pistes redoutables à négocier. Au coeur des canyons et entre les pierres volcaniques qui font la particularité de la course, Peter Hajas a su limiter le nombre de ses crevaisons à quatre, et systématiquement réagir au plus vite. Parmi les 61 voitures engagées, et menées en fin de week-end par le duo Tim Herbst-Larry Roeseler, le pilote de Bajas a survécu mieux que tous les autres concurrents à cette course par élimination qui a spécialement touché les équipages inscrits sur le Dakar Challenge. Au final, il devance Jonathan Brental de plus de trois heures, et remporte son inscription gratuite sur le Dakar 2014 : « L'Eldorado Reno 500 a été la course parfaite pour nous : pas de problèmes techniques majeurs, et une bonne gestion des ravitaillements. Nous sommes très fiers d'avoir remporté le Dakar Challenge. Même si la préparation du rallye est désormais un nouveau Challenge, et que nous sommes de plus en plus intimidés, nous avons hâte d'y être ». Avant de se mesurer aux meilleurs pilotes de la discipline dès le 5 janvier prochain à Rosario en Argentine, l'équipage que Peter Hajas forme avec Lester Praire va continuer de peaufiner son pilotage sur la Big Horn 250 à Las Vegas, puis sur la Baja 1000. Ensuite, ce sera le grand saut.

                                                                                Les prochains rendez-vous du Dakar Challenge
                                                                                - 20-27 septembre : Australasian Safari
                                                                                - 3-6 octobre : Desafío Inca - Dakar Series

                                                                                Motos et quads : c'est complet

                                                                                09/07/2013

                                                                                Le 15 Mai s'ouvraient les inscriptions à l'édition 2014 du Rallye Dakar –Argentina, Bolivia, Chile. Moins de deux mois plus tard, les catégories moto et quad affichent déjà complet, et les candidats à l'aventure doivent être sélectionnés.


                                                                                  Le 15 Mai s'ouvraient les inscriptions à l'édition 2014 du Rallye Dakar –Argentina, Bolivia, Chile. Moins de deux mois plus tard, les catégories moto et quad affichent déjà complet, et les candidats à l'aventure doivent être sélectionnés.

                                                                                  Les équipes d'organisation du Dakar ont reçu 300 dossiers entre 15 mai et le 7 juillet. Un chiffre qui frôle de très près le record historique de l'édition 2012, qui n'avait pas été constaté depuis les dernières éditions africaines du Rallye. Il confirme ainsi le succès du rallye sur le sol sud-Américain.  


                                                                                  Le précieux sésame permettant de prendre le départ à Rosario en Janvier prochain sera délivré aux candidats suivant des critères allant des références sportives, notamment en Rallye Raid et en navigation, aux capacités physiques et programmes d'entraînements. Un soin tout particulier sera ainsi apporté par l'organisateur à délivrer un niveau de sécurité et de confort maximum aux concurrents, ainsi qu'une maîtrise optimisée du format de course.

                                                                                  « Au-delà de la tête de la course, réservée aux pilotes professionnels, le Dakar est par nature fait pour les amateurs : ces amoureux des grands espaces et de l'aventure », précise David Castera, le Directeur Sportif de l'épreuve. « Il est cependant essentiel pour eux d'être informés, et surtout le mieux préparés possible  à ce challenge qui reste le plus dur au monde. Ce sont sur ces critères que nous les sélectionnerons. »   

                                                                                  Côté nationalités, la tendance à l'internationalisation se confirme : comme en 2013, 10 nationalités latino-Américaines différentes pourraient rejoindre les motards et quadeurs « traditionnels » du Dakar (Français, Italiens, Espagnols) sur la ligne de départ, alors que 53 nationalités étaient représentées au départ de l'édition 2013. Les inscriptions pour les catégories auto et camion, qui laissent déjà présager un plateau de qualité, restent ouvertes.

                                                                                  Contact presse pressedakar@aso.fr

                                                                                  Bolivie : paré au décollage

                                                                                  27/06/2013

                                                                                  L'excursion en Bolivie réserve aux motards de l'édition 2014 un sérieux lot de frissons. Avant-goût en images des terrains qui accueilleront le Dakar, et spécialement du majestueux Salar d'Uyuni.

                                                                                    Les premières reconnaissances de la partie bolivienne du parcours 2014 ont été effectuées. Et quelques mois avant les pilotes du rallye, ce sont les membres de cette petite équipe qui a été émerveillée par les reliefs, les lumières et les couleurs du pays, et précisément des régions qui seront visitées. Deux spéciales seront disputées sur le territoire  bolivien par les motards qui auront quitté le bivouac de Salta le 12 janvier. Immédiatement après être sortis d'Argentine, ils constateront un changement de décor radical, passant de hauts plateaux très étendus à des canyons rocailleux dans lesquels ils auront à plonger. Surtout, ils feront la découverte du Salar d'Uyuni, le plus grand lac salé au monde, une splendeur qui a une nouvelle fois conquis Etienne Lavigne : « A certains moments, c'est très déroutant visuellement. Les lignes se confondent, les distances sont très difficiles à estimer, il n'y a plus de repères : on a presque l'impression qu'on roule dans le ciel ! ».

                                                                                    Dakar Challenge : les Sud-Africains en pointe

                                                                                    24/06/2013

                                                                                    A moto, c'est le vainqueur de la course, Ruan Roberts, qui s'est également imposé sur le Dakar Challenge. Sur quatre roues, Thomas Rundle et Juan Möhr ont gagné leur inscription sur le Dakar grâce à leur 7ème place au général.

                                                                                      Le Toyota Kalahari Botswana 1000 Desert Race a déjà vu passer de sérieux talents, qui ont même tenu leurs promesses au plus haut niveau comme Giniel De Villiers en remportant le Dakar, où Alfie Cos avant lui en se positionnant sur le podium à moto. Le Dakar Challenge permettra aux pilotes essentiellement sud-africains qui s'y illustrent de venir se mesurer le plus vite possible aux ténors de la discipline. Et c'est bien ce qui semble en route après la sélection qu'a réussi à passer Roan Roberts, un pilote déjà habitué  aux places d'honneur malgré son jeune âge, et qui vient manifestement de passer un cap ce week-end, en s'imposant pour la première fois de sa carrière, et à double titre. L'étudiant de 22 ans a non seulement éclipsé ses rivaux du Dakar Challenge, mais aussi remporté le classement général de la  course, sur laquelle étaient engagés 220 pilotes de motos et quads ! « Voilà un très vieux rêve auquel je n'osais même pas penser ! Et maintenant, cela me tombe dessus. Il va juste falloir convaincre mon père de me laisser partir », s'est réjoui le lauréat après avoir reçu son prix des mains de Brett Cumings, son compatriote qui avait remporté la manche australienne du Dakar Challenge l'année dernière, avant de se classer 43ème.

                                                                                      Au regard de la résistance et de la détermination dont ont fait preuve Thomas Rundle et son copilote Juan Möhr, il sera tout aussi intéressant de suivre leurs performances sur le Dakar 2014, pour lequel ils ont gagné leur engagement en slalomant entre les arbres du Botswana. Plus habiles ou plus prudents que les grands favoris du concours, comme Lee Roy Poulter (Toyota) ou encore Colin Matthews (Buggy Century Racing), ils ont tenu les 1000 kilomètres de distance à un rythme honorable qui les mène à la 7ème place du classement général. Particulièrement tenaces, ils ont surtout réussi à boucler les cent derniers kilomètres en n'utilisant qu'une seule vitesse, la 3ème ! Voilà une qualité qui devrait leur être utile durant le périple qu'ils auront à accomplir en janvier prochain entre Rosario et Valparaiso. « Maintenant nous sommes prêts ! C'était notre unique objectif en venant ici ce week-end, et nous l'avons rempli. Notre Nissan Navarra est prête, nous avons hâte d'y être ».

