N°809 كلاسيكي PINSON

ERIC PINSON

(fra) 1.84m / 84kg

الهوايات

Automobile, compétition automobile

1ère participation

2021-2020-2019 : Coupe Caterham
2018 : Tour de Corse Historique
2018-2011-2010-2008 : Monte-Carlo Historique

مقابلة

« Une véritable création, une œuvre d’art réaliste »

BCBG, quatre initiales pour un prototype qui doit son aventure à Boutron, Cailbault, Briavoine et Godfroy. C’est à James Cailbault que revient la naissance du projet. En 1984, il contacte Gérard Godfroy pour concevoir le dessin de la carrosserie qui doit habiller son châssis maison. Godfroy, l’homme qui a déjà dessiné la Peugeot 205 et la Venturi. Regardez de face le parechoc avant de ces trois autos et vous y retrouverez un coup de crayon commun. C’est ce dernier qui fait entrer dans le projet l’ancien de chez Dangel, Olivier Boutron. Celui-ci conçoit une transmission indépendante des quatre roues et des suspensions « in board », implantées entre le moyeu et la caisse, en position horizontale. Une double révolution à l’époque ! Ce qui est incontestable, c’est qu’en 1986 pour son premier départ, seules la BCBG et les Porsche sont dotées d'une suspension à quatre roues et que la BCBG est la première auto avec les supensions in board au Dakar. James Cailbault dira plus tard qu’il avait alors « inventé le premier SUV de l’histoire ». C’est Jean-Claude Briavoine, le second B de l’affaire, trois podiums à Dakar à son palmarès, qui se propose pour piloter celle qui se présente dans une robe bleue Matra sponsorisée par Renault. Terminée à la hâte dans le camion qui la mène au départ, la BCBG ne dépassera pas Castres. En 1987, elle revient en jaune aux couleurs de Majorette entre les mains du duo Trossat - Briavoine qui termine 26e. La BCBG sera ensuite pilotée à plusieurs reprises par Cailbault, mais sans jamais atteindre à nouveau l’arrivée. Pour la première fois depuis les années 90, la BCBG repart en course. Ce ne sera pas en quatre roues motrices, la conception artisanale de certains de ses organes de transmission a découragé son nouveau propriétaire qui s’engage en deux roues motrices.

E.P. : « Après 1987, elle a toujours abandonné le Dakar pour des problèmes basiques, liés surtout à un budget réduit. En 1993, lorsque James a fini par récupérer la machine et la remettre en route, j’étais stagiaire dans son entreprise et je suis tombé sous le charme. Sans rien demander, je suis allé faire un tour avec et lorsqu’il l’a appris, il s’est mis en colère et l’a volontairement mise en panne. Vingt ans plus tard, il me l’a vendue. Pour l’anecdote, en 2013 à ce moment-là, j’étais la dernière personne à l’avoir conduite et la première à reprendre son volant ! Dans l’histoire de l’automobile, il y a des trucs de passionnés, la BCBG en fait partie. Mais c’est tout sauf du bricolage, c’est une véritable création, une œuvre d’art. C’est un véhicule connu des spécialistes. Je n’ai jamais fait de rallye-raid type FIA ni envisagé d’en faire avec cette auto, je n’ai pas le physique pour et c’est trop brutal pour elle. J’ai déjà participé à quelques courses en régularité, toujours avec mon beau-frère, et c’était une évidence de partir au Dakar Classic avec lui. On y va pour découvrir et terminer. La voiture n’a rallié l’arrivée qu’une seule fois, je n’ai pas envie de rentrer dans l’habitude installée lors de ses dernières participations ! »

المركبة

PINSON

BCBG BCBG
PINSON

  • BCBG
  • BCBG
  • DART Racing
  • DART Racing
  • سطة منخفضة تحت 87

التصنيف 2022

تابعونا على مواقع التواصل الاجتماعي

احصل على معلومات حصرية