N°802 Classic PHILIPPE MARÉCHAL

PHILIPPE MARÉCHAL

(che) 1.98m / 105kg

Loisirs

Sport automobile, bateau moteur, marche

1ère participation

2019 : Participation au Paris-Pékin
2012-11 : Participation à la Panamericana

Interview

« Je suis un amoureux du désert »

Philippe Maréchal et Jean-François Baud font partie d’une équipe de trois équipages Suisses. Une sorte de collectif de copains qui sillonnent le monde au volant de véhicules historiques autant par passion du voyage que de l’automobile, moins par l’attrait du sport. Philippe est souvent le détonateur de leurs aventures. C’est lui qui avait embarqué la troupe faire la Panamericana il y a dix ans. Lui encore il y a deux ans qui avait initié leur départ pour le Paris-Pékin. Pour l’occasion, Philippe avait ressorti et préparé une Range Rover 1984 avec laquelle il était parti avec Jean-François. Lui s’est mis à l’historique sur le tard, à la retraite précisément. C’est par le biais de la passion de l’automobile ancienne qu’il a retissé plus de liens avec Philippe. Un ami de longue date. Leur histoire en commun remonte à leurs années d’apprentissage, lorsqu’ils se préparaient à devenir mécaniciens de précision. Un savoir-faire qui leur a permis de mettre aux normes du Dakar la Range, une période de préparation qu’ils n’ont pas spécialement appréciée et qu’ils avaient hâte de laisser derrière eux ! De purs hédonistes qui feront malgré tout leur mécanique seuls au bivouac et qui ne rêvent que d’une chose : voir de leurs yeux l’Arabie Saoudite et partager ces moments entre amis. Le sport attendra !

P.M. : « J’ai fait pas mal de rallyes historiques et donc de régularité, mais je ne suis pas le meilleur. Je suis même un peu à la peine avec la régularité, je ne suis pas assez pointilleux. Je fais ça pour le plaisir, je ne suis pas quelqu’un de très compétiteur. Si je vois une auto au bord de la piste en panne, je vais la dépanner, cela ne me dérange pas. On sait très bien que l’on arrivera jamais à être premiers. Il faut de l’entraînement, avoir des appareils sophistiqués, s’investir beaucoup. Ce n’est pas notre but. On vient au Dakar pour vivre une belle aventure, avant tout pour passer de bons moments entre amis. Je suis un amoureux du désert. Je suis allé cinq fois en Libye, on a traversé la grande mer de sable avec des amis, dont Cédric Zolliger qui est aussi engagé au Dakar Classic, et j’espère découvrir de nouveaux paysages en Arabie Saoudite. »

J-J.B. : « On se connait depuis très longtemps avec Philippe, on avait fait notre apprentissage de mécanique de précision ensemble et on ne s’est jamais perdu de vue. Je me suis mis à mon compte de nombreuses années et ce n’est que lorsque j’ai pris ma retraite que je me suis rapproché du sport que lui pratiquait déjà. Philippe possédait une Range Rover 1984, elle dormait sous une bâche. On l’a préparée pour le Paris-Pékin 2019, mais c’était une promenade à côté de ce qui l’attend. Cela fait deux ans que la Range n’avait pas roulé, on espère qu’elle tiendra le coup. On a quand même fait deux mille kilomètres pour la roder avant de la descendre à Marseille. On a été étonné, voir même échaudé, par toutes les modifications techniques que le règlement nous a imposé. On a hâte d’y être pour passer à autre chose car ces mois de préparation n’ont pas été les plus agréables. »

Véhicule

PHILIPPE MARÉCHAL

RANGE-ROVER RANGE ROVER
PHILIPPE MARÉCHAL

  • RANGE-ROVER
  • RANGE ROVER
  • nne basse 86-97

Classement 2022

Suivez-nous

Recevez des informations exclusives