                                                                                      Caselli, Bonetto et Roma, rois de San Juan

                                                                                      23/06/2013

                                                                                      Après six journées de compétition, la quatrième édition du Desafío Ruta 40 a sacré Kurt Caselli (KTM) à moto, Lucas Bonetto (Honda) en quad et Joan “Nani” Roma (Mini) dans la catégorie auto. Alberto Ontiveros (Beta), Jeremías González Ferioli (Yamaha) et Sebastián Guayasamín (Toyota) s'imposent quant à eux dans le Dakar Challenge et gagnent leur inscription pour le Dakar 2014.

                                                                                        Jusqu'aux derniers kilomètres, les gagnants sont restés en sursis. Le Desafío Ruta 40 s'est achevé sur une dernière spéciale de 136 km, marquée par la chute de Helder Rodrigues et par la victoire de Kurt Caselli. Après une première participation au Dakar en janvier dernier, sur lequel il avait remporté deux étapes, s'installe maintenant parmi les hommes qui comptent dans la discipline en obtenant son premier grand succès, devant Francisco “Chaleco” López et Marc Coma, ses deux coéquipiers qui complètent un podium 100 % KTM. Jusqu'à la dernière journée de course, le pilote américain se trouvait en embuscade derrière Chaleco, qu'il a réussi à distancer de 43 secondes au classement général final. Deuxième comme sur le Dakar 2013, le Chilien devance son nouveau coéquipier Marc Coma, qui réalise toute de même une bonne opération en consolidant sa position en tête du championnat du monde  FIM. Si Helder Rodrígues a été contraint à l'abandon, blessé à la hanche sur une chute en début de spéciale, son partenaire chez Honda Javier Pizzolito s'est chargé de représenter la marque japonaise en prenant la 4ème place. Le Top 5 du classement final est complété par la Yamaha de David Casteu.

                                                                                        En quads, Lucas Bonetto (Honda) a été à la hauteur de ses propres attentes en remportant sa troisième victoire au Desafío Ruta 40. Apres avoir dominé presque toutes les étapes, il s'impose devant Sebastián Halpern (Yamaha Raptor) et Rafal Sonik (Yamaha Raptor). Le pilote de Tierra del Fuego a pris les commandes dès la première étape, puis a rivalisé pendant trois jours avec Gastón González (Yamaha Raptor) qui a ensuite cédé du terrain et permis à Bonetto de poursuivre sa mission dans la sérénité.

                                                                                        Sur quatre roues, la lutte pour le titre s'est jouée durant toute la semaine entre deux Mini, avec un avantage rapidement pris par Joan Nani Roma sur Orlando Terranova. Le pilote argentin, tenant du titre, a été retardé en cours de route par une pénalité de 15 minutes qui a permis à Roma de rouler sur la deuxième partie de la course en gérant sa marge, qui reste de 2'05'' au classement final. Le podium  est complété par le Bolivien Marco Bulacia (Toyota), à plus de six heures du duo des Mini.

                                                                                        Le Desafio Ruta 40 servait également de cadre au Dakar Challenge, réservé aux pilotes n'ayant jamais participé au Dakar. La « course dans la course » a été dominée chez les motos  par Alberto Ontiveros (Beta) sur toute la deuxième moitié du rallye. Avec la 16ème place du classement général, il conserve sa position et partagera le bénéfice d'une invitation sur le Dakar avec le quadeur de 18 ans Jeremías González Ferioli (Yamaha Raptor), qui pourra tenter de confirmer sur le Dakar son statut de grand espoir de la spécialité (6ème au général). En autos, Sebastian Guayasamín a gagné le duel qui l'opposait à José Luis Locascio et pense déjà à sa participation au futur Dakar 2014.

                                                                                        Le Desafío Ruta 40 est en route

                                                                                        17/06/2013

                                                                                        La quatrième édition du Desafío Ruta 40 a été inaugurée à San Salvador de Jujuy, avec le passage de Marc Coma sur le podium de départ installé sur la Plaza Belgrano. Cette année, la couse fait partie du calendrier des Dakar Series, et bat le record du nombre d'inscrits : 60 motos, 34 Quads, 30 Autos et 1 UTV. 125 participants au total prendront le départ aujourdhui pour se diriger vers San Miguel de Tucumán.

                                                                                          De nombreux spectateurs ont accompagné cet après-midi le défilé des véhicules au centre-ville de la capitale de Jujuy et ont célébré la présentation de chaque équipage à l'occasion de la cérémonie de départ, dans une ambiance de fête et du beau temps.

                                                                                          La cérémonie de départ a été précédée par un discours du Ministre du Tourisme Enrique Meyer, du Secrétaire des Sports de la Province de Jujuy, Luis Giraldi, du Secrétaire du Tourisme de Jujuy Juan Martearenta, de David Castera Directeur Sportif du Dakar et de David Eli, coordinateur général du Desafío Ruta 40.

                                                                                          Les six étapes du Desafío Ruta 40 se disputeront à partir d'aujourd'hui, et relieront San Salvador de Jujuy à San Miguel de Tucumán. La course passera par San Fernando del Valle de Catamarca, Belén, Chilecito et San Juan. La course permettra aux pilotes de marquer des points pour le Championnat du Monde FIM des Rallyes Tout Terrain et comptera double pour le Championnat Argentin de Rallye Tout Terrain.

                                                                                          Quelques détails concernant la première étape
                                                                                          Le départ de la première moto sera à 07h10 depuis le bivouac de Jujuy et vers la localité de Guachipas, à la province de Salta, où se fera le départ du secteur sélectif. La première partie de la spéciale a été modifiée pour assurer la sécurité de la course et seulement 202,94 kilomètres seront chronométrés lors de la première journée.

                                                                                          Les pilotes devront faire face à une première partie très étroite et sinueuse, pour ensuite entrer dans un secteur rapide dans le lit d'un fleuve, où les grandes quantités de pierres peuvent compliquer le pilotage. Vers la fin, ils parcourront un chemin de montagne, avec beaucoup de virages et un terrain spécialement approprié pour accélérer.

                                                                                          Une fois la spéciale terminée, les protagonistes prendront une liaison de 72,25 kilomètres qui les mènera à l'hippodrome de la ville de San Miguel de Tucumán.

                                                                                          Desafio Ruta 40 : places d'honneur, voie royale

                                                                                          13/06/2013

                                                                                          Du 15 au 22 juin, une course dans la course se jouera entre les pilotes engagés pour le Dakar Challenge. Dans chaque catégorie, une place à gagner pour le Dakar : un passeport pour la gloire.

                                                                                            Le premier rendez-vous Dakar Series de la saison 2013 met aux prises des pilotes de toute première classe. A moto, la confrontation s'annonce intense entre les KTM de Coma et Chaleco, les Honda de Rodrigues, Gonçalves et Pizzolito, ainsi que David Casteu sur une Yamaha. En autos, le bal devrait être mené par Nani Roma et Orlando Terranova, avec des outsiders de premier ordre prêts à saisir toutes les occasions de briller. Nul ne sait encore, dans cette avalanche de talents, à quelle hauteur seront amenés à naviguer les pilotes du Dakar Challenge, une course dans la course réservée aux moins expérimentés, et qui permettra à son vainqueur, dans chaque catégorie, de gagner son inscription sur le prochain Dakar. Il est déjà acquis que pour cet accessit de prestige qui conduit tout droit à Rosario, la concurrence sera là-aussi sévère : 25 motos, 18 quads et 8 autos sont en lice pour huit jours de compétition à travers le nord-ouest argentin. L'année dernière, le test en forme d'épreuve avait été particulièrement concluant pour Jeremias Israel Esquerre. Récompensé de sa performance sur le Desafio Litoral par un accès direct au Dakar, le jeune Chilien a ensuite passé l'essentiel du rallye dans le Top 10, pour finir en 57ème position. Son successeur au palmarès du Dakar Challenge sera à coup sûr observé attentivement.

