N°839 Classic ZOLLIKER

CÉDRIC ZOLLIKER

(che) 1.8m / 83kg

Loisirs

Moto, collectionneur voitures anciennes

Interview

« Le Dakar comme j’aurais aimé le faire en 1998 »

Cédric Zolliker fait partie du collectif des trois équipage Suisses passionnés de véhicules historiques, engagés ensemble sur la deuxième édition du Dakar Classic. Avec dix Monte Carlo, un Rallye du Portugal et deux participations à la Panamericana, plus « quinze ou vingt ans » sur circuit, Cédric compte aussi « pas mal de raids ». Une dizaine de fois en Tunisie, deux fois en Lybie, il s’aligne ensuite en compétition à trois reprises à la Transmaroc. C’est à cette occasion qu’il avait acheté il y a treize ans le Toyota HDJ 80 avec lequel il est engagé au Dakar Classic. Un Land Cruiser qui avait quatre Transafricaine Classic au compteur, qu’il a optimisé avec le temps et qu’il pensait prêt à partir. Mais il n’a pas pu se contenter des simples changements de baquets, harnais et extincteurs qu’il avait imaginés. Heureusement, il a pu compter sur celui qui assure l’entretien de ce véhicule depuis son rachat. Benoit Burnier, à la tête de l’atelier de préparation B2 Transformation à Genève. A la demande de Cédric, c’est lui qui sera le copilote. Une proposition qu’il a acceptée sans se faire prier et qui s’est révélée plus que judicieuse : « Sans Benoit, je n’aurais jamais pu réaliser les modifications que je ne n’avais pas imaginées ». Au bivouac, c’est le préparateur en personne qui assurera l’entretien du « 80 ». Et c’est sur ses épaules que repose la responsabilité d’y arriver dans les temps. Car si Benoit a pratiqué des raids en Tunisie, il n’a jamais pris le départ d’un rallye-raid ni d’une course de régularité. Mais il pourra compter sur son expérience d’assistance d’un motard lors du premier Dakar en Argentine de 2009. Entre les bivouacs, c’est lui qui était en charge de la lecture du road book assistance.

C.Z. : « Dans notre groupe, on est tous des gens passionnés qui réalisons nos rêves dans la mesure de nos moyens. Je vais courir comme j’aurais aimé le faire en 1998. C’est pas mal de pouvoir participer dans la configuration de la période où l’on aurait aimé le faire, avec la voiture avec laquelle on aurait aimé prendre le départ. A l’époque, on n’avait pas les moyens. La différence, c’est que j’ai vingt-cinq ans de plus ! Pour la petite histoire, c’est Philippe Maréchal, qui nous avait déjà entraînés à la Panaméricaine, qui a initié le projet du Dakar Classic dans le groupe. Guillermo Baeza devait racheter mon Toyota pour participer au Dakar Classic. Mais ma femme qui m’a dit que si je ne le faisais pas moi-même maintenant, je ne le ferai jamais. C’est comme cela que je me suis retrouvé à partir avec eux. »

B.B. : « Si les moyennes ne sont pas trop élevées ou si mon pilote ne s’emballe pas, je devrais y arriver en navigation. J’ai déjà fait du terrain, de l’Afrique, plus une assistance pour un motard au Dakar en 2009, j’ai déjà les bases de la lecture de road book, même si c’était seulement sur route asphaltée. »

Véhicule

ZOLLIKER

TOYOTA HDJ80
ZOLLIKER

  • TOYOTA
  • HDJ80
  • B2 Transformation Genève CH
  • SSP Promotion Décize FR
  • nne basse 86-97

Classement 2022

Suivez-nous

Recevez des informations exclusives