Dakar

Dunes, mode d'emploi…

Symboles par excellence du rallye-raid en général et du Dakar en particulier, les champs de dunes offrent chaque année des images spectaculaires de dizaines de véhicules « tanqués »  les uns à côté des autres. Pourtant, à écouter les meilleurs spécialistes de la discipline, il n'est pas si compliqué de les franchir. Explications…

    Le paradoxe du sable sur le Dakar est le suivant : si de tous les terrains fréquentés par la course, le sable est celui qui fait le moins souffrir les mécaniques, c'est bien lors des étapes de dunes que les abandons se multiplient. Et pourtant, franchir une dune est en fait assez simple, même si l'on doit adapter sa technique à la machine dont on dispose, comme nous l'explique Marek Dabrowski, 12 Dakar à moto avant de passer cette année à la voiture.

    « Que ce soit sur deux ou quatre roues, la technique est assez basique : conserver assez de vitesse, tout en restant sur un petit rapport de boite pour conserver un maximum de couple si besoin », explique ainsi le Polonais. « Cependant la trajectoire à suivre est un peu différente dans la mesure où, sur une moto, vous pouvez attaquer la dune de face jusqu'à la crête, alors qu'en voiture, vous devez légèrement infléchir votre trajectoire pour « enrouler » la crête de la dune, et la franchir légèrement de côté afin de mieux voir ce qu'il y a derrière. Mais pas trop de biais non plus sous peine de vous retrouver très rapidement sur les portières ! La principale différence entre les deux véhicules est la visibilité. En moto, le champ de vision est presque à 360° : 180 horizontalement, et 180 verticalement, et en plus vous pouvez vous arrêter, ou ralentir, en haut de la dune pour « étudier » la meilleure trajectoire de descente. En revanche, en voiture, il est impossible de ralentir, sous peine de se planter, et pourtant il faudrait car on ne voit que le ciel jusqu'à ce que la voiture bascule en haut de la dune et entame sa descente. Et alors, si vous découvrez une descente à pic, une « cuvette » de sable ou un autre concurrent, il faut réagir très vite.»

    Contrairement à ce que l'on pourrait penser, la machine la plus à l'aise dans les dunes est la plus lourde, n'est-ce pas Gerard De Rooy ? « Franchir les dunes n'est pas tellement difficile pour nous car nous avons une très haute garde au sol, des gros pneus, et l'avantage de pouvoir les dégonfler jusqu'à 0,8 bars de pression », explique l'un des plus sérieux prétendants au titre 2014. « Dans ces conditions, tu te retrouves au volant d'un tank ! Tu peux passer partout ! Et, en plus, tu peux t'arrêter pour trouver la meilleure passe et repartir, ce qui est totalement impossible en voiture, où quand tu es engagé, tu ne dois plus t'arrêter… Donc, si tu veux seulement passer les dunes, mais pas forcément le plus vite possible, c'est facile. Par contre, si tu veux passer vite, tu dois prendre des décisions rapides et alors tu peux commettre des erreurs, comme choisir des passages infranchissables…Et en camion, quand tu te plantes, c'est généralement pour longtemps. Et là, contrairement aux voitures qui peuvent profiter des vérins pour se dégager, il est presque, impossible pour nous de sortir sans l'aide d'un autre camion. Et puis, ça dépend aussi de la portance du sable, quand c'est très mou, nous ne sommes pas autant avantagés car on manque alors un peu de couple par rapport aux voitures. »









    partenaires

    • Macro
    • Total
    • Speed Agro
    • EDOX
    • elf
    • Honda
    • Karcher
    • Michelin
    • Mitsubishi-Motors
    • Red Bull
    • Sodexo
    • Fox Sports
    • Cadena 3
    • ADN
    • Futuro
    • La Tercera
    • France Info
    • Maindru

    communauté

     
     
    [an error occurred while processing this directive]