                                                                                            Desafio Inca : L'heure du premier pas

                                                                                            12/06/2013

                                                                                            Les 4, 5 et 6 octobre prochains, le Desafío Inca propose une compétition de haut niveau, labellisée Dakar Series, destinée à confronter les pilotes et équipages au désert péruvien, avant de s'attaquer au Dakar. Les inscriptions sont ouvertes.

                                                                                              Chacun a sa méthode, son parcours et ses motivations. Mais dans le cadre d'une préparation soignée pour le Dakar, le passage par une compétition intermédiaire permet d'évaluer son niveau avec plus de précision, de procéder à des tests sur son véhicule pour envisager les dernières modifications, et en définitive de se présenter avec un capital confiance accru. Pour sa première édition, c'est précisément ce que propose le Desafío Inca, pour lequel les pilotes sud-américains ou même européens peuvent maintenant s'inscrire, afin de prendre la mesure du désert péruvien, qui a servi de cadre au Dakar en 2012 et en 2013.

                                                                                              Basé à Paracas, le Desafío Inca offre des conditions idéales pour des pilotes amateurs soucieux de se confronter aux dunes les plus exigeantes. Les trois étapes au programme, chacune dessinée en deux boucles identiques à couvrir dans la journée, permettront notamment l'intervention des équipes d'assistance, facilitées par des distances de liaison minimes.

                                                                                              www.desafioinca.com

                                                                                              Dakar Challenge : une option pour Vildosola

                                                                                              04/06/2013

                                                                                              A domicile, le Mexicain Gus Vildosola s'est idéalement positionné pour remporter la manche américaine du Dakar Challenge. Après le Tecate Score Baja 500, il lui faut encore confirmer pour espérer voir Rosario en janvier prochain.

                                                                                                Sur le circuit nord-américain, se confronter à la Baja 500 fait partie des échéances qui marquent le destin d'un pilote de tout-terrain. Ceux qui se présentaient le week-end dernier à Ensenada avaient également la possibilité de relever le défi du Dakar Challenge. Les pilotes auto ont pu se jauger sur une course exigeante, où les experts du Dakar étaient justement représentés au plus haut niveau. Au sommet de la hiérarchie, Robby Gordon a réussi à affirmer sa supériorité, en devançant son ancien coéquipier sur le Dakar, BJ Baldwin, 2ème au terme de la bataille d'Ensenada. La lutte pour le leadership du Dakar Challenge s'est jouée un peu plus loin. Elle a été remportée par le Mexicain Gus Vildosola, un spécialiste qui écume avec succès les Bajas américaines depuis 1996. S'il a mené son Trophy Truck à l'arrivée avec une bonne heure de retard sur Gordon, Vildosola s'est nettement distingué par rapport aux six autres pilotes qui s'étaient inscrits sur le Dakar Challenge. Toutefois, il n'est qu'à mi-chemin de son objectif de l'année, puisque l'engagement promis au vainqueur de la séquence américaine du Dakar Challenge sera attribué au terme de l'Eldorado Reno 500, du 12 au 14 juillet prochains. C'est là que Gus devra faire preuve de régularité. Une première leçon de Dakar.

                                                                                                Dakar Challenge : on commence au Mexique

                                                                                                31/05/2013

                                                                                                Cette année, le Dakar Challenge permettra à 10 véhicules pilotés par des novices du Dakar de se présenter sur la ligne de départ à Rosario en Janvier prochain. La sélection débute ce week-end sur le Tecate Score Baja 500 d'Ensenada au Mexique, où les meilleurs amateurs prendront déjà une option.

                                                                                                La Baja 500, c'est déjà une épreuve phare du calendrier américain de tout-terrain. Pour l'édition 2013, certains compliquent le défi en s'inscrivant sur le Dakar Challenge, qui réserve au meilleur pilote moto et au meilleur équipage auto un engagement gratuit sur le prochain Dakar. Parmi les spécialistes de ces 500 miles, certains ont déjà fait l'expérience du Dakar, comme BJ Baldwin, un des maîtres de la discipline, mais aussi Mark McMillin et surtout Robby Gordon. Naturellement écartés du Dakar Challenge, ils pourront toutefois servir de points de repère aux prétendants du week-end. Toutefois même les plus rapides ne seront pas assurés de voir Rosario : le classement définitif de ce Dakar Challenge spécial « made in USA » ne sera en effet clôturé qu'à l'issue de la 2ème étape de cette épreuve combinée, à savoir l'Eldorado Reno 500, où les protagonistes se retrouveront du 12 au 14 juillet.

                                                                                                Le rêve bleu de Cyril Despres !

                                                                                                30/05/2013

                                                                                                A l'occasion d'une conférence de presse organisée à Paris ce matin, Cyril Despres a annoncé son choix pour l'équipe Yamaha Racing France, où il rejoint Olivier Pain et Michael Metge. C'est au guidon d'une moto bleue qu'il tentera d'égaler le record de Stéphane Peterhansel dans la catégorie. Despres devrait trouver sur sa route une équipe Honda également renforcée, avec Joan Barreda et Paulo Gonçalves.

                                                                                                  Il a mis fin au suspense. Depuis l'annonce de son départ du team KTM, avec lequel il s'est imposé à cinq reprises sur le Dakar, Cyril Despres gardait le secret sur sa future tenue, et son niveau guidon. Ce sera donc du bleu, celui de la firme japonaise Yamaha, qui a officialisé le recrutement du maître de la discipline et présenté son programme de rallye tout-terrain pour l'année à venir. Pour son 13ème Dakar, Despres rejoint donc la marque qui a laissé son empreinte dans l'histoire du rallye, dès ses premières heures avec la 500 XT de Cyril Neveu, puis avec la saga menée par son parrain du jour, Stéphane Peterhansel, vainqueur de six éditions au guidon d'une Yamaha dans les années 90. Dès le mois de janvier prochain, la recrue de prestige de l'équipe tentera précisément d'égaliser le record de victoire établi par Peter : « Je suis très motivé à l'idée de rejoindre les hommes bleus de Yamaha, ils m'ont fait rêver quand j'étais encore tout jeune. Il est évident que nous avons tous débuté cette relation avec un objectif commun, renouveler les réussites et les défis de mes prédécesseurs avec une victoire sur le Dakar 2014. En tant que mécanicien, j'ai aussi appris à développer une moto, et je sais que sur cet aspect ce sera aussi un challenge enrichissant d'essayer de gagner avec une nouvelle marque ». Dans cette chasse aux records, Despres sera accompagné au sein du Team Yamaha par une équipe de premier rang, également composée d'Olivier Pain et de Mickael Metge. La quête débute dès demain pour le tenant du titre, qui disputera sa première course au guidon d'une Yamaha au rallye de Sardaigne. Puis en septembre prochain, c'est sur le Desafio Inca que l'équipe se retrouvera au grand complet, pour d'ultimes tests en vue du Dakar.

                                                                                                  Pendant ce temps, le mercato s'est également animé du côté de la concurrence, puisque le team Honda HRC, qui a fait son apparition en tant qu'écurie officielle depuis la dernière édition du Dakar, a annoncé l'arrivée de deux renforts de choix pour le Portugais Helder Rodrigues. Le poursuivant immédiat du duo Despres-Coma en 2011 et en 2012, qui a disputé cette année son premier Dakar avec Honda (7ème), sera rejoint par la valeur montante de la discipline, Joan Barreda, déjà vainqueur de 5 étapes en 3 participations au rallye. L'effectif Honda, où l'on trouve aussi Sam Sunderland et Javier Pizzolito, s'enrichit d'une nouvelle carte maîtresse avec Paulo Gonçalves, débauché chez Husqvarna. Le deuxième pilote portugais de l'équipe promet d'apporter une densité de niveau intéressante, puisqu'il s'est battu à coups de secondes avec Marc Coma sur les deux premières manches du championnat du monde de rallye tout-terrain, à Abu Dhabi et au Qatar. La prochaine apparition des pilotes HRC est programmée sur le Dakar Series Desafio Ruta 40 en Argentine au mois de juin, où Helder Rodrigues et Javier Pizzolito auront l'opportunité de se mesurer aux KTM de Marc Coma, Chaleco Lopez et Kurt Caselli. Un épisode à ne pas manquer.

                                                                                                  L'Ibère n'est pas fini !

                                                                                                  17/05/2013

                                                                                                  Pour sa dernière étape, le Dakar Tour s'est arrêté à Barcelone. Les pilotes espagnols débordent d'énergie et de projets pour redevenir une des puissances majeures de l'épreuve.

                                                                                                    L'Espagne tient une place privilégiée dans l'histoire du Dakar, pour avoir formé des vainqueurs du rallye comme Joan « Nani » Roma, Marc Coma et Carlos Sainz, mais aussi pour avoir longtemps pesé sur la course par le nombre de ses représentants, postés à tous les niveaux du classement. Au regard de l'affluence comme de l'excitation constatée pour la dernière présentation de la tournée du Dakar Tour, le clan espagnol semble bien décidé à reprendre sa place dans les années qui viennent. C'est en tout cas le sentiment d'Etienne Lavigne, réjoui par son séjour dans la capitale catalane, qui avait accueilli le départ de l'édition 2005 : « Je n'étais plus venu en Espagne depuis plusieurs années, et je suis touché de voir que la motivation des pilotes est intacte, que des projets se montent avec cohérence et enthousiasme à la fois. J'ai l'impression qu'ils n'ont pas dit leur dernier mot, loin de là ! » Dès le mois de janvier prochain, il semble d'ailleurs que les candidats au titre seront nombreux du côté espagnol, spécialement à moto. Si Marc Coma n'a pas pu faire le déplacement à Barcelone, il prévoit bien entendu un retour sur le Dakar à Rosario en janvier. Ses compatriotes seront plusieurs à vouloir lui disputer le rôle de porte-drapeau. Ce sera certainement le cas de Joan Barreda et de Juan Pedrero, qui portaient hier des tenues vierges leur donnant un air de liberté… Le paysage de la discipline pourrait bien être redessiné ! En auto, les engagements des uns et des autres ne sont pas encore validés, mais il semble toutefois acquis que Nani Roma, actuel leader du championnat du monde de tout-terrain, défende ses chances au volant d'une Mini chez X-Raid. Nul ne sait encore si Carlos Sainz reconduira l'expérience buggy au sein du team Qatar Red Bull. Mais Lucas Cruz, le copilote de Nasser Al Attiyah en début d'année, ne s'est pas privé pour transmettre aux médias et aux invités présents les ambitions de son patron et voisin d'habitacle : quelques photos de la nouvelle auto en préparation ont été rapidement aperçues, et il se peut que l'écurie en aligne trois ou quatre modèles ! A suivre.

                                                                                                    Dakar Series Desafio Ruta 40 : Coma et Roma sont de la partie

                                                                                                    16/05/2013

                                                                                                    Du 16 au 22 juin prochains, le premier acte des Dakar Series 2013 se tiendra en Argentine, avec le Desafio Ruta 40. Marc Coma à moto, et Joan « Nani » Roma en auto, prennent déjà position…

                                                                                                      Une poignée de jours après l'ouverture des inscriptions, le rendez-vous Dakar Series du Desafio Ruta 40 n'a pas tardé à convaincre. Et à un mois de l'échéance, il semble déjà acquis que le titre à aller chercher entre San Salvador de Jujuy et San Juan fera partie des morceaux de choix de la saison 2013. Après son forfait sur la dernière édition du Dakar, Marc Coma en a fait un objectif de ses retrouvailles avec l'Argentine. Et manifestement, le Catalan n'a pas mis longtemps à retrouver son coup de guidon, puisqu'il s'est imposé sur ses deux courses de rentrée, à Abu Dhabi puis au Qatar. Un succès sur le Desafio Ruta 40 consoliderait sa position en tête du championnat du monde de rallye tout-terrain, mais il devra réussir à contrôler deux coéquipiers chez KTM qui ont également annoncé leur participation : Francisco « Chaleco » Lopez, 3ème du dernier Dakar, et l'Américain Kurt Caselli, double vainqueur d'étape en janvier dernier pour ses débuts sur l'épreuve reine. En attendant les autres… 

                                                                                                      En auto, la partie s'annonce tout aussi relevée. Parmi les favoris potentiels de la course, seule l'écurie X-Raid a pour l'instant envoyé l'effectif qu'elle convoque en Argentine. Nani Roma, 3ème du général et quadruple vainqueur d'étapes sur le Dakar 2013, a enchaîné il y a quelques semaines avec une victoire à Abu Dhabi. Pour rester au sommet, il lui faudra lui aussi maîtriser la fougue d'un de ses coéquipiers, en l'occurrence l'Argentin Orlando Terranova, qui joue doublement sur ses terres puisqu'il s'était imposé l'année dernière sur le Desafio Litoral.

                                                                                                      Première échéance : l'inscription

                                                                                                      15/05/2013

                                                                                                      Les dossiers de candidature peuvent maintenant être envoyés à l'organisation du Dakar, qui procèdera notamment pour les motos à une sélection dans les deux prochains mois. Les plus consciencieux prévoiront certainement de s'inscrire sur les deux épreuves sud-américaines labellisées Dakar Series.

                                                                                                        Il reste 7 mois et 22 jours avant le départ du Dakar 2014. L'échéance peut paraitre lointaine, mais les pilotes du rallye jouent dans le registre de la longue distance et sont déjà pour beaucoup lancés dans leur préparation depuis plusieurs mois. Avec l'ouverture des candidatures, le rendez-vous du 15 mai constitue déjà une étape intermédiaire, puisque près d'un quart des dossiers sont finalement écartés dans les catégories moto et quad, afin de respecter un format de compétition acceptable en termes de sécurité et de convivialité. Ainsi, 449 véhicules au total, représentant 53 nationalités, avaient été admis au départ en janvier dernier. Une communauté de passionnés des grands espaces tout aussi imposante sera attendue à Rosario pour le coup d'envoi de l'édition 2014.

                                                                                                        Dans le calendrier de préparation à cette nouvelle traversée de l'Amérique du sud, de nombreux concurrents vont intégrer les deux épreuves Dakar Series organisées cette année. Près d'un tiers des pilotes et copilotes du Dakar 2013 représentaient le continent. Ils trouveront sur le Desafio Ruta 40 en juin, puis sur le Desafio Inca en septembre des terrains et des formats de course idéaux pour peaufiner leur pilotage. En moto comme en auto, ils devraient également baigner dans un contexte de concurrence de premier ordre, le classement combiné des deux courses donnant lieu à la création du premier titre de champion des Dakar Series.

                                                                                                        Dakar Tour : les Polonais jouent placés !

                                                                                                        14/05/2013

                                                                                                        A l'occasion de l'étape polonaise du Dakar Tour, les pilotes qui ont écrit les premières pages de l'histoire du pays sur le Dakar ont pu afficher leurs ambitions pour le futur. Et ils ont des arguments sur tous les tableaux…

                                                                                                          Ils sont partout, les Polonais ! Le goût du tout-terrain les a poussés sur le Dakar depuis une grosse dizaine d'années. Peu à peu, leurs pilotes ont gravi les échelons pour arriver à décrocher des places d'honneur, que ce soit en auto avec Krzysztof Holowczyc (5ème en 2009 et en 2011), à moto avec Jakub Przygonsky (8ème en 2010) ou encore sur un quad avec Rafal Sonik (3ème en 2009 et en 2013). Ces glorieux représentants sont chaque année de mieux en mieux entourés sur le Dakar, et la délégation grandissante s'était réunie à l'Olympic Center de Varsovie pour assister à la présentation de l'édition 2014. Au regard des ambitions affichées, le plan de marche semble déjà lancé pour Holowczyc, vite remis dans le rythme après son abandon dans la 3ème étape en janvier dernier : « Je me sens beaucoup mieux et je m'améliore à chaque course depuis que j'ai repris la compétition sur la Baja d'Italie. D'ailleurs, j'ai terminé 2ème récemment au Qatar, donc je suis sur la bonne voie », s'est réjoui le porte-drapeau du pays. Mais l'année prochaine, le pilote X-Raid aura peut-être à surveiller, en plus de ses rivaux traditionnels, un débutant qui enregistre des progrès fulgurants dans la discipline. Le multiple médaillé olympique de saut à skis Adam Malysz, reconverti au pilotage dans les dunes, est passé de la 37ème à la 15ème place à sa 2ème participation et entend bien poursuivre sa progression cette année, toujours au volant d'un Pickup Toyota. D'ailleurs, le team Overdrive prendra un peu plus encore l'accent polonais, sachant que les deux pionniers Marek Dabrowski et Jacek Czachor, déjà présents à l'arrivée du Dakar 2000 au Caire, descendront cette année de leurs motos pour s'engouffrer eux-aussi dans un 4x4 Toyota.

                                                                                                          Desafio Inca : Ambiance Pisco !

                                                                                                          07/05/2013

                                                                                                          Les 4, 5 et 6 octobre prochains, le Pérou accueillera les pilotes en pleine préparation du Dakar pour la première édition du Desafio Inca. Le parcours de ce rendez-vous Dakar Series a été dessiné autour de Pisco, sur les dunes et les pistes qui avaient marqué les pilotes des Dakar 2012 et 2013.

                                                                                                            Pérou, terre de rallye
                                                                                                            Lors de ses deux dernières éditions, le Dakar a découvert au Pérou des espaces particulièrement adaptés au rallye raid. En 2012 comme en 2013, les séquences péruviennes se sont révélées sélectives et décisives, avec les meilleurs pilotes du monde comme pour les amateurs qui découvraient la discipline. Parmi eux, de nombreux Péruviens ont pu donner la mesure de leur motivation, à commencer par le quadiste Ignacio Flores, vainqueur de la première étape en janvier dernier. A l'époque, le coup d'éclat avait précisément été signé à Pisco, au cœur des territoires désertiques de la région d'Ica. C'est ce secteur, spécialement doté en cordons de dunes et en vallées sablonneuses, qui a été choisi comme cadre pour la première édition du Desafio Inca. 

                                                                                                            Un triptyque typé Dakar
                                                                                                            Les 25 véhicules engagés sous la bannière de « Forza Inca » sur le Dakar 2013 forment désormais un noyau solide dans le paysage du tout-terrain péruvien. Ces pionniers-ambassadeurs sont devenus une source d'inspiration pour leurs compatriotes. Ils s'apprêtent aussi à accueillir sur leurs terres les pilotes du reste du continent sud-américain, ainsi que quelques leaders d'équipes européennes qui viendront rôder leur technique en vue de l'édition 2014. Avec plus de 1000 kilomètres à parcourir en spéciale (et des distances de liaison très réduites), le Desafio Inca se présente à la fois comme un test de qualité et une échéance intermédiaire stratégique à trois mois du grand rendez-vous.

                                                                                                            Un palmarès à ouvrir
                                                                                                            Course de préparation idéale, le Desafio Inca représente un défi à enjeux multiples. Les talents en devenir auront l'occasion de se distinguer au sein du Dakar Challenge, dont les lauréats seront récompensés par une inscription sur le Dakar 2014. Par ailleurs, le label Dakar Series est cette année attaché à deux rendez-vous sud-américains. Après le Desafio Ruta 40, organisé au mois de juin en Argentine, les concurrents qui enchaîneront avec le Desafio Inca seront dès lors engagés dans un classement cumulé. Le vainqueur final sera alors déclaré Champion des Dakar Series 2013.

                                                                                                            Un bout de Brésil sur le Dakar 2014

                                                                                                            03/05/2013

                                                                                                            Le Dakar rêve de Brésil, et le Brésil rêve du Dakar ! L'étape du Dakar World Tour de Sao Paulo confirme l'engouement mutuel. Et avec l'annonce de l'intention de participer de Caca Bueno, star des circuits dans le pays, le Dakar 2014 prend déjà quelques airs de samba…

                                                                                                            Le Brésil vibre presque tout entier pour la coupe du monde de football et les jeux olympiques qui s'y préparent dans les prochaines années. Mais au pays d'Ayrton Senna ou de Nelson Piquet, la passion du moteur n'est jamais très loin non plus. Les organisateurs du Dakar ont pu le constater dans le cadre d'une présentation organisée avec le soutien de Mitsubishi Motors Brésil à Sao Paulo. Réunis au salon Adventure Fair, les fidèles du Dakar, comme Jean de Azevedo ou Guilherme Spinelli ont pu se rendre compte de l'impact de leurs performances sur la communauté brésilienne des sports mécaniques. Jean de Azevedo, le touche-à-tout qui alterne entre l'auto et la moto, s'engage pour le moment sur le championnat brésilien de tout-terrain au guidon d'une Honda, qu'il piloterait pourquoi pas en janvier prochain avec l'ambition d'améliorer ses meilleurs scores (7ème en 2005 et en 2011). Guilherme Spinelli, acteur malheureux d'une des images les plus spectaculaires du Dakar 2013, compte quant à lui confirmer son statut d'outsider dans sa Mitsubishi (10ème en 2010, 9ème en 2011). En 2014, il pourrait toutefois trouver dans la catégorie auto un compatriote capable de venir le bousculer, puisque  Caca Bueno, quintuple vainqueur du Stock Car Brasil, le championnat de référence en « touring » sur le continent sud-américain, a annoncé son intention de prendre le départ du Dakar à Rosario. « Je pense qu'il n'y a rien de plus difficile que de terminer le Dakar ! Pour moi c'est un rêve, et j'ai décidé de m'y confronter. J'y pense depuis longtemps, mais 2014 c'est le bon moment », a précisé le pilote RedBull devant les caméras des télévisions brésiliennes et pan-américaines.

                                                                                                            Dakar Tour : les Britanniques prennent place

                                                                                                            29/04/2013

                                                                                                            Le monde britannique du sport mécanique, traditionnellement tourné vers les circuits, suit de plus en plus attentivement l'épreuve reine du tout-terrain. Plusieurs pilotes commencent à s'y distinguer, tandis que le projet Race 2 Recovery a immédiatement saisi la saveur humaine du défi.

                                                                                                              Le rendez-vous a été fixé à Gaydon. Le village se distingue par sa discrétion, mais dissimule un des pôles essentiels de l'histoire et de la vie du sport automobile britannique. Car cette paroisse dans laquelle sont recensés 376 habitants est également le siège social d'Aston Martin. Et c'est précisément dans le Heritage Motor Center, un prestigieux musée dédié aux véhicules historiques, qu'ont été accueillis les organisateurs du Dakar par le préparateur Bowler. Parmi les anciens et futurs pilotes conviés à la réception, le motard Stanley Watt, qui a achevé son troisième Dakar par une 25ème place à Santiago, a pu communiquer sa passion de l'épreuve aux Irlandais, Ecossais et Gallois qui avaient fait le déplacement en Angleterre. C'est aussi l'histoire d'un attachement immédiat et intense au rallye qu'a décliné Tony Harris dans ses propos, après avoir conduit le projet Race 2 Recovery sur la dernière édition. En termes comptables, le bilan se révèle moins brillant que prévu, avec une seule auto à l'arrivée sur les quatre engagées, à la 91ème et dernière place du classement général. Mais l'essentiel est ailleurs pour ces vétérans des armées américaine et anglaise, invalides pour la plupart depuis des missions en Irak ou en Afghanistan. Le défi collectif qu'ils ont relevé représente une expérience humaine hors-normes, que les téléspectateurs d'ITV4 ont pu découvrir dans le documentaire qui a été consacré à leur aventure. Le chef d'orchestre de Race 2 Recovery, relancé dans l'idée d'aligner une équipe au départ de Rosario en janvier prochain, a déjà conquis les cœurs. Reste à dominer les dunes.

                                                                                                              Dakar Tour Hollande : l'autre pays du camion

                                                                                                              24/04/2013

                                                                                                              Hier soir, les organisateurs du Dakar avaient rendez-vous à Eindhoven pour l'étape hollandaise du Dakar Tour. On y a beaucoup parlé de camions…

                                                                                                                Sur la dernière édition du Dakar,  les Pays-Bas représentaient la deuxième nationalité, avec 102 concurrents répartis dans 54 véhicules. Tradition oblige, c'est dans la catégorie camion que les pilotes hollandais présentaient la plus forte densité. Bien qu'ils ne soient pas parvenus à s'opposer au retour en grâce des Kamaz, signataires d'un podium 100 % russe, le vainqueur 2012 Gerard De Rooy et ses coéquipiers se sont tout de même positionnés comme les contradicteurs les plus solides, tandis que 5 néerlandais au total étaient présents dans le Top 10. Dès lors, c'est naturellement à Eindhoven qu'a été organisée en marge du Dakar Tour une réunion conviviale avec quelques acteurs majeurs de la course, dont Ales Loprais et Vladimir Chagin. Après une série de discussions, les ténors de la catégorie ont rejoint l'ensemble des invités à la conférence de présentation de l'édition 2014. Il y a encore été question de camions, puisque le team Ginaf a annoncé qu'en janvier prochain, un véhicule sera confié à Kees Koolen, qui deviendra ainsi le premier concurrent engagé dans toutes les catégories, après avoir participé au Dakar à moto, en auto et en quad ! Hormis la révélation de cette statistique historique, les pilotes hollandais ont également pu exprimer leurs ambitions dans les autres catégories. Ce sera le cas avec Frans Verhoeven, à nouveau vainqueur d'étape cette année mais toujours en quête d'une place dans le Top 5. En autos, les espoirs pour une place d'honneur reposeront sur les membres du Team Wevers, et particulièrement de Bernhard Ten Brinke, tout récemment classé 2ème sur l'Abu Dhabi Desert Challenge, derrière Nani Roma. La montée en régime se poursuit…

                                                                                                                Terminus Valparaiso : rejoindre la belle

                                                                                                                18/04/2013

                                                                                                                Cinq ans après une première visite pour la journée de repos de l'édition 2009, c'est pour l'arrivée de la course que le Dakar va retrouver Valparaiso, une cité saisissante et colorée classée au Patrimoine mondial de l'humanité. Gros frissons en perspective…

                                                                                                                  Le nom de Valparaiso peut tenir en haleine tous les voyageurs sensibles à la magie des baies d'exception. Au-delà du spectacle visuel, il représente aussi pour tous les pilotes du Dakar l'aboutissement de tous les efforts à fournir pour préparer et affronter la course lors de la prochaine édition. Les plus valeureux, chanceux et déterminés se retrouveront le 18 janvier prochain dans la « Perle du Pacifique ». Pour l'heure, les organisateurs avaient donné rendez-vous aux médias et aux pilotes chiliens sur la jetée de Muelle Baron pour une conférence de présentation à laquelle se sont joints le secrétaire d'Etat aux sports Gabriel Ruiz Tagle et le maire de la ville. Hormis la promesse d'un somptueux podium d'arrivée qui sera installé sur la Plaza Sotomayor le samedi 18 janvier, Etienne Lavigne a dévoilé les noms des cinq bivouacs qui seront visités au Chili avant de rejoindre Valpo, et notamment celui d'El Salvador, situé à 2300 m d'altitude, qui fera son  apparition dans le programme du rallye. « Nous avons l'intention de surprendre les pilotes en intégrant de nouvelles pistes et cordons de dunes, a précisé le patron de l'épreuve, et le positionnement géographique d'El Salavador nous permettra justement de proposer des portions inédites. Enfin, ce sera nécessairement pour nous tous une énorme émotion  d'arriver dans cette ville qui nous a tous déjà conquis par sa beauté et sa personnalité ».

                                                                                                                  Les 6 étapes chiliennes du Dakar 2014
                                                                                                                  13 janvier : Salta (Arg) - Calama
                                                                                                                  14 janvier : Calama - Iquique
                                                                                                                  15 janvier : Iquique - Antofagasta
                                                                                                                  16 janvier : Antofagasta - El Salvador
                                                                                                                  17 janvier : El Salvador - La Serena
                                                                                                                  18 janvier : La Serena - Valparaiso 

                                                                                                                  Cap sur Uyuni

                                                                                                                  17/04/2013

                                                                                                                  Le Dakar World Tour a fait étape en Bolivie, pour lever le voile sur le séjour qu'y fera le rallye en janvier prochain. Une étape marathon sera organisée dans le pays, avec un bivouac dédié aux motards dans le Salar d'Uyuni. Le Président Evo Morales applaudit !

                                                                                                                    La Bolivie joue dans le registre de l'intense, et le constat est déjà net au regard de l'accueil reçu par le Dakar World Tour. Dans la capitale la plus haute perchée du monde, Etienne Lavigne est allé à la rencontre des pilotes et des médias du 28ème pays qui rentrera dans l'histoire du Dakar en janvier prochain. L'accueil y a été à la fois prestigieux et massif, puisqu'au-delà des 350 invités à cette conférence de présentation, le Président de la Bolivie, Evo Morales, s'est déplacé en personne pour souhaiter la bienvenue à l'épreuve, accompagné de trois membres du gouvernement. « Je suis à la fois fier et ému de me projeter dans quelques mois, et de savoir que la Bolivie va rentrer dans la famille du Dakar. Ce sera pour nous une occasion de montrer au monde entier la majesté et les mystères du Salar d'Uyuni », a détaillé  le chef de l'Etat, qui cadre déjà avec le défi qui sera lancé aux motards pour la 7ème étape du rallye, au cœur du plus grand lac salé du monde. La visite en Bolivie, à la fois spectaculaire et inédite, s'annonce aussi décisive dans la bataille pour le titre, comme l'explique Etienne Lavigne : « ce que nous allons proposer à la catégorie motos, c'est une étape qui se distinguera à la fois par sa beauté et sa difficulté. Et au bout de cette longue journée, ils seront livrés à eux-mêmes car il s'agira d'une étape marathon, où seule l'assistance entre pilotes sera autorisée. C'est le type de challenge ultime que nous aimons voir en rallye-raid, et c'est à cette saveur que vont pouvoir goûter les Boliviens pour cette première rencontre ».

                                                                                                                    Dakar World Tour : un air de retrouvailles

                                                                                                                    12/04/2013

                                                                                                                    Les sept étapes argentines du Dakar 2014 ont été annoncées hier à Buenos Aires, lors d'une cérémonie où les médias et les responsables politiques du pays ont exprimé leur joie d'accueillir à  nouveau le départ de la course. Le rendez-vous est fixé à Rosario, pour une première étape en direction de San Luis, le 5 janvier.  

                                                                                                                      A distance raisonnable du départ du Dakar 2014, Buenos Aires vibre déjà pour la course qui a maintenant intégré le patrimoine sportif argentin, depuis sa première visite en Amérique du sud pour l'édition 2009. L'année dernière, les aficionados du moteur s'étaient notamment déplacés en masse à Tucuman pour la journée de repos, mais avaient été invités à la patience pour connaître à nouveau l'effervescence du départ du rallye. Lors de la présentation de la prochaine édition, dans le cadre prestigieux du Palacio Duhau, Etienne Lavigne a ressenti un enthousiasme proportionnel à cette attente chez ses interlocuteurs, qu'ils soient journalistes, Ministre du tourisme comme Enrique Meyer, gouverneur des provinces de San Luis, de Santa Fe et de Salta, ou encore maire de Rosario. « Je sens comme un air de retrouvailles, et c'est une fierté de constater que le Dakar est autant désiré. Le rallye bénéficie d'un intérêt énorme, et nous sommes ravis de partir en 2014 de Rosario, la troisième ville du pays, qui va à son tour connaître l'ambiance unique du grand départ », détaille le patron de la course, qui a aussi précisé que la partie argentine de la course proposera au moins une étape marathon. Soucieux de préparer au plus sérieusement le rendez-vous, de nombreux pilotes argentins, comme Orlando Terranova, leur meilleur représentant en autos en 201 (5ème), ont fait le déplacement à la cérémonie. Parmi eux, le vainqueur de la catégorie quads, Marcos Patronelli, a pu faire part de sa fierté de figurer sur l'affiche de l'édition 2014. « Je ne pouvais absolument pas m'y attendre, c'était à la fois une énorme surprise et une belle émotion de découvrir le visuel », a glissé Marcos à Etienne Lavigne. Voilà pour le tenant du titre un nouvelle source de motivation pour tenir son rang en janvier prochain, de Rosario à Valparaiso.

                                                                                                                       

                                                                                                                      Les étape argentines du Dakar 2014 :

                                                                                                                      Ø  5 janvier : Rosario - San Luis

                                                                                                                      Ø  6 janvier : San Luis - San Rafael

                                                                                                                      Ø  7 janvier : San Rafael - San Juan

                                                                                                                      Ø  8 janvier : San Juan - Chilecito

                                                                                                                      Ø  9 janvier : Chilecito - Tucuman

                                                                                                                      Ø  10 janvier : Tucuman - Salta

                                                                                                                      Ø  11 janvier : journée de repos à Salta

                                                                                                                      Ø  12 janvier : Salta - Salta

                                                                                                                      DAKAR 2014 : Un accent bolivien

                                                                                                                      20/03/2013

                                                                                                                      Pour sa 35ème édition, la 6ème organisée sur le continent sud-américain, le Dakar partira le 5 janvier de Rosario en Argentine pour rejoindre Valparaiso au Chili le 18 janvier, après un court séjour en Bolivie, qui devient le 28ème pays d'accueil du rallye. Le parcours 2014, avec plusieurs étapes marathon au programme, sera tourné vers l'intelligence de course autant que vers l'endurance.

                                                                                                                        Lionel Messi et le « Che » sont natifs de Rosario, le poète Pablo Neruda avait élu domicile à Valparaiso, et le Libertador du continent, Simon Bolivar, reste près de deux siècles après sa mort une référence absolue. Sur le Dakar 2014, chacun pourra puiser son inspiration chez les héros qui ont marqué l'histoire des lieux qui seront visités. Les pilotes et équipages qui s'engageront devront surtout compter sur leur résistance physique et un sens de la course imprégné des valeurs du rallye raid pour relever le défi. Si la première visite du Dakar en Bolivie se place avant tout sur le registre de la découverte, la performance technique et sportive sera essentiellement jugée sur les territoires argentins et chiliens, explorés selon des modalités sensiblement différentes des 5 éditions disputées en Amérique du Sud.

                                                                                                                        Le programme concocté dans les canyons et les vallées sablonneuses du nord-ouest argentin, ou dans les dunes du désert d'Atacama, exigera autant de finesse de pilotage que de gestion mécanique. Avec des spéciales plus longues et plusieurs étapes marathon, le Dakar 2014 invite résolument les concurrents dans le domaine de l'endurance extrême.

                                                                                                                         Parmi les candidats à l'aventure dont les dossiers d'inscription sont attendus à partir du 15 mai, le Dakar accorde cette année une place de choix à la relève des générations : dix places sont réservées pour des nouveaux venus sur le rallye, qui auront gagné leur inscription sur les cinq épreuves inscrites sur le calendrier du Dakar Challenge. Parmi elles, deux courses Dakar Series se tiendront sur le continent sud-américain : le Desafio Ruta 40 en Argentine, et la première édition du Desafio Inca, au Pérou.


                                                                                                                        Le calendrier du Dakar Challenge
                                                                                                                        31 mai/2 juin : Tecate Score Baja 500 (Mexique)
                                                                                                                        15/22 juin : Desafio Ruta 40 (Argentine)
                                                                                                                        20/23 juin : Toyota Kalahari Botswana 1000 Desert Race (Botswana)
                                                                                                                        12/14 juillet : Reno 500 (USA)
                                                                                                                        20/27 septembre : Australasian Safari (Australie)
                                                                                                                        3/6 octobre : Desafio Inca (Perou)

                                                                                                                         Les dates-clé du Dakar 2014
                                                                                                                        Ouverture des inscriptions : 15 mai
                                                                                                                        Clôture des inscriptions moto : 7 juillet 2013
                                                                                                                        Clôture des inscriptions : 1er novembre
                                                                                                                        Embarquement des véhicules européens : Fin novembre
                                                                                                                        Vérifications techniques à Rosario : 2 au 4 janvier 2014
                                                                                                                        Podium de départ : 4 janvier
                                                                                                                        DAKAR : 5 au 18 janvier

                                                                                                                        Le Desafío del Inca devient le deuxième Dakar Séries en Amérique du Sud

                                                                                                                        20/03/2013

                                                                                                                        Le désert d'Ica, au Pérou, sera le siège de la compétition

                                                                                                                          Après avoir reçu avec succès les éditions 2012 et 2013 du Dakar, le Pérou propose la deuxième épreuve labellisée « Dakar Series » en Amérique du Sud. Cette compétition baptisée « Desafio del Inca » se déroulera courant octobre dans le désert d'Ica, l'un des plus exigeants du continent, offrant une nouvelle occasion aux pilotes d'affiner leur préparation en vue du Dakar 2014.
                                                                                                                          Concernant cette nouvelle compétition, Le Ministre du Commerce Extérieur et du Tourisme, Monsieur José Luis Silva Martinot a indiqué que « le Pérou présentait beaucoup d'avantages et un potentiel important pour la tenue de compétitions sportives internationales. La tenue d'un Dakar Series au Pérou en 2013 offre des bénéfices réciproques : pour la compétition car elle trouvera un terrain d'expression idéal et pour le Pérou qui s'imposera comme l'une des meilleures options possibles pour ce type d'événements ».
                                                                                                                          A l'occasion du Desafio del Inca, le Dakar Challenge offrira la possibilité pour deux pilotes n'ayant jamais participé au Dakar d'intégrer la liste des partants de l'édition 2014 du plus grand rallye-raid du monde.Ainsi, le calendrier des « Dakar Series » s'enrichit-il d'une compétition de haut niveau pour les autos et les motos, qui se déroulera sur 3 jours. Elle conduira les concurrents sur les terrains les plus propices à ce type d'épreuves.
                                                                                                                          Cette compétition appelée à jouer les premiers rôles dans le calendrier, permettra au Pérou de bénéficier des retombées économiques et de la promotion apportées par la marque « Dakar » laquelle garantit des standards d'organisation de qualité en matière de sécurité des concurrents et des spectateurs, tout en s'engageant pour le respect de l'environnement et du patrimoine culturel avec toutes les entités concernées.

                                                                                                                          Défi Route 40 – Dakar Series - En route pour une nouvelle aventure

                                                                                                                          19/03/2013

                                                                                                                          À Buenos Aires cet après-midi, mercredi 13 mars, l'édition 2013 du Défi Route 40 a été officiellement annoncé. Cette année, la compétition se placera sous le signe du Dakar Series et aura lieu entre le 15 et le 22 juin prochain, avec un parcours de six jours qui unira les villes de San Salvador de Jujuy et San Juan.

                                                                                                                            Lors de la cérémonie, le Ministre de Tourisme de la Nation Argentine Enrique Meyer, le Directeur du Dakar Etienne Lavigne et le Directeur du Défi Route 40 Pablo Eli, qui présidaient la réunion, ont partagé leurs points de vue et leurs idées sur cette nouvelle version de l'événement, qui, dans cette quatrième édition, unit ses forces au Dakar Series afin d´assurer un spectacle de qualité pour les concurrents comme pour le grand public.

                                                                                                                            Le parcours traversera les provinces qui constituent les régions Norte et Cuyo d'Argentine, passant par des points emblématiques tels que la mythique Route Nationale 40. Le Défi Route 40 introduira également d'autres nouveautés, fruit de quatre années d'expérience et de travail. En plus du label Dakar Series, le Défi Route 40 est inscrit comme deuxième épreuve au programme du Championnat Argentin de Rally Cross Country et comme quatrième épreuve au calendrier du Championnat du Monde FIM Tout Terrain. Cela fera sûrement venir d'avantage de concurrents nationaux et internationaux.

                                                                                                                            « L´Argentine accueille encore une fois le Défi Route 40, un évènement international que le Ministère tente de développer depuis presque quatre ans. La Route Nationale 40 présente tout au long du parcours des paysages d'une beauté unique ainsi qu´une grand diversité d'identités et de cultures. Sous la forme du Dakar Series -  tel qu' on l' a fait avec le Défi Litoral en 2012 - le Défi Route 40 attirera les plus importants pilotes de rallye tout terrain; pendant six jours, ils parcourront plus de 1600 kilomètres. Ce sera une bonne occasion pour leur faire découvrir un large éventail de potentialités touristiques, l'incomparable qualité des services disponibles et l´accueil particulièrement chaleureux des populations locales », a expliqué Enrique Meyer, Ministre du Tourisme de la Nation.

                                                                                                                            « Nous sommes très heureux d'annoncer une deuxième édition du Dakar Series en Amérique du Sud, d' autant plus qu'elle est cette fois associée au Défi Route 40, un évènement riche en histoire et qui réunit les meilleurs attributs du réel esprit du Dakar. Nous offrons encore une fois un évènement merveilleux à tous les concurrents. Ce seront cette fois-ci des terrains plus connus et plus familiers, qui font partie du parcours du Dakar tous les ans. C´est pourquoi ce sera l'opportunité parfaite pour mesurer ses forces a à peine plus de six mois du départ de la prochaine édition du Dakar en Amérique du Sud » a commenté Etienne Lavigne.

                                                                                                                            « Il y a trois ans, en avril 2010, nous avons commencé à organiser un évènement unique en son genre en Argentine: nous en avions rêvé et désiré voir grandir ce projet lié aux sports mécaniques, auquel nous croyions fortement. Cette première expérience ne fut pas facile. Mais au bout de 10 jours, ayant parcouru la Route 40 du sud au nord, nous avons compris que, définitivement, nous avions allumé une flamme qui ne s´éteindrait jamais. Le Défi Route 40 s'est vite transformé en icône en Amérique du Sud ainsi qu´en référence dans le domaine des rallyes Cross Country. Aujourd'hui, face à l'édition 2013, nous renouvelons notre engagement et assumons de nouvelles responsabilités. Le Défi Route 40 a reçu le soutien d'ASO et sera validé par le Dakar Series, pour sa deuxième édition en Argentine. L'évènement a aussi été inclus dans le calendrier du Championnat du monde FIM de Rallye Cross Country en tant que quatrième date de la saison. Ces nominations, ainsi que notre propre histoire, nous obligent à travailler encore plus dur, pour faire de cette quatrième édition du Défi Route 40 une encore plus passionnante que jamais » conclut Pablo Eli.

                                                                                                                            Après le départ de la ville de San Salvador de Jujuy, le Défi Route 40 passera par les villes de San Miguel de Tucuman, San Fernando del Valle de Catamarca, Tinogasta, Chilecito et San Juan, où aura enfin lieu le couronnement des gagnants.

                                                                                                                            Plus d'informations sur www.desafioruta40.com.ar

                                                                                                                            DAKAR CHALLENGE : Toutes les amériques

                                                                                                                            18/03/2013

                                                                                                                            Déjà présent sur le continent sud-américain avec le Desafio Ruta 40, le Dakar Challenge sera accessible cette année aux pilotes du circuit nord-américain lors d'un double rendez-vous. La formule a été détaillée ce week-end au Mexique aux engagés de la Baja 250, conquis par la perspective d'une place à gagner sur le Dakar.

                                                                                                                              Le Dakar Challenge a vocation à découvrir des talents capables de s'exprimer sur la course de référence dans le monde du rallye tout-terrain. Et ils se trouvent potentiellement dans tous les pays où existe une culture du sport mécanique. Les Etats-Unis, comme l'Afrique du Sud ou l'Australie, font justement partie des pays où les territoires se prêtent au « off-road », une discipline qui implique de nombreux pilotes particulièrement sensibles à l'univers du Dakar. C'est donc sur la Baja 250, à San Felipe, qu'a été dévoilé ce week-end le calendrier du Dakar Challenge, qui comprendra une double étape sur le circuit US. Depuis plusieurs années déjà, les voitures qui évoluent sur ces pistes, spécialement la catégorie SCORE, sont autorisées à se présenter sur le Dakar. Roger Norman, qui veille aux destinées des championnats HDRA et SCORE INTERNATIONAL, a maintenant accepté d'impliquer deux de ses rendez-vous majeurs dans le Dakar Challenge. Sur la base des résultats combinés obtenus à la Baja 500 (Mexique) et à la Reno 500 (Usa), deux pilotes (un en auto, un à moto) répondant aux critères gagneront leur engagement sur le Dakar 2014.

                                                                                                                              Le principe de la sélection de deux véhicules sur les différentes manches du Dakar Challenge a été étendu aux autres épreuves qui seront organisées cette année. En janvier prochain, il y aura donc au moins huit talentueux nouveaux venus capables de surprendre sur le Dakar.

                                                                                                                              Les rendez-vous du Dakar Challenge
                                                                                                                              - 31 mai/2 juin : Tecate Score Baja 500 (Mexique)
                                                                                                                              - 15/22 juin : Desafio Ruta 40 (Argentine)
                                                                                                                              - 20/23 juin : Toyota Kalahari Botswana 1000 Desert Race (Botswana)
                                                                                                                              - 12/14 juillet : Reno 500 (USA)
                                                                                                                              - 20/27 septembre: Australasian Safari (Australie)

                                                                                                                              [En savoir ]



                                                                                                                              • [FR] - [Official Teaser Dakar 2014]
                                                                                                                              vidéos






                                                                                                                              partenaires

                                                                                                                              • Macro
                                                                                                                              • Total
                                                                                                                              • Speed Agro
                                                                                                                              • EDOX
                                                                                                                              • elf
                                                                                                                              • Honda
                                                                                                                              • Karcher
                                                                                                                              • Michelin
                                                                                                                              • Mitsubishi-Motors
                                                                                                                              • Red Bull
                                                                                                                              • Sodexo
                                                                                                                              • Fox Sports
                                                                                                                              • Cadena 3
                                                                                                                              • ADN
                                                                                                                              • Futuro
                                                                                                                              • La Tercera
                                                                                                                              • France Info
                                                                                                                              • Maindru

                                                                                                                              communauté